PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis de retour dans le giron de l'OTAN

La Chine et la Russie ont été au centre de la plupart des stratégies de l'Alliance atlantique
Atalayar_Cumbre OTAN 2021

REUTERS/KEVIN LAMARQUE  -   Photo de famille pendant le sommet de l'OTAN au siège de l'Organisation à Bruxelles, en Belgique

Fini le temps des bousculades, des emportements ou des mauvaises mines d'un dirigeant américain lors des sommets internationaux. La Belgique accueille un nouveau sommet de l'OTAN avec Joe Biden comme président des États-Unis, et avec lui une nouvelle rhétorique envers l'Alliance atlantique. Le président américain a entamé une tournée européenne au cours de laquelle il a voulu faire comprendre que les États-Unis sont de retour sur la scène internationale.

Ces derniers jours, Joe Biden a représenté le retour de son pays au multilatéralisme lors du sommet des dirigeants du G7, ainsi que lors de sa rencontre avec le Premier ministre britannique Boris Johnson. Le sommet de l'OTAN ne pouvait pas être moindre, et face au mépris du précédent président américain, Donald Trump, qui a qualifié l'organisation d'"obsolète", le président actuel, Joe Biden, a voulu regagner la confiance de ses partenaires en soulignant l'importance de l'OTAN pour la sécurité des États-Unis.

"L'article cinq est une obligation sacrée", a déclaré M. Biden, faisant référence à l'engagement de l'alliance transatlantique en matière de défense collective. "Je veux que toute l'Europe sache que les États-Unis sont là." Au cours d'une brève allocution prononcée devant le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, M. Biden a déclaré que "ces deux dernières années, il a été de plus en plus reconnu que nous avions de nouveaux défis à relever." Parmi les principaux défis à l'ordre du jour de l'OTAN figurent la Russie et la Chine.

Atalayar_Cumbre OTAN 2021
AP/STEPHANIE LECOCQ - Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'entretient avec le président américain Joe Biden

Le président américain a réitéré à de multiples occasions la menace que représentent ces deux pays pour la sécurité de l'Occident. En fait, un jour avant le début de la tournée européenne de Joe Biden, le Sénat américain a adopté un projet de loi qui augmente les dépenses publiques en matière de recherche et de développement technologique pour faire face à la Chine. Lors du sommet de l'OTAN, le président américain a pris l'initiative de former une politique de bloc pour faire face à la menace posée par le géant asiatique.

La Chine a également été sous les feux de la rampe lors du G7, où Pékin a été critiqué pour la violation des droits de l'homme dans la région du Xinjiang, et les dirigeants présents au sommet ont demandé que Hong Kong conserve un haut degré d'autonomie. Ils ont également exigé une enquête complète sur les origines du coronavirus en Chine.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a lui-même fait remarquer que la présence militaire croissante de la Chine, de la Baltique à l'Afrique, signifie que l'OTAN doit être prête. "La Chine se rapproche de nous. Nous les voyons dans le cyberespace, nous voyons la Chine en Afrique, mais nous voyons aussi la Chine investir massivement dans nos propres infrastructures critiques", a-t-il déclaré, faisant référence aux ports et aux réseaux de télécommunications.

L'OTAN qualifie donc le comportement du géant asiatique de "défi systémique". Selon Reuters, qui a eu accès à une copie de la déclaration finale du sommet, "les ambitions déclarées et le comportement affirmé de la Chine présentent des défis systémiques pour l'ordre international fondé sur des règles et des domaines pertinents pour la sécurité de l'alliance". Cette déclaration représente un changement de stratégie de l'OTAN à l'égard de la Russie pour l'essentiel.

Moscou a également été un autre grand problème parmi les alliés de l'OTAN. L'augmentation des cyber-attaques inquiète l'exécutif de M. Biden ainsi que ses partenaires européens. Face à ce nouveau défi de sécurité, l'OTAN a décidé de mettre à jour l'article 5 pour y inclure les cyberattaques majeures, ce qui signifie que si un membre de l'alliance a besoin d'un soutien technique ou en matière de renseignement en réponse à une cyberattaque, il peut invoquer la disposition de défense mutuelle pour obtenir une assistance.

Atalayar_Cumbre OTAN 2021
AFP/OLIVIER MATTHYS - Le président américain Joe Biden (R) s'entretient avec le président turc Recep Tayyip Erdogan

M. Stoltenberg s'est dit d'accord avec le président américain sur la menace que représente la Russie, ajoutant que l'alliance avec Moscou était à "son point le plus bas depuis la fin de la guerre froide". Il a rendu les "actions agressives" de la Russie responsables de la détérioration de ces relations.

En plus de la Russie et de la Chine, les principales questions qui seront abordées lors de ce sommet de l'OTAN, le changement climatique a été évoqué comme un risque, de même que la désinformation et la guerre hybride. Les dirigeants de l'OTAN prévoient d'adapter leurs opérations militaires pour produire moins d'émissions afin de contribuer à la lutte contre le changement climatique. Le retrait des troupes américaines d'Afghanistan a également été à l'ordre du jour de l'OTAN, et il a finalement été convenu que le financement des forces de sécurité afghanes se poursuivrait après le retrait militaire.

Le président américain Joe Biden règle les derniers détails avant sa rencontre imminente avec le président russe Vladimir Poutine à Genève, en Suisse. Après sa rencontre avec le Premier ministre Boris Johnson, le sommet du G7, le sommet de l'OTAN et son sommet bilatéral ultérieur avec l'Union européenne, M. Biden se rendra à la réunion avec son homologue russe avec ses devoirs faits et une alliance renforcée avec ses partenaires européens, ainsi qu'avec les dirigeants du G7 et de l'OTAN. 

L'Espagne dans l'OTAN

La Moncloa a annoncé il y a quelques jours la rencontre attendue entre le président américain, Joe Biden, et le président espagnol, Pedro Sánchez. Cette rencontre aurait lieu pendant le sommet de l'OTAN, à un moment délicat pour l'Espagne compte tenu de la crise diplomatique avec le Maroc. Le président américain Joe Biden n'a pas encore appelé le Premier ministre espagnol depuis son arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier.

Atalayar_Cumbre OTAN 2021
AP/KEVIN LAMARQUE - Le président Joe Biden, le premier ministre espagnol Pedro Sanchez et le premier ministre canadien Justin Trudeau

L'opposition menée par le leader du Parti populaire, Pablo Casado, a reproché à l'exécutif de Sanchez ce fait qui, selon eux, "démontre la perte de poids de l'Espagne sur la scène internationale". La rencontre tant attendue entre le dirigeant espagnol et le président américain a donné lieu à une brève conversation qui s'est déroulée à la fin de la photo de famille du sommet de l'OTAN. Un premier contact assez bref où des questions telles que l'immigration, l'Amérique latine, ainsi que l'alliance militaire entre les deux pays ont été abordées. "Nous voulons renforcer les liens militaires et l'accord de défense bilatéral datant de 1988. La position du gouvernement espagnol est de l'actualiser", a déclaré M. Sánchez.

Pedro Sánchez a également profité de l'occasion pour rencontrer son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, à qui il a transmis le besoin de "stabilité et de prospérité" en Libye, selon EFE. De même, lors de la réunion, les deux présidents ont exprimé leur souhait que le sommet entre l'Espagne et la Turquie, qui aura lieu à la fin de l'année, soit accompagné d'un forum d'affaires.

L'organisation a confirmé que l'Espagne accueillera le prochain sommet de l'OTAN en 2022, qui coïncidera avec le 40e anniversaire de son entrée dans l'Alliance atlantique et au cours duquel le nouveau concept stratégique de l'OTAN sera approuvé.