Les États-Unis entament des pourparlers "francs et professionnels" avec les talibans

Une délégation américaine a rencontré les talibans pour la première fois depuis le départ des troupes étrangères d'Afghanistan
atalayar_talibanes doha

Communiqué sur les réseaux sociaux/vía REUTERS  -   Des délégués talibans devant un avion de Qatar Airways dans un lieu non identifié en Afghanistan, sur cette photo publiée sur les médias sociaux le 8 octobre 2021.

Depuis l'arrivée au pouvoir des talibans le 15 août, un débat fait rage au sein de la communauté internationale sur la reconnaissance du nouveau régime. D'une part, il existe des pays désireux de formaliser des relations avec le mouvement islamiste afin de profiter des ressources naturelles du pays ou de gagner en influence dans la région. D'autre part, d'autres pays et des organisations internationales telles que les Nations unies ont souligné l'importance du dialogue avec les talibans afin d'éviter une crise humanitaire. 

Les États-Unis, acteur clé du dossier afghan en raison de leur présence depuis 20 ans dans le pays, ont tenu les premiers pourparlers avec les talibans depuis qu'ils ont pris le contrôle de Kaboul. Toutefois, ce n'est pas la première fois qu'une délégation américaine rencontre les talibans. Les négociations avec les insurgés ont commencé sous l'administration Obama et ont abouti à l'accord de Doha signé sous l'administration Trump.

Ce dialogue, qui a eu lieu à Doha au cours du week-end, a été "franc et professionnel", selon le porte-parole du département d'État, Ned Price. La délégation américaine a répété que les talibans seront jugés sur leurs actes, et pas seulement sur leurs paroles", a ajouté  Price

atalayar_ned prince
AP/ALEX BRANDON - Le porte-parole du département d'État, Ned Price

En ce qui concerne les questions abordées par les deux parties au cours de la réunion, les questions clés pour les États-Unis étaient la sécurité et le terrorisme. Il s'est également concentré sur "le passage en toute sécurité des citoyens américains, des autres ressortissants étrangers et des Afghans, ainsi que sur les droits de l'homme, notamment la participation significative des femmes et des filles à tous les aspects de la société afghane", a déclaré le département d'État.

"Les deux parties ont également discuté de la fourniture d'une solide assistance humanitaire américaine directement au peuple afghan", ajoute le document.

D'autre part, les Talibans ont demandé à Washington de suspendre les sanctions économiques. La reconnaissance internationale était également une question clé de l'agenda de la délégation talibane. "Ils espèrent que cela ouvrira la voie à la reconnaissance du gouvernement afghan, non seulement par les États-Unis mais aussi par la communauté internationale", a rapporté Natasha Ghoneim, journaliste d'Al Jazeera à Doha. 

atalayar_suhail shaheen
PHOTO/REUTERS - Le porte-parole des talibans, Suhail Shaheen.

Toutefois, un responsable du département d'État a déclaré à CNN que la réunion avec les représentants des talibans "ne vise pas à accorder une reconnaissance ou à conférer une légitimité". Comme l'a déclaré le fonctionnaire au média américain, "toute légitimité doit être gagnée par les propres actions des Talibans". Cette réunion était plutôt "la poursuite de l'engagement pragmatique avec les talibans sur des questions d'intérêt national vital pour les États-Unis".

Suhail Shaheen, ambassadeur désigné de l'Afghanistan auprès des Nations unies, a jugé positif le premier dialogue avec Washington. "Les questions politiques ont été discutées en détail au cours de la réunion et l'Émirat islamique a estimé que la mise en œuvre intégrale de l'accord de Doha était le meilleur moyen de résoudre les problèmes", a-t-il déclaré. Il a réaffirmé que "l'aide humanitaire ne doit pas être liée à des questions politiques".

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a déclaré qu'au cours de la réunion, "l'aide humanitaire a été discutée". Mujahid a également assuré que "ces négociations se poursuivront".

atalayar_atentado chii afganistan
Foto de archivo - Attaque contre une mosquée chiite à Kunduz

A la crise humanitaire, aux graves violations des droits des femmes et des minorités comme les Hazaras, s'ajoute la menace terroriste qui balaie le pays. Après le double attentat de l'aéroport de Kaboul qui a fait plus de 180 morts fin août, l'IS-K (État islamique du Grand Khorasan) a de nouveau semé le chaos en Afghanistan. Vendredi dernier, Daesh a attaqué une mosquée chiite dans la ville de Kunduz (nord-est du pays), causant la mort de plus de 120 personnes.

À cet égard, Shaheen a indiqué que le ministre afghan des affaires étrangères avait assuré à la délégation américaine que les "talibans s'engagent à faire en sorte que les extrémistes n'utilisent pas le sol afghan pour lancer des attaques contre d'autres pays", selon l'Associated Press. Ils ont néanmoins exclu toute coopération pour combattre l'IS-K. "Nous pouvons traiter avec Daesh de manière indépendante", a-t-il déclaré.