Les États-Unis envisagent de déplacer leur base militaire turque en Grèce

Face à la montée des tensions en Méditerranée orientale, le secrétaire d'État américain a entamé une tournée à Athènes et à Chypre pour rapprocher les positions entre la Gréce et la Turquie
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo

REUTERS/Jim Young/Poola  -   Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo

Au milieu des tensions régionales entre la Grèce et la Turquie, les ressources énergétiques étant au centre du conflit, Mike Pompeo, le secrétaire d'État américain, s'est rendu en Grèce et, selon le journal britannique The Times, Pompeo a profité de cette visite pour « étudier différentes propositions visant à déplacer les principales ressources américaines de la base aérienne d'Incirlik en Turquie vers la Crète et, dans le même temps, à renforcer sa présence militaire en Méditerranée orientale ».

Selon le journal, de nombreux observateurs ont vu dans la visite de la secrétaire d'État une indication que « la patience de Washington face aux actions du président turc Recep Tayyip Erdogan est sur le point de s'épuiser ». Ce voyage en Grèce fait suite à une visite à Chypre, dans une tentative de la Maison Blanche de rapprocher les positions grecques et turques et de discuter de l'amélioration de la coopération militaire avec Athènes avec des achats d'armes pour compenser les années de réductions militaires imposées pendant la décennie de crise de la dette du pays. Le gouvernement grec de Mitsotakis a également soulevé la possibilité de prolonger le service militaire obligatoire, un autre geste face à un éventuel conflit.

Cette poussée militaire fait suite à la campagne diplomatique menée à Athènes, qui a permis à Bruxelles d'exprimer son soutien à la Grèce et à Chypre. Malgré la possibilité de résoudre le conflit par des moyens diplomatiques, les derniers mouvements de l'armée turque, tant dans les eaux de la mer Égée que sur la côte chypriote, ont conduit Mitsotakis à révéler l'achat d'armes et une revue de l'armée grecque. 

El prospector naval turco, Oruç Reis
PHOTO/REUTERS-Le prospecteur de navires turc, Oruç Reis

«Le temps est venu de renforcer les forces armées», a-t-il déclaré. «Ces initiatives constituent un programme solide qui deviendra un bouclier national», a déclaré le Premier ministre grec. Athènes va acquérir auprès de l'armée de l'air 18 avions de combat Rafale de fabrication française, quatre frégates polyvalentes et quatre hélicoptères navals, neuf armes antichars, des torpilles navales et des missiles. Il recrutera également 15 000 nouveaux soldats et allouera des ressources à l'industrie nationale de l'armement et à la défense contre les cyberattaques.

Le sénateur américain Ron Johnson, qui préside la sous-commission des relations étrangères du Sénat sur l'Europe, a déclaré au Washington Examiner que « nous ne savons pas ce qui va se passer avec Incirlik ». Incirlik a joué un rôle essentiel dans les opérations stratégiques américaines dans la région, comme le retrait des forces américaines d'Afghanistan et d'Irak, mais la détérioration des relations entre Washington et Ankara a mis sur la table le retrait de la présence américaine de la Turquie.

«Je pense que, d'un point de vue défensif, nous devons regarder la réalité de la situation dans laquelle la voie empruntée par Erdogan n'est pas bonne», a déclaré Johnson. Ces déclarations coïncident avec les exercices d'artillerie navale effectués ce week-end par l'armée turque au large des côtes de Sadrazamkoy, dans le nord de Chypre, une zone de l'île contrôlée par Ankara mais non reconnue par la communauté internationale. 

Selon le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage de Chypre, qui est adjacent au ministère de la Défense, il a qualifié ces exercices d'illégaux car ils «violent la souveraineté et les droits souverains de la République de Chypre».

Depuis que la Turquie a lancé son prospecteur naval, l'Oruç Reis, accompagné de navires de guerre, la Méditerranée orientale est au centre des tensions pour deux membres de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Les conflits relatifs aux réserves de gaz dans la région ont rapproché les deux pays voisins d'une guerre, comme jamais auparavant depuis 1996, lorsque les deux pays étaient sur le point de se battre pour une île inhabitée de la mer Égée. 

Combler le fossé 

Bien qu'Erdogan ait annoncé le retour de l'Oruç Reis dans les eaux turques méridionales proches, une mesure que la Grèce a décrite comme une « étape positive », quelques jours plus tard, Ankara a prolongé les opérations de son navire de forage énergétique Yavuz dans la zone contestée au large de Chypre jusqu'au 12 octobre, ce que Chypre a dénoncé comme un signe qu'Ankara étendait ses «forages illégaux».

Face à cette situation, le gouvernement conservateur du Grec Kyriakos Mitsotakis a présenté un plan de défense de 6,8 milliards d'euros pour acquérir de nouvelles armes antichars, des torpilles de la marine et des missiles de l'armée de l'air, selon le quotidien britannique The Guardian.  Il y a quelques jours, le ministère grec des affaires étrangères a annoncé la reprise des pourparlers exploratoires entre Ankara et Athènes en vue d'une résolution « diplomatique » du conflit, qui était au point mort depuis 2016.

Cela s'est produit après qu'Erdogan, sous la pression de l'Union européenne et des États-Unis qui ont manifesté leur soutien à la Grèce, ait rendu l'Oruç Reis à sa base. Le président turc s'est entretenu avec le président du Conseil de l'Union européenne, Charles Michel, et la chancelière allemande, Angela Merkel, pour échapper aux sanctions qui ont été mises sur la table face à l'attitude belligérante d'Ankara. Erdogan s'est montré disposé à parler au Premier ministre grec pour aborder les tensions entre les deux pays au sujet des droits maritimes en Méditerranée orientale. 

Chypre, protestant contre la présence de deux navires d'exploration turcs dans les eaux de l'île divisée, maintient sa position selon laquelle les sanctions pertinentes devraient être imposées à la Turquie et bloque les actions de l'Union européenne contre le Belarus pour fraude électorale présumée jusqu'à ce que ses demandes soient satisfaites.