Les États-Unis et la Russie : un faible progrès

Un premier contact qui a permis d'établir quelques "règles du jeu" dans les relations entre les deux pays
Atalayar_Cumbre Joe Biden y Vladimir Putin

AP/SAUL LOEB  -   Le président Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine arrivent pour se rencontrer à la "Villa la Grange"

Éviter une nouvelle guerre froide était le but recherché par les États-Unis et la Russie. Le sommet bilatéral qui s'est déroulé à Genève (Suisse) était censé représenter une première étape dans le dégel de relations qui avaient atteint leur plus haut niveau de tension depuis exactement l'époque de la guerre froide. Une réunion d'une grande importance dont on n'attendait aucun progrès significatif mais simplement un premier pas vers la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays.

Les prédictions concernant la réunion se sont largement réalisées. Les différences entre les États-Unis et la Russie sont insurmontables sur de nombreux sujets, tels que les droits de l'homme, l'Ukraine et la répression de l'opposition. Mais quelques accords minimaux ont été conclus sur le retour des ambassadeurs dans leurs légations respectives, ainsi que sur l'amélioration du cadre du contrôle des armes nucléaires.

Le président américain Joe Biden est arrivé au sommet avec son homologue Vladimir Poutine avec des alliances renouvelées. Le président américain a rencontré les dirigeants du G7, ainsi que les différents dirigeants de l'OTAN et enfin les représentants de l'Union européenne. Lors des différentes rencontres, Biden a toujours lancé le même message : "L'Amérique est de retour, et du côté de ses alliés".  Il s'agit d'un renversement de la stratégie du précédent président américain, Donald Trump, qui avait opté pour des relations bilatérales et l'isolationnisme américain.

Atalayar_Cumbre Joe Biden y Vladimir Putin
SPUTNIK/MIKHAIL METZEL via REUTERS - Le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine se rencontrent à l'occasion du sommet États-Unis-Russie à la Villa La Grange à Genève

Joe Biden, lui, a remis son pays sur la voie du multilatéralisme et il l'a fait en grand, son premier voyage à l'étranger étant une tournée européenne au cours de laquelle il a tenté de regagner la confiance de ses alliés atlantiques qui avait été sérieusement entamée avec Trump. Il a également profité de ce voyage pour placer la Chine au cœur du débat international, élevant le pays au rang de "menace pour l'Occident". Le président américain est donc arrivé à Genève avec des alliances complètement renouvelées et renforcées, c'est-à-dire avec les fesses bien couvertes avant sa rencontre imminente avec Vladimir Poutine.

Les États-Unis et la Russie partent depuis longtemps du principe qu'ils ne seront jamais alliés et que leurs politiques, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, sont antagonistes, mais Joe Biden est arrivé au sommet avec l'intention d'établir des "règles de base" qui permettraient une relation "stable" et "prévisible" avec le Kremlin. Les États-Unis ont identifié la Chine comme la véritable menace du XXIe siècle, tandis que la Russie a été reléguée dans la catégorie des "défis". Pour Joe Biden, ce sommet était destiné à établir un premier contact, ainsi qu'à fixer les règles du jeu et à pouvoir concentrer toutes ses énergies sur le géant asiatique, sans que Moscou ne représente plus qu'une nuisance mineure.

Une fois la réunion terminée, les deux dirigeants ont convenu qu'elle avait été "positive" et "constructive". Un rendez-vous qui s'annonçait long en raison du nombre de sujets brûlants sur la table, mais qui n'a finalement même pas duré quatre heures et le dialogue direct n'en a duré que deux, présageant du peu d'entente entre les deux. En effet, il y a eu peu de sujets sur lesquels les deux dirigeants étaient d'accord, et ils n'ont même pas proposé de conférence de presse commune, un détail qui dénote une méfiance évidente.

Atalayar_Cumbre Joe Biden y Vladimir Putin
REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Le président américain Joe Biden donne une conférence de presse après le sommet États-Unis-Russie

Le premier à évaluer le sommet a été le président russe Vladimir Poutine, qui a décrit le président américain Joe Biden comme un "homme d'État expérimenté, très différent de Trump". Biden, pour sa part, a souligné que son "programme n'était pas contre la Russie" et qu'il continuera à élever la voix pour défendre les "droits fondamentaux". Parmi les questions sur lesquelles un certain type d'accord a été trouvé, qui étaient très peu nombreuses, figurait l'amélioration du contrôle des armes nucléaires, avec un accent particulier sur l'Iran. Selon les termes mêmes du président américain, "nous avons convenu de travailler ensemble sur ce point, car il est aussi important pour les intérêts de la Russie que pour les nôtres".

Les pourparlers en vue d'un retour à l'accord nucléaire avec l'Iran sont actuellement au point mort. Washington et Moscou faisaient tous deux partie de l'accord de 2015, dont l'ancien président américain Donald Trump a décidé de se retirer unilatéralement en 2018 dernier. Les deux pays font à nouveau partie des négociations en cours pour faciliter un retour à l'accord.

Ils ont également convenu au cours de la réunion de rouvrir les corridors humanitaires en Syrie. La Russie, un allié clé du président syrien Bachar el-Assad, détient actuellement le principal droit de veto lorsque le Conseil de sécurité des Nations unies votera le mois prochain sur la prolongation de l'autorisation du passage frontalier de Bab al-Hawa entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie tenu par les rebelles, le dernier passage d'aide vers le pays.

Atalayar_Cumbre Joe Biden y Vladimir Putin
REUTERS/DENIS BALIBOUSE - Le président russe Vladimir Poutine tient une conférence de presse après le sommet États-Unis-Russie

Un autre des sujets sur lesquels un accord a été trouvé est la cybersécurité, d'une importance vitale pour le président américain, qui a accusé Moscou d'être à l'origine de multiples cyberattaques contre les infrastructures critiques du pays, la dernière en date ayant entraîné la fermeture de l'oléoduc Great Colonial sur la côte Est, l'une des principales artères énergétiques des États-Unis. En conséquence, comme l'a annoncé le président Vladimir Poutine, les deux dirigeants ont convenu d'entamer des consultations sur la cybersécurité.

Dans cette lignée, Joe Biden, a marqué des lignes rouges claires en matière de cybersécurité, le président américain a transmis au président russe l'existence de 16 infrastructures stratégiques qui devraient être exemptées de cyberattaques et a prévenu qu'en cas de non-respect de ces lignes rouges, les Etats-Unis ont "une capacité cybernétique importante" et répondront.

Atalayar_Cumbre Joe Biden y Vladimir Putin
KEYSTONE/PETER KLAUNZER via AP - Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, parle avec le président américain Joe Biden, à droite, lors du sommet États-Unis-Russie à Genève, en Suisse

Parmi les sujets de désaccord, tous les autres. Le cas du leader de l'opposition Alexei Navalny, qui purge actuellement une peine de prison de deux ans et demi, a été l'un des principaux points de désaccord entre les deux dirigeants. Le président Biden a souligné qu'il y aurait des "conséquences dévastatrices" pour la Russie si Navalny mourait en prison. Alors que le président russe répondait aux accusations de restrictions des libertés politiques en Russie, il a comparé le cas d'Alexei Navalny aux arrestations après l'assaut du Capitole aux États-Unis le 6 janvier.

L'Ukraine, une autre des grandes questions épineuses, n'a pas été résolue. Alors que Vladimir Poutine s'est montré peu enclin à faire des concessions sur la présence militaire croissante de la Russie près de la frontière orientale de l'Ukraine, les États-Unis ont insisté sur leur "engagement inébranlable envers la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine". En somme, ce fut une réunion de beaucoup de bruit pour rien. Les États-Unis et la Russie ont pris le pouls de l'autre et se sont regardés en face pour la première fois depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche. Un premier contact qui a servi à fixer quelques "minima" dans la relation entre les deux pays, et qui sert aux États-Unis à se concentrer sur la Chine, qu'ils considèrent comme la menace la plus directe.