Les États-Unis forment l'aviation marocaine avant de livrer 24 hélicoptères de combat au Maroc

Une expédition composée des meilleurs pilotes des forces armées du royaume alaouite s'entraîne sur la base aérienne de l'Utah
Helicópteros Apache

PHOTO/JOE GIDDENS  -   Hélicoptères Apache AH64E

Le Maroc renforce son statut de partenaire privilégié des États-Unis. Le royaume alaouite est considéré par Washington comme un proche allié régional depuis des décennies, une idylle qui remonte au milieu du 20e siècle. Depuis lors, les deux pays partagent un profond partenariat en matière de sécurité et de défense, une coopération qui s'est renforcée depuis la participation du Maroc aux accords historiques d'Abraham.

L'alignement sur Washington a permis au royaume alaouite de signer une batterie de contrats d'armement et de contrats militaires avec de grands entrepreneurs américains. La dernière en date, autorisée par le département d'État en novembre 2019, engageait Boing à envoyer un lot de 24 hélicoptères AH64E Apache et des équipements connexes aux forces armées marocaines pour une valeur estimée à 4 milliards de dollars, soit environ 14,7 millions de Dh.

C'est la première fois que l'armée marocaine reçoit de tels hélicoptères, qui ont été fabriqués sur le sol américain. Avant la première livraison, prévue en 2024, le personnel des forces armées marocaines devra être formé à leur utilisation. Les avions de combat sont équipés d'une technologie de pointe qui leur permet de lancer des attaques contre tous types de cibles à tout moment de la journée.

Marruecos brigadas
PHOTO/ARCHIVO  -  Brigades marocaines

La semaine dernière, le Maroc a envoyé une expédition de ses meilleurs pilotes aux États-Unis pour être formés par l'US Air Force. Les soldats marocains s'entraînent à la base aérienne de Hill, dans le nord de l'Utah, où ils suivent des séances de simulation intensives et des exercices sur le terrain.

Le Royaume Alawi devient ainsi le 17ème pays à acquérir cet hélicoptère militaire. Des États tels qu'Israël, l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis disposent de ce type d'armement. Tous sont des partenaires de Washington, un fait qui illustre la confiance accordée à Rabat par son allié américain, tout en permettant au Maroc de réaliser ses plans de modernisation des armements.

Cet accord n'est pas le premier à être approuvé par le département d'État. Quelques mois plus tôt, le pays d'Afrique du Nord avait acquis 25 avions de combat F-16 fabriqués par Lockheed Martin.

Soldados americanos Marruecos
PHOTO/ARCHIVE  -  L'aviation américaine au Maroc
Les accords d'Abraham : le catalyseur

La normalisation diplomatique entre Israël et le Maroc, réalisée en août 2020 dans le cadre des accords d'Abraham, a formalisé les contacts entretenus depuis des décennies " in pectore ". Ces relations détendues contrastaient avec le climat de discorde généralisé dans le reste du monde arabe. Avec le rapprochement officiel, le royaume alaouite a réussi à susciter la sympathie dans les couloirs de Washington et, avec elle, à se rapprocher de sa feuille de route de modernisation militaire, notamment de l'armée de l'air.

À tel point que l'ancien président Trump a reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, ignorant les décisions rendues par les Nations unies sur la question. Cette action a légitimé la position de Rabat sur la zone en litige avec le Front Polisario, avec lequel elle est engagée dans une guerre de basse intensité depuis des mois. Un conflit dans lequel le Maroc non seulement maintient, mais étend sa supériorité.

Une collaboration étendue

Les pratiques aériennes ne sont pas le seul axe de collaboration militaire, juste une note de bas de page. Cette semaine encore, plusieurs unités de la Garde nationale de l'Utah se trouvent au Maroc, où elles mèneront au cours des quatre prochaines semaines une série de programmes de formation "sur la protection contre les munitions explosives, y compris le déminage et le stockage et le transport des munitions", a tweeté l'ambassade des États-Unis à Rabat.

Soldados americanos Marruecos
PHOTO/ARCHIVE  -  Des soldats américains sur le sol marocain

Le joyau de la couronne est le "lion d'Afrique". Le plus grand accord militaire liant le Maroc et les Etats-Unis avec 10 autres partenaires. Il s'agit en fait du plus grand exercice militaire annuel conjoint du continent. En juin, il a rassemblé plus de 7 000 soldats déployés sur le pays d'Afrique du Nord.

Au niveau géopolitique, cette union constitue un contrepoids au partenariat croissant entre la Russie et l'Algérie. L'Algérie soutient le Front Polisario avec des troupes, des armes et des fonds dans son conflit territorial avec le Maroc, bien que ce dernier ait le dessus. Dans le même temps, Washington renforce ses relations avec un allié fiable dans une enclave marquée par la volatilité. Avec un œil sur le Maghreb et l'autre sur le Sahel, une région qui nourrit ses liens forts dans la croisade contre le terrorisme.