PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis indiquent à Israël qu'ils auront recours à d'autres options si la diplomatie avec l'Iran échoue

Biden et Bennett s'accordent à dire que l'Iran ne doit jamais se doter de l'arme nucléaire
El presidente Joe Biden se reúne con el primer ministro israelí Naftali Bennett en el Despacho Oval de la Casa Blanca. (AP)

AP  -   Le président Joe Biden rencontre le Premier ministre israélien Naftali Bennett dans le bureau ovale de la Maison Blanche

Le président américain Joe Biden a déclaré vendredi au Premier ministre israélien Naftali Benet que son pays adoptera d'autres options si la voie diplomatique avec l'Iran, le grand ennemi d'Israël, échoue.

Les négociations visant à relancer l'accord nucléaire avec la République islamique, auquel Israël s'oppose, étaient au centre de la rencontre de vendredi à la Maison Blanche entre les deux dirigeants, dans ce qui est le premier voyage officiel de Benet depuis son entrée en fonction.

S'adressant aux journalistes avant le début de la réunion, Biden a clairement indiqué à M. Benet qu'il souhaitait donner la priorité à la diplomatie avant d'envisager d'autres solutions.

"Privilégions la diplomatie et voyons où elle nous mène, et si la diplomatie échoue, nous sommes prêts à revenir à d'autres options", a-t-il déclaré.

PHOTO/ARCHIVO  -   Bennet realiza su primera visita oficial a Washington en medio de fuertes tensiones regionales
PHOTO/ARCHIVE - Bennet effectue sa première visite officielle à Washington dans un contexte de fortes tensions régionales
Un engagement commun : l'Iran ne se dotera pas de l'arme nucléaire

Malgré cela, Biden a souligné l'engagement partagé avec Israël selon lequel l'Iran "ne développera jamais une arme nucléaire".

La coalition dirigée par Benet - comme le précédent gouvernement de Benjamin Netanyahou - s'oppose farouchement à l'accord nucléaire de 2015 entre l'Iran et le G5+1 (Allemagne, États-Unis, Chine, France, Royaume-Uni et Russie), que Biden prévoit de réintégrer après que l'administration de son prédécesseur Donald Trump (2017-2021) a retiré les États-Unis du pacte en 2018.

L'Iran et les autres puissances signataires du pacte, ainsi que l'Union européenne (UE), négocient à Vienne depuis début avril pour que les États-Unis, qui participent indirectement aux négociations, reviennent sur l'accord et que Téhéran s'y conforme pleinement.

Interrogée plus tard sur ces options, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré lors de son point de presse quotidien que plusieurs alternatives étaient sur la table, bien que la "première préférence" et la priorité soient la voie diplomatique.

Pour sa part, M. Benet a salué les remarques de Biden selon lesquelles il pourrait y avoir d'autres options si la diplomatie ne fonctionne pas et que l'Iran "ne sera jamais en mesure d'acquérir une arme nucléaire".

PHOTO/ Delegación de la UE en Viena/Handout via REUTERS - El secretario general adjunto del Servicio Europeo de Acción Exterior (SEAE), Enrique Mora, y el adjunto iraní del Ministerio de Asuntos Exteriores, Abbas Araghchi
PHOTO/ Délégation de l'UE à Vienne/Handout via REUTERS - Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et l'adjoint du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi.

Il a averti que si un "régime islamique radical" devait acquérir des armes nucléaires, ce serait un cauchemar atomique mondial.

"L'Iran est le premier exportateur mondial de terreur, d'instabilité et de violations des droits de l'homme, et à l'heure où nous sommes assis ici, les Iraniens utilisent les centrifugeuses des (centrales nucléaires de) Natanz et Fordow. Nous devons l'arrêter", a-t-il déclaré.

M. Benet a également remercié Biden pour l'aide américaine dans la région, où "bien faire les choses ne suffit pas" : "Israël doit être fort pour bien faire les choses".

Dans ce sens, il a rappelé qu'il ne faut pas perdre de vue que son pays "se trouve dans le voisinage le plus difficile du monde", avec le groupe État islamique (EI) à sa frontière sud, l'organisation chiite libanaise Hezbollah à la frontière nord et avec "les milices iraniennes, le Jihad islamique et le Hamas" tout autour.

"Ils veulent tous nous tuer, nous tuer, tuer des Israéliens. Ils veulent anéantir l'État juif ; c'est pourquoi Israël doit toujours être extrêmement fort, plus fort que n'importe lequel de ses ennemis, en fait, que tous nos ennemis réunis", a-t-il déclaré.

M. Biden a souligné l'"alliance indéfectible" entre les deux nations et l'engagement des États-Unis en faveur de la sécurité d'Israël.

À cet égard, l'Américain a exprimé son soutien "total" à la restauration du système de défense antiaérien Dôme de fer d'Israël, après l'escalade de la guerre avec Gaza en mai dernier.

M. Biden s'est également déclaré favorable à ce qu'Israël développe des liens "plus profonds" avec ses voisins arabes et musulmans.

C'est une tendance", a-t-il déclaré, "qui, selon moi, doit être encouragée, et non découragée, et nous ferons tout ce que nous pouvons" pour la soutenir.

L'administration Trump a encouragé la normalisation des relations entre Israël et plusieurs pays arabes et musulmans, dont le Maroc, les Émirats arabes unis, le Soudan et Bahreïn.

Jusqu'à présent, Biden s'était montré prudent à l'égard de ces accords, qui rompaient avec l'une des maximes du conflit israélo-palestinien : pas de normalisation des relations entre les nations arabes et Israël tant que la question palestinienne n'est pas résolue.

AP/SUSAN WALSH - El presidente Joe Biden habla sobre la situación en Afganistán desde la Sala Roosevelt de la Casa Blanca en Washington
AP/SUSAN WALSH - Le président Joe Biden parle de la situation en Afghanistan depuis la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington.

Lors de leur rencontre de vendredi, ils ont également discuté de la pandémie et des programmes de vaccination des deux pays.

En ce qui concerne la vaccination, l'un des points abordés a été la troisième dose du vaccin covid-19, qu'Israël a commencé à administrer plus tôt à certains groupes d'âge et que les États-Unis ont déclaré vouloir commencer à administrer à tous les adultes de plus de 18 ans à partir du 20 septembre.

À cet égard, M. Biden a déclaré que les États-Unis évalueront la recommandation d'Israël selon laquelle les États-Unis devraient administrer la dose de rappel avant huit mois pour les personnes déjà vaccinées.

"Doit-il être inférieur à huit mois ? Doit-il être de cinq mois ? On en discute et j'en ai parlé ce matin avec le Dr (Anthony) Fauci", a-t-il déclaré, en référence au chef épidémiologiste de l'administration de Washington.

La rencontre entre Biden et Benet à la Maison Blanche, dans ce qui est le premier voyage officiel de l'Israélien depuis son entrée en fonction, était prévue pour jeudi mais a été reportée en raison de l'attentat à la bombe de l'aéroport de Kaboul, qui a tué des dizaines de personnes, dont 13 soldats américains.

 El líder supremo iraní, Ali Jameneí, indicó este sábado que la demandas políticas de Washington respecto a Teherán durante el gobierno del actual presidente estadounidense, Joe Biden, no han cambiado respecto a las de la administración de su predecesor, Donald Trump.  "El actual gobierno de Estados Unidos no es diferente al anterior. Su demanda es la misma que la de Trump y no ha marcado ninguna diferencia", subrayó Jameneí respecto al dossier nuclear de Irán, durante su primera reunión con los nuevos ministros aprobados por el Parlamento y el nuevo presidente del país, Ebrahim Raisí, informó la web oficial del líder supremo iraní.  Jameneí agregó que "para ser justos, detrás de la escena de la política exterior estadounidense hay un lobo depredador que a veces se convierte en un astuto zorro" y como ejemplo puso la situación actual en Afganistán por la que culpó a Washington de las tragedias que actualmente sufren los afganos.  "Es labor de Estados Unidos, las tragedias de Afganistán afectan profundamente al ser humano", dijo Jameneí y subrayó que todas las dificultades que están atravesando los afganos y los constantes eventos y asesinatos que sufren "todos son trabajo de Estados Unidos".Le guide suprême iranien Ali Khamenei a déclaré samedi que les exigences politiques de Washington envers Téhéran sous l'administration de l'actuel président américain Joe Biden n'ont pas changé par rapport à celles de l'administration de son prédécesseur Donald Trump.

"L'administration américaine actuelle n'est pas différente de la précédente. Sa demande est la même que celle de Trump et cela n'a fait aucune différence", a souligné Khamenei à propos du dossier nucléaire iranien, lors de sa première rencontre avec les nouveaux ministres approuvés par le Parlement et le nouveau président du pays, Ebrahim Raisi, rapporte le site officiel du guide suprême iranien.

Khamenei a ajouté que "pour être juste, dans les coulisses de la politique étrangère américaine, il y a un loup prédateur qui se transforme parfois en un renard rusé" et il a donné comme exemple la situation actuelle en Afghanistan pour laquelle il a blâmé Washington pour les tragédies dont souffrent actuellement les Afghans.

"C'est l'œuvre des États-Unis, les tragédies en Afghanistan affectent profondément l'être humain", a déclaré Khamenei, soulignant que toutes les difficultés que les Afghans traversent et les événements et les meurtres constants qu'ils subissent "sont tous l'œuvre des États-Unis".