PUBLICIDAD

Marruecos

Les états-unis mettent fin à leur plus longue guerre

Après le retrait des troupes, l'Afghanistan est confronté à un nouveau paysage politique qui témoigne de l'évolution rapide de l'horizon géopolitique de la région
biden-joe-portada-eeuu

REUTERS/CARLOS BARRIA  -   Le président américain Joe Biden quitte la salle après avoir prononcé des remarques sur l'Afghanistan lors d'un discours dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche à Washington, aux États-Unis, le 31 août 2021

Vingt ans se sont écoulés depuis que les États-Unis ont mené une nouvelle invasion de l'Afghanistan sous le prétexte de soutenir la démocratie dans le pays et d'éradiquer la menace terroriste d'Al-Qaida. Le gouvernement américain, dirigé par George W. Bush, a exécuté cette décision après avoir subi la pire attaque de son histoire : 2 753 personnes sont mortes à la suite des attentats du 11 septembre 2001, ouvrant une plaie dans le pays qui mettra des années à se refermer.

Quelques jours après les attentats, George W. Bush a déclaré la guerre au terrorisme dans un discours de sept minutes seulement, sous l'œil attentif des deux chambres du Congrès. "Ceux qui ne sont pas avec nous seront contre nous", a déclaré l'ancien président à l'heure où l'on commence à écrire l'histoire de l'un des conflits les plus importants de notre siècle.

Toutefois, cette rhétorique est arrivée à son terme. Les États-Unis mettent fin à leur guerre, laissant l'Afghanistan sous la domination des talibans et sous la menace d'un acteur qui n'existait pas lorsque les États-Unis ont décidé d'exécuter leur mission : Daesh. Il y a quelques jours, l'ISIS-K a perpétré plusieurs attentats à proximité de l'aéroport de Kaboul, faisant des centaines de morts et de blessés et créant de nouveaux scénarios d'incertitude. 

chris-donahue-ejercito-estados-unidos-afganistan
AFP PHOTO/JACK HOLT/US CENTCOM - Major général Chris Donahue

Malgré cela, les attaques n'ont pas modifié la position des États-Unis. Le retrait des troupes internationales a été accéléré et le 31 août, jour fixé pour le retrait officiel de toutes les troupes, l'aéroport de Kaboul était un désert.

Le retrait a maintenant été exécuté et M. Biden a prononcé un discours victorieux dans lequel il a souligné que "le succès extraordinaire de cette mission était dû à l'incroyable compétence, à la bravoure et au courage désintéressé de l'armée américaine et de nos diplomates et professionnels du renseignement". Faisant référence au retrait des troupes, M. Biden a justifié son geste en déclarant que "cette décision sur l'Afghanistan ne concerne pas seulement l'Afghanistan. Il s'agit de mettre fin à une ère d'opérations militaires majeures visant à refaire d'autres pays".

"Nous, ainsi que nos partenaires, avons transporté par voie aérienne plus de 100 000 citoyens afghans, et personne n'a transporté des citoyens comme nous l'avons fait", a-t-il déclaré. "Les États-Unis continueront à lutter contre le terrorisme en Afghanistan et dans d'autres pays, mais ils ne veulent pas d'une guerre terrestre pour ce faire (...) Nous pensions que l'armée de 300 000 personnes que nous avons entraînée et armée ferait le poids face aux talibans. Nous pensions que le gouvernement afghan serait capable de résister, mais cette hypothèse s'est avérée fausse". 

talibanes-afganistan-aereopureto-kabul
PHOTO/TALIBÁN vía REUTERS - Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, s'adresse à l'unité militaire Badri 313 à l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, le 31 août 2021.

Il a également déclaré que les États-Unis "restent déterminés à expulser les Américains qui se trouvent en Afghanistan lorsqu'ils le souhaitent".

En revanche, les déclarations de la délégation talibane diffèrent sensiblement du message américain : "ils ont été arrogants depuis le début, maintenant ils ont été vaincus, il n'y aura pas de vengeance ni d'agression (...) mon premier message est que personne ne doit s'inquiéter. Restez et vivez dans votre patrie et votre maison, nous vous protégerons".

"Ils sont enfin partis et nous remercions les talibans de les avoir vaincus", a déclaré un citoyen afghan à la télévision nationale.

Une nouvelle orientation pour la politique étrangère américaine

Si une chose est claire dans la décision américaine de se retirer, c'est que les États-Unis sont en train de changer leur politique étrangère. Finis les discours expansionnistes, caractérisés par les discours de la doctrine de la "destinée manifeste", ou la politique controversée adoptée par Bush de "guerre préventive". 

bush-eeuu-doctrina-politica
AFP/MARK RALSTON - Sur cette photo d'archive, l'ancien président américain George W. Bush s'exprime à la bibliothèque présidentielle Ronald Reagan lors de la promotion de son prochain livre "Portraits of Courage : A Commander in Chief's Tribute to America's Warriors".

Avec l'ère Trump, les États-Unis ont commencé à s'éloigner d'une politique étrangère interventionniste pour poursuivre des mesures diplomatiques, contentieuses et conciliantes qui ont mis fin à certains conflits de longue date. M. Trump souhaite inverser les discours officiels déclarés par les anciens présidents pour se concentrer sur une politique intérieure "American First" et s'éloigner des politiques étrangères controversées qui entourent le pays.

Pendant sa campagne de 2016, Trump a promis de retirer les troupes d'Afghanistan et d'Irak, et une fois en poste, sa promesse a commencé à prendre les premières mesures pour se concrétiser. Avec l'arrivée de Biden au pouvoir, le président américain a annoncé en avril dernier le retrait des troupes avant le 11 septembre prochain : "Je suis le quatrième président des États-Unis à devoir gérer la présence de troupes américaines en Afghanistan. Deux républicains, deux démocrates. Je ne transmettrai pas cette responsabilité à un cinquième", a-t-il déclaré. 

trump-eeuu-america
L'ancien président américain Donald Trump s'adresse aux partisans lors d'un rassemblement "Save America" à York Family Farms, le 21 août 2021 à Cullman, en Alabama.

Il a ensuite conclu qu'"il est temps de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique". Il est temps que les troupes américaines rentrent à la maison (...) Nous ne pouvons pas continuer le cycle qui consiste à prolonger ou à étendre notre présence militaire en Afghanistan dans l'espoir de créer les conditions idéales pour notre retrait, en espérant un résultat différent".

Quatre mois plus tard, le retrait est maintenant terminé. Les États-Unis laissent derrière eux une guerre qui a coûté au pays 778 milliards de dollars. Il est clair que les pertes ont transcendé les pertes économiques, puisque les forces de la coalition ont subi 3 500 pertes, dont plus de 2 300 étaient des troupes américaines. Si l'on ajoute à cela les morts et les blessés parmi les militaires et les civils afghans, les chiffres s'élèvent à près de 111 000, selon la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan. 

aereopuerto-kabul-retirada
AFP PHOTO / Master Sgt. Alexander Burnett /US ARMY - Le président Joe Biden a défendu sa décision de retirer les troupes d'Afghanistan, affirmant qu'il en allait de l'intérêt national des États-Unis.

Les États-Unis quittent l'Afghanistan, laissant le pays dans une situation similaire à celle dans laquelle il se trouvait il y a près de vingt ans, mais il a désormais la menace de la Chine et de la Russie qui, profitant du vide occidental, n'hésitent pas à faire des coups sur un échiquier endommagé. À cela s'ajoute le pouvoir des talibans qui a tenté de démontrer son contrôle de la situation, mais les dernières attaques de l'ISIS-K montrent que les menaces pour la sécurité du pays sont latentes. Après l'émergence de la Chine, son influence croissante dans la région, la résurgence de Daesh dans les conflits et le changement de stratégie des États-Unis, nous pouvons constater que la nouvelle géopolitique change les règles du jeu mondial dans cette région du monde, et que les États-Unis ne veulent plus en faire partie, du moins de manière directe.