Les États-Unis retirent la Turquie du programme d'avions de combat F-35

Washington a ratifié sa décision d'exclure Ankara de l'accord de production d'armes après l'achat du système antimissile russe S-400 en 2019
Un F-35A Lightning II Joint Strike Fighter despega en una salida de entrenamiento en la Base de la Fuerza Aérea de Eglin, Florida PHOTO/ U.S. Air Force photo/Randy Gon/Handout via REUTERS

PHOTO/ U.S. Air Force photo/Randy Gon/Handout via REUTERS  -   Un F-35A Lightning II Joint Strike Fighter décolle lors d'une sortie d'entraînement sur la base aérienne d'Eglin, en Floride.

Les États-Unis ont exclu mercredi la Turquie du programme d'avions de combat F-35 et ont signé un nouvel accord de coopération avec leurs partenaires, a rapporté l'agence Anadolu. Le département américain de la défense a pris la décision finale de retirer le pays ottoman après avoir suspendu sa participation en 2019, lorsque la Turquie a acquis le système de missiles aéroportés russe S-400.

Le protocole d'accord conjoint, signé en 2006, était un accord de collaboration en matière d'armement entre huit États qui incluait le pays ottoman parmi les développeurs de l'avion de combat Lockheed Martin F-35 Lightning II. Des entreprises turques étaient chargées de fabriquer certaines parties de l'équipement jusqu'en 2019, date à laquelle la participation de la Turquie a été suspendue. 

Le ministère de la défense a justifié l'exclusion de la Turquie après avoir affirmé que son achat de l'antimissile russe S-400 était incompatible avec les postulats et les menaces de l'OTAN. Cependant, la Turquie a maintenu les termes de l'accord avec la Russie. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a assuré au secrétaire d'État Antony Blinken que l'achat était "une affaire réglée". Les États-Unis ont réagi en imposant un régime de sanctions à l'industrie de l'armement ottomane.

El presidente de Turquía ha criticado a Estados Unidos por echar a su país del programa de aviones de combate F-35 después de que Ankara comprara un sistema ruso de defensa antimisiles PHOTO/ Presidential Press Service, Pool Photo via AP
PHOTO/ Presidential Press Service, Pool Photo via AP-Le président turc a critiqué les États-Unis pour avoir exclu son pays du programme d'avions de combat F-35 après qu'Ankara a acheté un système de défense antimissile russe.

Washington a retiré la Turquie du programme d'avions F-35 Lightning II en 2019, arguant que les systèmes de missiles aéroportés S-400 acquis par la Turquie pourraient être utilisés par la Russie pour obtenir secrètement des détails classifiés des avions F-35 de Lockheed Martin et qu'ils sont incompatibles avec les systèmes de l'OTAN.

Pour leur part, les États-Unis ont renouvelé en 2006 le programme de chasseurs F-35 avec les partenaires signataires restants, notamment le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, l'Australie, le Danemark, le Canada et la Norvège. Aucun nouveau membre n'ayant rejoint le programme, la seule nouveauté a été l'exclusion définitive de la Turquie.

Malgré le retrait du programme et l'imposition de sanctions à la Turquie par les États-Unis en décembre, les entrepreneurs ottomans continuent de fabriquer des pièces pour le chasseur de cinquième génération. Le Pentagone a reconnu en mars qu'il continuerait à faire appel à des contractants turcs pour le développement des F-35. La Turquie avait prévu d'acheter 100 F-35, mais les États-Unis ont refusé de livrer les quatre jets achevés après l'exclusion du pays du programme.

Sistema de misiles tierra-aire S-400 "Triumph" REUTERS/VITALY NEVAR
REUTERS/VITALY NEVAR-Système de missiles sol-air S-400 "Triumph".

L'industrie turque de la défense a engagé Stephen Williams, ancien cadre de Lockheed Martin, pour faire pression sur Washington au nom des intérêts de la Turquie. L'objectif de la présidence de l'industrie de la défense (SSTEK) était la réintégration du pays dans le programme de production des avions de combat F-35. L'institution publique a également engagé le cabinet d'avocats Arnold & Porter, basé à Washington, pour faire annuler la décision du ministère de la défense américain. 

Le président de l'industrie de la défense turque, Ismail Demir, a qualifié d'"injustice" le retrait du pays du programme en mars dernier et a déclaré que l'intention du pays n'était pas nécessairement de réintégrer le programme, mais de récupérer les pertes économiques. Au moment où elle a été retirée de l'accord, Ankara fabriquait des pièces pour une commande de 100 avions de combat F-35. 

REUTERS/VITALY NEVAR

Une relation détériorée

Les tensions entre Washington et Ankara ont conduit au retrait officiel de cette dernière du programme d'armement. Toutefois, ce n'est pas le seul point de friction entre les deux parties. Avant l'arrivée de Biden à la Maison Blanche, Erdogan a cherché à tempérer les relations diplomatiques avec les États-Unis après la confrontation constante avec l'ancien président Trump. Bien que le démocrate n'ait pas encore eu de conversation avec Erdogan après trois mois de mandat. 

Autrefois partenaires stratégiques, les liens entre les États-Unis et la Turquie se sont détériorés en raison de différences majeures en matière de politique étrangère. Washington et Ankara ont des vues divergentes sur la Syrie, sur la coopération avec la Russie et, enfin, sur la situation en Méditerranée orientale. Sur ce dernier point, les États-Unis considèrent que les interventions navales turques sont déstabilisantes.

La dernière confrontation entre les deux hommes pourrait avoir lieu dans les prochains jours, alors que le président Biden s'apprête à reconnaître officiellement le génocide arménien perpétré par l'Empire ottoman, le régime qui a précédé l'actuelle République turque. Les législateurs et les militants arméno-américains ont insisté pour que le démocrate fasse cette annonce avant ou pendant la journée de commémoration du génocide arménien, qui sera célébrée ce samedi. "Si les États-Unis veulent que nos relations se détériorent, c'est à eux de le faire", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, dans un communiqué.