Les États-Unis revalident leurs privilèges militaires aux Philippines, leur alliance avec Singapour et leur aide au Viêt Nam

Le secrétaire américain à la défense, le général Lloyd Austin, s'est rendu à Singapour, Hanoi et Manille pour renforcer les liens de coopération avec la Chine
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - El secretario de Defensa norteamericano, el general Lloyd Austin, ha visitado Singapur, Vietnam y Filipinas para reforzar la posición de Estados Unidos en el sudeste asiático. Con el ministro de Defensa Nacional de Vietnam, el general Phan Van Giang

PHOTO/Chad McNeeley-DoD  -   Le secrétaire américain à la défense, le général Lloyd Austin, s'est rendu à Singapour, au Vietnam et aux Philippines pour renforcer la position des États-Unis en Asie du Sud-Est. Avec le ministre de la défense nationale du Vietnam, le général Phan Van Giang

L'importance stratégique de l'Asie du Sud-Est pour les États-Unis dans leur compétition mondiale avec la Chine est évidente dans le voyage que le secrétaire américain à la défense, le général Lloyd Austin, vient d'effectuer à Singapour, au Vietnam et aux Philippines au cours de la dernière semaine de juillet.

Dans chacun de ces pays, le fantassin et le premier homme de couleur en qui l'administration Biden a placé sa confiance pour diriger la politique de défense nationale a tenu une série de réunions de haut niveau et signé des accords importants. Sa tournée complète la première série de voyages qu'il a effectués au Japon, en Corée du Sud, en Inde et en Afghanistan au cours de la deuxième quinzaine de mars, après avoir pris ses fonctions à la fin du mois de janvier.

Les Philippines étaient un must. Pendant la guerre froide, il était le porte-avions terrestre de Washington en Asie, où l'île de Luzon abrite la base aérienne de Clarck, la plus grande station permanente outre-mer des forces armées américaines. Une autre destination devait être Singapour, la perle de l'Asie, un allié riche et fiable aux portes du continent le plus peuplé du monde. Ces deux pays d'Asie du Sud-Est ont conclu avec les États-Unis les accords de coopération en matière de défense et de sécurité les plus importants et les plus solides. Le Vietnam était le troisième pays à l'ordre du jour, un pays dont les frontières sont ombragées par la Chine.

PHOTO/Chad McNeeley-DoD - El general Lloyd Austin ha dado garantías al presidente Duterte que Washington está del lado de Manila frente a las reclamaciones que Pekín ejerce sobre la mayoría de los islotes y archipiélagos del Mar de la China Meridional
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Le général Lloyd Austin a assuré le président Duterte que Washington était du côté de Manille contre les revendications de Pékin sur la plupart des îlots et archipels de la mer de Chine méridionale

L'étape la plus importante du voyage de Lloyd Austin fut les Philippines, dernière étape de son deuxième voyage indo-pacifique. Mais sa première étape, la ville-État stratégique de Singapour, a été d'une importance capitale pour l'ensemble de son voyage. Le discours qu'il a prononcé lors du select Forum de l'Institut international d'études stratégiques (IISS) au luxueux hôtel Fullerton a envoyé des messages clairs aux membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), à tous les pays de la région et surtout aux autorités de ses deux prochaines destinations, Hanoi et Manille.

Le vétéran militaire de 68 ans devenu politicien, qui dirige les affaires de défense du président Joe Biden, a souligné qu'en tant que secrétaire américain à la défense, "je suis déterminé à poursuivre une relation constructive et stable avec la Chine, à travailler avec Pékin sur des défis communs, notamment la menace du changement climatique". "Nous ne demandons pas aux pays de la région de choisir entre l'un ou l'autre" (la Chine ou les États-Unis), a-t-il souligné.

Il a profité de l'occasion pour mettre en avant son concept de "dissuasion intégrée", pierre angulaire de la nouvelle politique étrangère du Pentagone. En substance, une sorte de cocktail de hard power et de soft power, qui nécessite de posséder les meilleurs systèmes d'armes, les outils d'intelligence artificielle et l'informatique quantique, en plus des nouveaux domaines de l'espace et du cyberespace, le tout assaisonné d'une aide à la préservation de l'environnement, à la lutte contre le changement climatique et à la protection de la santé, désormais axée sur la vaccination contre le COVID-19. Avec tout cela, il espère assurer la sécurité mondiale de son pays et de ses alliés, en faisant réfléchir les adversaires des États-Unis à deux fois avant d'agir de manière agressive.

PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Singapur está considerado como el socio más fiable de Estados Unidos en el sudeste asiático. Los acuerdos de defensa y seguridad entre ambos países permiten a los militares norteamericanos acceder, estacionar y sobrevolar su territorio y aguas jurisdiccionales
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Singapour est considéré comme le partenaire le plus fiable des États-Unis en Asie du Sud-Est. Les accords de défense et de sécurité entre les deux pays permettent aux militaires américains d'accéder à leur territoire et à leurs eaux territoriales, de les stationner et de les survoler.
Maintenir et renforcer les relations de défense et de sécurité avec les Philippines

Les propos de Lloyd Austin ont trouvé un écho au palais de Malacañan, la résidence officielle du président philippin Roberto Duterte, qu'il a rencontré à son arrivée à Manille le 29 juillet. L'envoyé de la Maison Blanche a voulu mettre en évidence l'importance accrue que l'administration Biden dit vouloir accorder aux Philippines, l'allié le plus ancien des États-Unis dans la région, dont l'accord de défense mutuelle remonte à août 1951.

Mais l'objectif de Lloyd Austin était surtout de rassurer le président Duterte : face aux revendications de souveraineté de Pékin sur la plupart des îlots et archipels de la mer de Chine méridionale, au détriment des pays de la zone - dont les Philippines -, les États-Unis "se tiennent aux côtés des États côtiers de la région pour défendre leurs droits en vertu du droit international". Il confirme également, à titre personnel, que le dirigeant philippin a abandonné l'équilibre qu'il semblait vouloir maintenir entre l'alliance de longue date des Philippines avec Washington et la pression constante de Pékin. 

PHOTO/Chad McNeeley-DoD - El presidente de Filipinas, Roberto Duterte, ha renunciado al equilibrio que quería mantener entre la ancestral alianza filipina con Washington y la constante presión de Pekín
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Le président philippin Roberto Duterte a renoncé à l'équilibre qu'il voulait maintenir entre l'alliance de longue date des Philippines avec Washington et la pression constante de Pékin.

Afin de plaire au gouvernement de Pékin et de réduire la tension générée par la présence de centaines de navires de pêche chinois dans la zone économique exclusive des Philippines, le président Duterte a menacé les États-Unis en février 2020 de dénoncer ou de laisser expirer l'accord dit "Visiting Forces Agreement" (VFA), en vigueur entre les deux pays depuis 1999. Cette déclaration a été lue au Pentagone comme un "coup très sérieux" porté aux relations entre les deux pays, ainsi qu'un cadeau à la Chine.

La VFA est un accord bilatéral qui établit les conditions juridiques dans lesquelles le personnel et les systèmes d'armes des forces armées américaines peuvent entrer et rester sur le territoire tagalog pour coopérer contre l'insurrection radicale à Mindanao, la plus grande île du pays, pour soutenir les opérations de secours en cas de catastrophe ou pour effectuer des exercices avec des unités militaires philippines, environ 300 chaque année.

PHOTO/Chad McNeeley-DoD - En la capital vietnamita, Lloyd Austin efectuó una ofrenda floral en el lugar que recuerda el derribo del caza del senador John McCain (1936-2018) en octubre de 1967, encarcelado y torturado hasta su liberación en 1973
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Dans la capitale vietnamienne, Lloyd Austin a déposé une gerbe sur le site commémorant l'abattage de l'avion de chasse du sénateur John McCain (1936-2018) en octobre 1967, qui a été emprisonné et torturé jusqu'à sa libération en 1973.

A la fin, tout a été réglé. Lloyd Austin a quitté Manille après avoir rencontré le secrétaire aux affaires étrangères Teodoro Locsin et fait une déclaration commune avec le secrétaire à la défense nationale Delfin Lorenzana. L'homme politique philippin a confirmé que le président Duterte avait décidé de maintenir la VFA en place et tous deux ont exprimé la volonté des deux pays de renforcer leur alliance et de faire face de manière coordonnée aux menaces chinoises contre les intérêts philippins.

Le Vietnam était la pièce maîtresse de l'itinéraire, la nation dans laquelle le secrétaire à la défense a passé le plus de temps et où ses entretiens avaient une forte connotation politique à long terme. L'objectif était de continuer à renforcer progressivement la confiance mutuelle entre Washington et Hanoï, ennemis à mort dans la seconde moitié du siècle, mais aujourd'hui deux nations préoccupées par l'expansionnisme de Pékin.

Vaccins contre le COVID-19 et localisation des personnes disparues

En signe de bonne volonté, deux semaines avant l'arrivée de Lloyd Austin à Hanoi, Washington avait fait don de 2 millions de doses de vaccin moderne COVID-19, qui ont été complétées par 3 autres millions pendant son séjour dans la capitale vietnamienne. En retour, il a été reçu non seulement par le ministre de la Défense nationale, Phan Van Giang, mais aussi par le Premier ministre, Pham Minh Chinh, et même par le nouveau président Nguyen Xuan Phuc, 67 ans, qui avait pris ses fonctions le 5 avril. 

PHOTO/Chad McNeeley-DoD - El secretario de Defensa se reunió con el presidente de Vietnam, Nguyen Xuan Phuc, bajo el busto histórico líder Ho Chi Minh, enemigo declarado de Estados Unidos
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Le secrétaire à la défense a rencontré le président vietnamien, Nguyen Xuan Phuc, sous le buste historique de Ho Chi Minh, un ennemi déclaré des États-Unis.

En termes d'accords, Washington a accédé à la demande du gouvernement vietnamien, qui souhaite localiser les restes des personnes disparues pendant la guerre du Vietnam (1955-1975). Le Pentagone et d'autres agences faciliteront l'accès à la documentation et aux dossiers militaires en leur possession pour tenter de satisfaire les familles vietnamiennes. En outre, les deux gouvernements ont convenu de coopérer en matière de sécurité maritime.

Que s'est-il passé lors du premier arrêt de Lloyd Austin à Singapour ? Il a rencontré le ministre de la défense Ng Eng Hen, avec qui il a discuté d'une éventuelle expansion de la présence navale américaine et du renforcement des capacités que le gouvernement de la présidente Halimah Yacob - dont le mandat se termine en septembre 2023 - fournit à la flotte américaine.

Singapour est l'un des plus grands centres financiers et portuaires du monde. Considéré comme le partenaire le plus fiable des États-Unis en Asie du Sud-Est, les principaux accords de défense et de sécurité entre les deux pays ont été renouvelés en 2019 et permettent à l'armée américaine d'accéder, de stationner et de survoler son territoire et ses eaux juridictionnelles. Singapour est un important acheteur de systèmes d'armes auprès de l'industrie américaine. Avec le Japon et la Corée, c'est la seule nation d'Asie qui a reçu l'approbation de Washington pour acheter des chasseurs avancés de cinquième génération F-35 Lightning II. Il y a quatre appareils, avec une option pour huit appareils supplémentaires.

PHOTO/SAF - Junto con Japón y Corea, Singapur es la única nación de Asía que goza de la plena confianza de Washington para comprar sus cazas de quinta generación F-35. La mayor parte del actual arsenal aéreo del país procede de la industria norteamericana
PHOTO/SAF - Avec le Japon et la Corée, Singapour est la seule nation d'Asie qui bénéficie de la pleine confiance de Washington pour acheter ses chasseurs F-35 de cinquième génération. La plupart de l'arsenal aérien actuel du pays provient de l'industrie américaine.

Les F-35 seront reçus à partir de 2026 par la flotte aérienne de combat de Singapour, qui est entièrement constituée de Boeing F-15E Strike Eagle (40 unités), de F-16 Falcon (60) et d'hélicoptères AH-64D Apache (20). La coopération comprend également la formation et l'entraînement aux États-Unis des pilotes et des techniciens de l'US Air Force, qui a maintenant été étendue à la base aérienne d'Andersen sur l'île de Guam, à 4 700 kilomètres de Singapour. 

Les systèmes de missiles et une grande partie de son armement terrestre proviennent également des États-Unis. Les achats effectués au cours des dernières décennies par le biais de la formule gouvernementale s'élèvent à 8,5 milliards de dollars, auxquels s'ajoutent 37,6 milliards de dollars d'achats directs d'équipements, de moteurs, d'appareils électroniques et de pièces détachées auprès de l'industrie américaine, selon les données d'avril 2021 du département d'État.

Pour attirer davantage les pays d'Asie du Sud-Est à Washington, un troisième voyage devrait emmener le général Lloyd Austin en Indonésie, en Malaisie et en Thaïlande.