Les États-Unis reviennent à l'accord de Paris 

Biden ordonne le retour à l'Accord de Paris qui prendra effet dans un mois   
Biden ordena la vuelta al Acuerdo de París que se hará efectiva en un mes   

 -  

Près de quatre ans après l'annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis de l'accord de Paris, l'administration de Joe Biden a enfin tenu sa promesse de lutter contre le changement climatique.  Ce retour de la première économie mondiale, deuxième plus grand émetteur de C02, signifie que presque toutes les nations de la planète font désormais partie de l'accord signé en 2015. 

Près d'un mois après son entrée en fonction, Biden a fait ses débuts sur la scène mondiale en participant à deux forums, le sommet virtuel du G7 et la conférence de Munich sur la sécurité, déterminé à reprendre le rôle traditionnel de leader des États-Unis en Occident et à laisser derrière lui l'isolationnisme de l'ancien président Donald Trump. 

La participation des États-Unis, deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine, est considérée comme essentielle à toute tentative de réduction des émissions de CO2 et de limitation du réchauffement climatique.  

Près d'un mois et demi après qu'une foule de partisans radicaux de Trump ait attaqué le Capitole américain, Joe Biden a immédiatement décidé de revenir à l'Accord de Paris : "Nous ne pouvons plus retarder ou faire le strict minimum pour lutter contre le changement climatique", a insisté vendredi à la Maison Blanche Joe Biden lors de son premier grand discours de politique étrangère à la Conférence de Munich sur la sécurité. "Il s'agit d'une crise existentielle mondiale. Et nous en subirons tous les conséquences", a-t-il ajouté. 

  Estados Unidos vuelve al Acuerdo de París  Biden ordena la vuelta al Acuerdo de París que se hará efectiva en un mes    Meryem Hafidi      Casi cuatro años después del anuncio de Donald Trump de la retirada de Estados Unidos,  del Acuerdo de París, finalmente la Administración de Joe Biden ha cumplido con lo prometido, luchar contra el cambio climático.  Este regreso de la mayor economía del mundo, el segundo mayor emisor de C02, supone que casi todas las naciones del planeta son ahora parte del acuerdo firmado en 2015.    A punto de cumplir un mes en el poder, Biden se estrenó en el escenario global al participar en dos foros, la cumbre virtual del G7 y la Conferencia de Seguridad de Múnich, decidido a retomar el papel de liderazgo tradicional de Estados Unidos en Occidente y dejar atrás el aislacionismo del expresidente Donald Trump.    La participación de Estados Unidos, el segundo mayor emisor de gases de efecto invernadero por detrás de China, es considerada como fundamental para cualquier intento de reducir las emisiones de CO2 y frenar el calentamiento global.     Casi  un mes y medio después de que una turba de seguidores radicales de Trump atacará el Capitolio de Estados Unidos, Joe Biden, decidió inmediatamente volver al Acuerdo de París . "No podemos seguir retrasando o haciendo lo mínimo para abordar el cambio climático", insistió Biden el viernes en la Casa Blanca durante su primer gran discurso en política exterior en la Conferencia de Seguridad de Múnich. "Se trata de una crisis existencial global. Y todos sufriremos las consecuencias", añadió.    El Acuerdo de París exige a todas las Partes que hagan todo lo que esté en su mano por medio de contribuciones determinadas a nivel nacional (NDC por sus siglas en inglés) y que redoblen sus esfuerzos en los próximos años. Esto incluye la obligación de que todas las Partes informen periódicamente sobre sus emisiones y sobre sus esfuerzos de aplicación. También habrá un inventario mundial cada cinco años para evaluar el progreso colectivo hacia el logro

L'accord de Paris exige de toutes les parties qu'elles fassent tout leur possible au moyen de contributions nationales déterminées (NDC) et qu'elles redoublent d'efforts dans les années à venir. Cela inclut l'obligation pour toutes les parties de faire régulièrement rapport sur leurs émissions et leurs efforts de mise en œuvre. Il y aura également un bilan mondial tous les cinq ans pour évaluer les progrès collectifs vers la réalisation de l'objectif de l'accord et pour rendre compte des nouvelles actions individuelles des parties. 

L'objectif central de l'accord de Paris est de renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l'augmentation de la température mondiale au cours de ce siècle bien en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et de poursuivre les efforts pour limiter davantage l'augmentation de la température à 1,5 degré Celsius. En outre, l'accord vise à renforcer la capacité des pays à faire face aux conséquences du changement climatique et à garantir que les flux de financement sont compatibles avec un faible niveau d'émissions de gaz à effet de serre (GES) et une voie de résistance au climat.  

Mais les ambitions de l'accord sont essentiellement non contraignantes, chaque pays élaborant ses propres mesures. Un point sur lequel Barack Obama et John Kerry ont insisté lorsqu'ils ont signé l'accord en 2015, inquiets de l'opposition politique aux États-Unis. 

Pendant sa campagne électorale, Joe Biden a averti que le changement climatique était "l'une des plus grandes menaces" pour le pays et a annoncé qu'il le mettrait en tête de sa liste de priorités, au même titre que la lutte contre le Coronavirus et la reprise économique. 

Le programme vert de M. Biden pour l'élection a proposé un plan d'investissement propre de 2 000 milliards de dollars pour aider les États-Unis à atteindre un niveau d'émissions net zéro d'ici 2050, ce qui signifie qu'à cette date, l'économie américaine ne pourra plus rejeter dans l'atmosphère que la quantité de gaz à effet de serre que ses puits (principalement les forêts) sont capables d'absorber. Il a également promis une production d'électricité 100 % sans émissions d'ici 2035. 

  Estados Unidos vuelve al Acuerdo de París  Biden ordena la vuelta al Acuerdo de París que se hará efectiva en un mes    Meryem Hafidi      Casi cuatro años después del anuncio de Donald Trump de la retirada de Estados Unidos,  del Acuerdo de París, finalmente la Administración de Joe Biden ha cumplido con lo prometido, luchar contra el cambio climático.  Este regreso de la mayor economía del mundo, el segundo mayor emisor de C02, supone que casi todas las naciones del planeta son ahora parte del acuerdo firmado en 2015.    A punto de cumplir un mes en el poder, Biden se estrenó en el escenario global al participar en dos foros, la cumbre virtual del G7 y la Conferencia de Seguridad de Múnich, decidido a retomar el papel de liderazgo tradicional de Estados Unidos en Occidente y dejar atrás el aislacionismo del expresidente Donald Trump.    La participación de Estados Unidos, el segundo mayor emisor de gases de efecto invernadero por detrás de China, es considerada como fundamental para cualquier intento de reducir las emisiones de CO2 y frenar el calentamiento global.     Casi  un mes y medio después de que una turba de seguidores radicales de Trump atacará el Capitolio de Estados Unidos, Joe Biden, decidió inmediatamente volver al Acuerdo de París . "No podemos seguir retrasando o haciendo lo mínimo para abordar el cambio climático", insistió Biden el viernes en la Casa Blanca durante su primer gran discurso en política exterior en la Conferencia de Seguridad de Múnich. "Se trata de una crisis existencial global. Y todos sufriremos las consecuencias", añadió.    El Acuerdo de París exige a todas las Partes que hagan todo lo que esté en su mano por medio de contribuciones determinadas a nivel nacional (NDC por sus siglas en inglés) y que redoblen sus esfuerzos en los próximos años. Esto incluye la obligación de que todas las Partes informen periódicamente sobre sus emisiones y sobre sus esfuerzos de aplicación. También habrá un inventario mundial cada cinco años para evaluar el progreso colectivo hacia el logro
Foto Patrick Kovarik / AFP-L'Arc de Triomphe s'est illuminé pour célébrer l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris.

Cette décision puissante et symbolique, lancée par Biden surtout à la communauté internationale, a été complétée par une autre série de décisions visant à inverser l'impact environnemental de l'administration Trump, qui a procédé à une déréglementation systématique avec une longue centaine de mesures. 

L'un des doutes que la nouvelle administration américaine devra dissiper est sa contribution au financement international du climat, qui devrait aider les pays les moins avancés à faire face aux conséquences du changement climatique. Cependant, les États-Unis réduisent leurs contributions au financement du climat depuis 2017. Maintenant, avec le changement de gouvernement, il devrait augmenter les fonds qu'il alloue à ce chapitre de la coopération internationale. 

Pour sa part, l'ancien secrétaire d'État et ancien candidat à la Maison Blanche, John Kerry, aujourd'hui envoyé américain pour le climat, a appelé les États du monde à relever leurs ambitions en matière de climat lors du sommet des Nations unies qui se tiendra à Glasgow (Écosse) en novembre. Avant cela, Biden prévoit d'organiser un autre sommet sur le climat le 22 avril, qui coïncidera avec la Journée de la Terre. 

L'accord de Paris vise à limiter la hausse de la température mondiale à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux de la révolution préindustrielle, et à poursuivre les efforts pour limiter cette hausse à 1,5 degré. L'élan politique actuel va dans le sens d'une plus grande ambition environnementale à un moment où les conséquences du changement climatique sont de plus en plus visibles. Une étude récente indique que 480 000 personnes sont déjà mortes au cours de ce siècle à la suite de catastrophes naturelles liées à des événements climatiques extrêmes.