PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis se tournent vers la région Asie-Pacifique après le retrait d'Afghanistan

Certaines des dernières actions militaires et politiques de Washington suggèrent que la politique étrangère de la Maison Blanche se concentrera sur la zone Asie-Pacifique pour faire face à la domination chinoise
atalayar_joe biden

REUTERS/KEVIN LAMARQUE  -   Le président américain Joe Biden

Le retrait américain de l'Afghanistan pourrait inciter les États-Unis à renforcer leur présence dans la région Asie-Pacifique afin de contrer l'influence de la Chine, qui se renforcera économiquement sous le règne des talibans. Le retrait des dernières troupes de Kaboul permettra à Washington de se concentrer davantage sur les autres pays asiatiques qui, comme les États-Unis, cherchent à freiner l'expansion chinoise. 

Preuve en est le récent voyage de la vice-présidente américaine Kamala Harris en Asie du Sud-Est, en pleine crise afghane. Mme Harris a commencé sa tournée à Singapour et se rendra ensuite au Viêt Nam, dans le but de renforcer les relations avec cette région "vitale" pour l'administration Biden. Selon un communiqué de la Maison Blanche, cette visite "se concentre sur l'avenir, pas sur le passé" d'une région qui est "stratégiquement et économiquement importante pour Washington". Le texte note également que la Chine conteste l'influence politique et la domination navale des États-Unis dans la région indo-pacifique. "Après le retrait d'Afghanistan, les États-Unis affinent leur approche de l'Asie du Sud-Est", explique Julie McCarthy, correspondante de la radio publique américaine en Asie. 

Le voyage de M. Harris s'inscrit dans le sillage des exercices militaires américains les plus importants depuis l'époque de la guerre froide dans le Pacifique occidental. Ces exercices, baptisés "Large Scale Exercise 2021" (LSE), visent à "fournir un entraînement de haut niveau en mer et sur terre face à un adversaire difficile". Les opérations ont impliqué des commandements de la Marine et du Corps des Marines, cinq flottes et trois forces expéditionnaires des Marines. Trente-six navires, dont des porte-avions et des sous-marins, ont été utilisés, rapporte RT. Un tel déploiement de forces navales américaines n'a pas été vu depuis l'opération Ocean Venture de l'OTAN en 1981.

atalayar_eeuu-singapur
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Singapour est considéré comme le partenaire le plus fiable des États-Unis en Asie du Sud-Est. Les accords de défense et de sécurité entre les deux pays permettent aux militaires américains d'accéder à leur territoire et à leurs eaux territoriales, de les stationner et de les survoler.

Avant la visite du vice-président dans plusieurs pays asiatiques, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a rencontré son homologue singapourien, Ng Eng Hen, fin juillet. Les deux parties ont réaffirmé leurs relations bilatérales en matière de défense et leur coopération militaire. Ils se sont également engagés à renforcer leur partenariat en matière de cyberdéfense et de communications stratégiques. M. Austin s'est également rendu au Vietnam pour aborder l'impasse territoriale avec la Chine

"Malheureusement, la réticence de Pékin à résoudre pacifiquement les différends et à respecter l'État de droit ne se situe pas seulement sur l'eau", a déclaré le secrétaire à la défense. "Nous avons également assisté à une agression contre l'Inde... à des activités militaires déstabilisantes et à d'autres formes de coercition contre le peuple de Taïwan, ainsi qu'à un génocide et à des crimes contre l'humanité contre des augures musulmans dans la région du Xinjiang", a-t-il ajouté. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a qualifié les remarques d'Austin de "calomnieuses" et l'a accusé de "s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine et de semer la discorde entre les pays de la région afin de servir ses propres intérêts géopolitiques". À Hanoi, M. Austin a convenu, comme à Singapour, de renforcer la coopération militaire avec le ministre vietnamien de la défense, Phan Van Giang.

atalayar_eeuu-vietnam
PHOTO/Chad McNeeley-DoD - Le secrétaire américain à la défense, le général Lloyd Austin, s'est rendu à Singapour, au Vietnam et aux Philippines pour renforcer la position des États-Unis en Asie du Sud-Est. Avec le ministre de la défense nationale du Vietnam, le général Phan Van Giang

M. Austin s'est également rendu aux Philippines, où il a rencontré le président Rodrigo Duterte. Le président philippin a profité de la visite de l'homme politique américain pour annoncer qu'il maintiendrait son accord de visite des troupes militaires (VFA), qui implique la poursuite des exercices de combat à grande échelle avec les États-Unis.

Toutes ces réunions et ces engagements militaires visent à accroître la présence américaine dans la région pour faire contrepoids à l'influence de la Chine. Pékin a des affrontements territoriaux avec des pays comme les Philippines et le Vietnam, qui sont soutenus par Washington par le biais de la coopération militaire. Face aux mesures prises par les États-Unis, Pékin a exhorté ces derniers à ne pas se mêler de ce qu'il considère comme "un différend purement asiatique". Outre le conflit de la mer de Chine méridionale, Joe Biden a déclaré qu'il travaillerait avec le Japon et la Corée du Sud sur le détroit de Taïwan, autre foyer de conflit dans la région. 

Comme l'a souligné Kurt Campbell, conseiller principal de la Maison Blanche pour l'Asie, un changement historique de la politique étrangère américaine est en cours, déplaçant l'attention du Moyen-Orient vers l'Asie, où la puissance récente de la Chine "a éclipsé les alliés de Washington".

atalayar_eeuu-asia-pacifico
AP/KIYOSHI OTA - Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, le ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi et le ministre japonais de la Défense Nobuo Kishi.

L'ambition de Washington d'étendre son influence dans la région a également conduit le secrétaire d'État Antony Blinken à rencontrer le ministre indonésien des affaires étrangères Retno Marsudi début août. Les responsables politiques se sont engagés à coopérer en matière de défense de la mer de Chine méridionale.

M. Blinken a également discuté avec son homologue indien, Subrahmanyam Jaishankar, du "renforcement de leur partenariat pour assurer la stabilité et la prospérité dans la zone indo-pacifique". L'Inde est à couteaux tirés avec la Chine au sujet de la frontière himalayenne depuis la guerre sino-indienne de 1962. "Nous pensons que nous pouvons réaliser beaucoup de choses ensemble sur de nombreux fronts, et même à court terme", a déclaré M. Blinken. 

La politique chinoise de Joe Biden suit la même voie que celle tracée par son prédécesseur, Donald Trump. Pour les deux présidents, le géant asiatique est "un concurrent stratégique" qui pose un certain nombre de défis. Les pays de la région réaffirment généralement ce point. Bien qu'il existe des différences entre la politique de chaque nation à l'égard de la Chine, aucune d'entre elles ne souhaite que Pékin domine l'ordre de la région. Par exemple, le Laos ou le Myanmar sont très dépendants de l'économie chinoise, et partagent une frontière terrestre, et cherchent donc à éviter tout conflit avec leur grand voisin.

atalayar_xi-jinping
PHOTO/MAURIZIO GAMBARINI - Le président chinois Xi Jinping

Les récents développements en Afghanistan, associés à la mauvaise réputation des États-Unis dans la région du Moyen-Orient en matière d'interventions militaires, pourraient signifier une réorientation de la politique étrangère de Washington vers la région Asie-Pacifique pour affronter son principal concurrent, la Chine.