Les États-Unis sont favorables à la libération des brevets sur les vaccins contre le coronavirus

Cette décision a fait chuter les actions des sociétés pharmaceutiques. D'autre part, des pays comme l'Inde et l'Afrique du Sud demandent depuis des mois la suspension des brevets
Atalayar_Patentes de Vacunas

REUTERS/WILLY KURNIAWAN  -   Un agent de santé tient une dose de vaccin Sinovac.

La représentante américaine au commerce, Katherine Tai, a annoncé que Washington était favorable à la suspension temporaire des brevets. "L'administration croit fermement à la protection des droits de propriété intellectuelle, mais, pour mettre fin à la pandémie, elle soutient la suppression de cette protection pour les vaccins", a-t-elle déclaré dans un communiqué publié sur Twitter. Tai a également noté que les circonstances particulières de la pandémie "appellent des mesures extraordinaires"

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué la décision du président américain Joe Biden. Tedros Adhanom, directeur général de l'OMS, a félicité les États-Unis pour cette décision "historique". Adhanom a proposé de travailler "ensemble et solidairement".

Atalayar_Tedros Adhanom
REUTERS/FABRICE COFFRINI - Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a été nommé au poste de directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Toutefois, l'initiative de Biden a été critiquée par les sociétés pharmaceutiques. La Fédération internationale de l'industrie du médicament (FIIM) considère cette décision comme "décevante". En outre, ils préviennent que la suspension des brevets "n'augmentera pas la production de doses". Au contraire, ils soulignent que "cela peut conduire à la désorganisation". La FIIM affirme que l'accès équitable aux vaccins ne peut être assuré que par "un dialogue pragmatique et constructif avec le secteur privé". Thomas Cueni, directeur de l'organisation, a ajouté que cette proposition "compromettra l'innovation médicale future, nous rendant plus vulnérables à d'autres maladies".

Certaines des entreprises pharmaceutiques qui ont réussi à produire des vaccins contre le virus COVID-19 ont chuté en bourse après l'annonce du gouvernement américain. Moderna a clôturé avec une baisse de 6,19 %, Novax a perdu 4,94 % tandis que BioNTech a chuté de 3,45 %.

Atalayar_Katherine Tai
REUTERS/SARAH SILBIGER - Représentant américain au commerce Katherine Tai

Aux États-Unis, les opinions sur la décision de Biden sont multiples. Des médias tels que le Washington Post ont fait remarquer qu'au lieu de lever la protection de la propriété intellectuelle des vaccins, les États-Unis devraient envoyer une aide sanitaire aux pays en développement. Dans l'arène politique, les représentants républicains ont appelé Katherine Tai dans une lettre à s'opposer à la libération des brevets sur les vaccins. La lettre, rédigée par les politiciens Jim Jordan et Darrell Issa, appelle la communauté internationale à se concentrer sur les "obstacles réels auxquels les pays en développement sont confrontés pour accéder aux vaccins et aux traitements". Les Républicains estiment que pour résoudre ces problèmes, il ne faut pas "renoncer aux droits de propriété intellectuelle".

Le Dr Anthony Fauci, épidémiologiste de la Maison Blanche, a souligné que la déréglementation des brevets n'était peut-être pas le meilleur moyen de favoriser l'accès aux vaccins dans certains pays. Fauci a déclaré qu'il existait "d'autres moyens d'accroître la production de vaccins dans le monde". Il a également insisté sur le fait que la solution consiste à fournir des vaccins "aussi rapidement et efficacement que possible". Le médecin dit qu'il ne veut pas perdre de temps avec les tribunaux, en raison des futures actions en justice qui seront intentées par les entreprises pharmaceutiques. "Si vous prenez trop de temps, des gens vont mourir", a prévenu Fauci au Financial Times.

Atalayar_Coronavirus India
AP/AMIT SHARMA - Sur cette photo d'archive du 1er mai 2021, des membres de la famille portent le corps d'une personne décédée du COVID-19 alors que plusieurs bûchers d'autres victimes du COVID-19 brûlent dans un crématorium à New Delhi, en Inde.
Dans l'Union européenne, le débat fait rage

De l'autre côté de l'Atlantique, la décision de Biden a suscité la controverse parmi les politiciens et les pays européens. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré que l'Union européenne "est prête à discuter de toute proposition permettant de faire face à la crise sanitaire de la manière la plus efficace possible". Le président a mentionné la mesure de Biden, disant qu'ils étudieront comment la proposition peut "aider à atteindre les objectifs". Mme Von der Leyen a également souligné que l'Europe était "la seule puissance démocratique à avoir exporté des vaccins à grande échelle", en référence à la Russie et à la Chine, les deux autres grands exportateurs. 

Selon Europa Press, cette idée sera discutée lors du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne à Porto. Les dirigeants européens pourront débattre et faire valoir leurs arguments pour et contre cette mesure. Cependant, certains politiciens se sont déjà exprimés sur la décision de Biden. La France s'est opposée à la libération des brevets, arguant qu'un modèle basé sur le don est préférable pour les pays manquant de vaccins. En revanche, le ministre italien de la santé, Roberto Speranza, a qualifié la proposition de Washington de "grand pas en avant". "L'Europe doit également jouer son rôle", a-t-il déclaré. Dans le même ordre d'idées, le président irlandais Michael D Higgins considère que la mesure revêt une "grande importance morale dans la politique internationale". Le parti social-démocrate allemand a appelé à "partager les licences et les connaissances".

Atalayar_Vacunación coronavirus
REUTERS/LIM HUEY TENG - Des personnes font la queue pour recevoir le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca dans un centre de vaccination à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 5 mai 2021.
Un processus inégal 

Depuis que le processus de vaccination a commencé dans les pays développés, de nombreuses ONG ont dénoncé l'inégalité par rapport aux pays en développement. "La majorité des pays à revenu élevé, à leur propre rythme, ont suffisamment de vaccins. Alors que les pays à faible revenu ou en Afrique n'ont même pas commencé", a déclaré Raquel Gonzalez, responsable des relations extérieures de Médecins sans frontières.

Cette ONG a "applaudi" la décision des États-Unis et demande aux pays qui continuent de bloquer l'exemption à l'OMC "de soutenir la suspension des brevets". MSF a souligné que bon nombre des pays où elle travaille "n'ont reçu que 0,3 % de la réserve mondiale de vaccins", alors que les États-Unis disposent encore de plus de 500 millions de vaccins. C'est pourquoi ils estiment que si le gouvernement américain veut vraiment mettre fin à la pandémie, il doit également partager ses doses de vaccin excédentaires. Ils ont également évoqué l'effondrement sanitaire de pays comme l'Inde ou le Brésil.

Atalayar_Crisis sanitaria India
AP/CHANNI ANAND - Les infections et les décès dus au COVID-19 augmentent à un rythme alarmant en Inde, sans que la fin de la crise soit en vue. Des personnes meurent à cause de la pénurie d'oxygène en bouteille et de lits d'hôpitaux ou parce qu'elles n'ont pas pu se faire dépister pour le COVID-19.

MSF a lancé un appel direct aux pays qui s'opposent à la suspension des brevets : Royaume-Uni, Suisse, Canada, Australie, Norvège, Japon, Brésil et Union européenne. L'ONG les appelle à "agir maintenant" et à décider s'ils veulent "placer la santé des gens au-dessus des profits pharmaceutiques".