Les besoins des enfants afghans n'ont jamais été aussi importants. Nous ne pouvons pas les abandonner maintenant, dit l'UNICEF

L'agence des Nations unies est préoccupée par le fait que certains de ses partenaires envisagent de réduire l'aide humanitaire au pays à un moment où des ressources supplémentaires sont nécessaires de toute urgence
niños-afganistan-acnur

Photo/ UNICEF Afghanistan  -   Un père et sa fille dans un camp de déplacés, deux des 18 millions de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire en Afghanistan

Ces dernières semaines, alors que le conflit et l'insécurité se sont intensifiés, ce sont les enfants - les moins responsables de la crise en Afghanistan - qui ont payé le plus lourd tribut. Non seulement ils ont été chassés de chez eux et coupés de leurs écoles et de leurs amis, mais ils sont également privés des soins de santé de base qui peuvent les sauver de maladies telles que la polio et le tétanos.

Aujourd'hui, avec une crise de la sécurité, la flambée des prix des denrées alimentaires, une grave sécheresse, la propagation du COVID-19 et un autre hiver rigoureux à venir, les enfants sont plus que jamais en danger, affirme le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

"Si les tendances actuelles se poursuivent, l'UNICEF prévoit qu'un million d'enfants de moins de cinq ans en Afghanistan souffriront de malnutrition aiguë sévère, une condition potentiellement mortelle. Entre-temps, plus de quatre millions d'enfants, dont 2,2 millions de filles, ne sont pas scolarisés. Quelque 300 000 enfants ont été contraints de quitter leur foyer, certains en pyjama pendant qu'ils dormaient, d'autres assis tranquillement à lire des manuels scolaires. Trop d'entre eux ont été témoins de scènes qu'aucun enfant ne devrait jamais avoir à voir. Les enfants et les adolescents sont aux prises avec des angoisses et des peurs, et ont désespérément besoin d'un soutien en matière de santé mentale", a déclaré George Laryea-Adjei, directeur régional de l'agence des Nations unies.

Réduire le financement

"Nous savons que certains partenaires envisagent de réduire l'aide à l'Afghanistan. C'est très inquiétant et cela soulève des questions importantes", a-t-il ajouté, en demandant : "Aurons-nous assez de ressources pour que les centres de santé continuent de fonctionner et que les femmes enceintes puissent accoucher sans risquer leur vie ? Aurons-nous assez de ressources pour que les écoles restent ouvertes et que les filles et les garçons puissent passer leurs jeunes années à apprendre dans des espaces sûrs et stimulants ? Aurons-nous assez de ressources pour sauver la vie de centaines de milliers d'enfants souffrant de malnutrition sévère ?"

"L'UNICEF est présent en Afghanistan depuis 65 ans et a une présence sur le terrain dans tout le pays. Nous engageons tous les partenaires afin de pouvoir intensifier notre réponse dans toutes les régions. Nous soutenons déjà les équipes mobiles de santé et de nutrition dans les camps de personnes déplacées, en mettant en place des espaces amis des enfants, des centres de nutrition et des sites de vaccination, en positionnant des fournitures supplémentaires pour sauver des vies, et en soutenant des milliers d'élèves dans des classes d'éducation communautaire."

"Mais il est urgent de dégager davantage de ressources. Les jeunes et les enfants nous ont dit qu'ils avaient désespérément besoin des articles et des services les plus élémentaires - des besoins auxquels, avec un soutien, la communauté humanitaire peut facilement répondre. L'UNICEF a récemment lancé un appel de 192 millions de dollars, et nous demandons instamment aux donateurs d'accroître leur soutien aux familles et aux enfants vulnérables qui luttent au milieu d'une crise humanitaire qui s'aggrave.