Les blessures non cicatrisées du clan Assad en Syrie

La justice française condamne l'oncle de Bachar al-Assad pour blanchiment d'argent, exposant la fragilité du président syrien
Une femme passe devant un panneau représentant le président syrien Bachar al-Asad à Damas, en Syrie, le 5 mars 2020

REUTERS/YAMAN AL SHAAR  -   Une femme passe devant un panneau représentant le président syrien Bachar al-Asad à Damas, en Syrie, le 5 mars 2020

L'histoire du clan Assad en Syrie pourrait être décrite avec ce dicton populaire qui dit que « la famille est notre plus grande force mais aussi notre plus grande faiblesse ». Le président syrien Bachar al-Assad a limogé son premier ministre, tandis que la justice française a condamné Rifaat al-Assad, l'oncle du dirigeant syrien, à quatre ans de prison pour blanchiment d'argent et en raison de l'instabilité économique croissante dans le territoire sous son contrôle
 

El presidente sirio Bachar al-Asad
PHOTO/ALEXEI NIKOLSKY – Le président syrien Bachar al-Asad

L'histoire de ce clan remonte à 1920, lorsque Ali Sulayman al Wahhish a reçu le surnom d'Al Assad (le lion), pour ses exploits dans sa ville natale, Kardahah, dans les montagnes de Lattaquié, dans le nord-ouest du pays, ainsi que pour défendre les intérêts de la secte minoritaire des Alaouites - un sous-secteur du courant principal du chiisme, le Duodécimain ou Imami - dans une Syrie dominée, à l'époque, par les musulmans sunnites.  

L'historien anglais Lord Acton a défendu la théorie selon laquelle « si le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument ». Et c'est précisément ce qui est arrivé au fils d'Ali, Rifaat al-Assad, qui aurait tenté de détrôner son frère aîné, Hafez al-Assad, chef du coup d'État de 1970 et président dictatorial de la République depuis l'année suivante. Ce conflit n'a pas été oublié par les descendants du clan qui décide de l'avenir de la Syrie depuis cinquante ans.  

La foto de archivo tomada el 1 de enero de 1984 muestra al difunto presidente sirio Hafez al-Assad con su hermano menor Rifaat (en una ceremonia militar en Damasco
AFP PHOTO / HO - La photo d'archive prise le 1er janvier 1984 montre le défunt président syrien Hafez al-Assad avec son frère cadet Rifaat (lors d'une cérémonie militaire à Damas

Plusieurs décennies plus tard, le tribunal correctionnel de Paris a condamné l'oncle de l'actuel président syrien - l'un des piliers du régime à la tête des forces de sécurité intérieure jusqu'au début des années 1980 - à quatre ans de prison pour blanchiment d'argent ; une peine qui lui a permis de se constituer un patrimoine important dans des pays comme la France, l'Espagne et le Royaume-Uni, entre autres. La justice française a également confisqué des biens amassés en France, dont la valeur au moment de l'enquête était d'environ 90 millions d'euros, et auxquels s'ajoutaient 8,38 millions de biens immobiliers qui avaient été vendus, selon les informations dont dispose l'agence de presse EFE.     

En esta foto de archivo del 27 de mayo de 2005, Rifaat Assad, el tío exiliado del presidente sirio Bashar Assad habla durante una entrevista con The Associated Press en su oficina de Marbella, al sur de España
AP/PAUL WHITE - Sur cette photo d'archive du 27 mai 2005, Rifaat Assad, l'oncle exilé du président syrien Bachar Assad, s'exprime lors d'un entretien avec The Associated Press dans son bureau de Marbella, dans le sud de l'Espagne

L'histoire de Bachar al-Assad, un ophtalmologue formé et éduqué au Royaume-Uni, a complètement changé après la mort de son père. Bachar représentait l'espoir d'une ouverture démocratique dans un pays qui, une décennie plus tard, allait être plongé dans l'un des conflits les plus cruels du XXIe siècle. La guerre civile, la crise économique et le coronavirus ont créé le scénario parfait pour la soi-disant « crise la plus grave des vingt dernières années du gouvernement syrien ».  

Dans ce contexte, le cousin maternel de Bachar et l'un des membres les plus riches de la famille, Rami Makhlouf, a contesté la décision du président de lui réclamer environ 230 millions de dollars d'arriérés d'impôts.  Début juin, le ministère syrien des télécommunications a annoncé son intention de gérer la société Syriatel, dont Makhlouf est directeur, pour assurer le paiement des dettes de l'opérateur. Le ministère de la justice avait auparavant interdit au magnat syrien de quitter le pays « pour l'argent qu'il aurait dû à l'État », selon les médias locaux. Depuis lors, plusieurs cousins d'Assad ont publiquement mis en doute l'efficacité du gouvernement d'Assad par le biais de diverses vidéos.  

En esta foto de archivo del 24 de abril de 2010, Rami Makhlouf, primo del presidente sirio Bachar al-Assad y uno de los hombres de negocios más ricos de ese país
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archive du 24 avril 2010, Rami Makhlouf, cousin du président syrien Bachar al-Assad et l'un des hommes d'affaires les plus riches du pays

Cependant, dans ce scénario compliqué, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a annoncé l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions contre le président syrien Bachar al-Assad, et 38 autres personnalités autour de lui, comme sa femme Asma ou son frère Maher. La guerre qui fait rage dans ce pays a été aggravée par une crise sans précédent provoquée par ces sanctions. La livre syrienne s'est dévaluée de 50 livres au dollar américain en 2011 à plus de 3 000 livres en 2020 et on estime qu'environ 90 % de la population vit dans l'extrême pauvreté. Ces sanctions, désignées sous le nom de « loi César », visent, selon le Département d'Etat, à « aider à mettre fin à l'horrible conflit en Syrie en encourageant la responsabilisation du régime Al-Assad » ainsi qu'à « refuser au régime les ressources financières utilisées pour poursuivre sa campagne de violence et de destruction qui a tué des milliers et des milliers de civils ».  

 En esta foto de archivo publicada por la página de Facebook de la Presidencia Siria el 27 de enero de 2019, se ve a la Primera Dama Asma al-Assad
AFP/ Página de Facebook de la Presidencia Siria - Dans cette photo d'archive publiée par la page Facebook de la présidence syrienne le 27 janvier 2019, la première dame Asma al-Assad

Entre-temps, Assad a décidé de ne pas se réfugier dans sa famille pour faire face à la crise sociale et politique de son pays et a également pris ses distances avec son cousin Ribal al-Assad, âgé de 45 ans, et le fils de son oncle, Rifaat. Les vidéos réalisées par Makhlouf, sont parvenues entre les mains de Ribal qui les a décrites comme un « tour de passe-passe menaçant ». « Je connais Rami personnellement ; c'est un lâche. Il n'ira pas à l'encontre du régime. Il n'est rien sans Bachar », a-t-il déclaré au journal Foreing Policy.  « Ce n'est qu'un spectacle. Bachar utilise Rami pour dire aux Russes qu'il va perdre le soutien des Alaouites et que cela affectera leurs intérêts dans la zone côtière où les Russes ont leur base navale et leur aéroport », a-t-il expliqué.  

En esta foto de archivo del 10 de febrero de 2015, publicada por la agencia oficial de noticias siria SANA, el presidente sirio Bachar al-Asad durante una entrevista en Damasco, Siria
PHOTO/SANA vía AP - Dans cette photo d'archive du 10 février 2015, publiée par l'agence de presse officielle syrienne SANA, le président syrien Bachar al-Asad lors d'une interview à Damas, Syrie

Après plus de neuf ans de conflit, la Syrie traverse une grave crise économique qui a été exacerbée par la crise interne du clan Assad. En outre, le président syrien a publié un décret de licenciement du premier ministre Imad Khamis après plusieurs semaines de difficultés économiques causées par l'effondrement de la monnaie et la pandémie du COVID-19. Le leader syrien a nommé à sa place le ministre de l'eau Hussein Arnous, qui a précédemment travaillé comme gouverneur de la province de Deir Zor. Cette situation a conduit des dizaines de personnes à manifester dans les zones contrôlées par le gouvernement Assad. Des centaines de manifestants dans la province méridionale de Sweida sont descendus dans la rue ces derniers jours, dénonçant la hausse du coût de la vie et critiquant l'administration du président syrien ; des protestations qui rappellent les manifestations antigouvernementales qui ont eu lieu en 2011.  

Esta foto de archivo del 16 de enero de 2014 muestra al entonces ministro de electricidad, Imad Khamis
PHOTO/AFP - Cette photo d'archive du 16 janvier 2014 montre le ministre de l'électricité de l'époque, Imad Khamis

« La crise économique frappe tous les coins de la Syrie. Les médicaments sont plus chers et plus rares. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté en flèche et les chaînes d'approvisionnement ont été perturbées. Les femmes syriennes, qui sont les principaux soutiens de famille dans de nombreuses familles, sont obligées d'assumer les responsabilités de l'entretien de la famille et du ménage. Ces dernières semaines, nous avons vu de nombreux Syriens commencer à exprimer de nouvelles craintes, y compris la panique dans certains milieux. Je continue d'appeler au calme à Idlib et ailleurs, et à l'instauration d'un cessez-le-feu dans tout le pays conformément à la résolution 2254 », a déclaré jeudi Geir Pedersen, l'envoyé des Nations unies en Syrie, via le site de réseau social Twitter.  

Vista aérea se muestra la ciudad de Ariha en la provincia de Idlib el 11 de abril de 2020
AFP/ AAREF WATAD - Vue aérienne de la ville d'Ariha, dans la province d'Idlib, le 11 avril 2020

La résurgence des protestations a accentué un schisme interne au régime, impliquant le susnommé Rami Makhlouf, le cousin milliardaire d'Assad, connu pour être l'une des principales sources de financement du régime. La crise économique, les conflits familiaux et la guerre qui divise cette nation ont conduit le président Assad non seulement à être sur la défensive, mais à apparaître plus faible que jamais, alors même que la Syrie devient « l'ombre appauvrie de ce qu'elle était autrefois », comme l'a souligné l'analyste Faysal Itani du think tank Center for Global Policy.