PUBLICIDAD

Iberdrola

Les capitales européennes prennent des mesures contre les coupures de gaz russe

La réduction de l'approvisionnement russe cette semaine incite plusieurs pays à chercher des alternatives face à la crainte que le Kremlin ne ferme le robinet pour l'hiver
nord-stream-gazprom-rusia-gas-europa

PHOTO/REUTERS    -   Gazoducs à la station de compression Atamanskaya, installation du projet Power Of Siberia de Gazprom, à la périphérie de la ville de Svobodny, dans l'est du pays

Cette semaine, l'Allemagne, la France et l'Italie ont constaté une réduction des livraisons de gaz naturel russe, tandis que plusieurs pays européens répondent du mieux qu'ils peuvent aux craintes d'un arrêt de l'approvisionnement. 

Mardi, Gazprom a annoncé une réduction de 40 % des exportations de gaz naturel par le gazoduc Nord Stream I, qui relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique. Le géant énergétique russe a invoqué des problèmes techniques, affirmant que l'entreprise allemande Siemens Energy avait pris du retard dans la réparation des turbines de compression, ce que Berlin a démenti. "Il s'agit manifestement d'une stratégie du [président russe Vladimir] Poutine pour réduire notre sécurité [énergétique], augmenter les prix et nous diviser", a déclaré Robert Habeck, vice-chancelier et ministre de l'Économie de l'Allemagne. 

robert-habeck-ministro-economia-alemania
AFP/TOBIAS SCHWARZ - Ministre allemand de l'économie et de la protection du climat, Robert Habeck

Dans le même temps, la compagnie gazière française GRTgaz a annoncé vendredi que, depuis le 15 juin, Paris avait cessé de recevoir du gaz russe via un gazoduc passant par l'Allemagne, dans le cadre de la réduction des approvisionnements par Nord Stream I.

Entre-temps, Eni, la principale société énergétique italienne, a fait état d'une forte baisse des livraisons de Gazprom au cours de la semaine dernière. Elle a reçu 85 % du gaz demandé mercredi, 65 % jeudi et 50 % vendredi, et le géant énergétique russe a annoncé lundi qu'il continuerait à n'assurer que partiellement ses livraisons. 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a invoqué des problèmes de maintenance, ce que le Premier ministre italien Mario Draghi a qualifié de "mensonge". "La réalité est qu'ils font un usage politique du gaz, tout comme ils le font avec les céréales", a déclaré l'homme politique italien lors de sa visite à Kiev.

Dans le même temps, Gazprom a également annoncé lundi qu'il n'avait expédié que 41,7 millions de mètres cubes de gaz vers l'Europe via l'Ukraine, soit moins de la moitié de la quantité habituelle, en invoquant la fermeture par l'Ukraine de l'une des deux routes gazières traversant le pays en mai.

Auparavant, Moscou avait exigé que tous les pays qu'elle considère comme "hostiles" paient les importations de gaz naturel russe en roubles, coupant les approvisionnements de ceux qui refusaient d'accepter ce système, notamment la Pologne, la Bulgarie et la Finlande. Paris, Berlin et Rome se sont engagés à se conformer aux exigences russes, mais connaissent toujours des perturbations dans leurs livraisons

olaf-scholz-canciller-alemania
REUTERS/MICHELE TANTUSSI  -   Le chancelier allemand Olaf Scholz

L'Europe craint que la Russie ne profite de la crise énergétique de l'UE pour utiliser le gaz naturel comme levier afin de l'obliger à relâcher son soutien à Kiev. Plusieurs capitales suggèrent que Moscou pourrait fermer le robinet pour l'hiver, mettant ainsi en péril la sécurité énergétique des pays de l'UE pendant les mois où ils en ont le plus besoin. 

 La réponse européenne

En guise de contre-mesure, a déclaré Habeck dans un communiqué, l'Allemagne devrait réduire la production d'électricité à partir de gaz naturel, pour laquelle Berlin devrait utiliser des centrales à charbon, une source plus polluante.  

gasoducto-nord-stream2
REUTERS/MAXIM SHEMETOV  -   Le logo du projet de gazoduc Nord Stream 2 est vu sur un tuyau dans l'usine de laminage de tuyaux du groupe ChelPipe à Chelyabinsk, en Russie

Le politicien du Parti vert a qualifié ces mesures d'"amères" mais "nécessaires", mettant en péril l'engagement de la coalition allemande à ne plus utiliser de charbon dans son mix énergétique d'ici 2030. Habeck a également suggéré que l'Allemagne prenne des mesures pour augmenter ses réserves de gaz pour l'hiver, en poussant à une réduction de la consommation de gaz, dans la crainte que Moscou ne ferme le robinet pendant ces mois critiques. Berlin vise à remplir ses réserves à 90 % d'ici novembre, après avoir atteint 57 % le 17 juin.

Ces mesures ont été suivies par l'Autriche, dont le gouvernement a annoncé dimanche qu'il avait conclu un accord avec Verbund, le fournisseur national d'électricité, pour adapter une centrale électrique au gaz afin de pouvoir utiliser du charbon, dans un contexte de craintes d'une réduction de l'approvisionnement dans un pays qui dépend à 80 % du gaz russe

Pendant ce temps, la France, qui, avant l'arrêt des approvisionnements russes, achetait jusqu'à 17 % de son total à partir de cette source, importe des quantités record de gaz par le gazoduc qui la relie à l'Espagne. Cependant, Paris importe également de grandes quantités de gaz naturel liquéfié russe, maintenant ainsi sa relation énergétique avec Moscou malgré la coupure du gazoduc

carbon-central-electrica
AFP/INA FASSBENDER  -   Centrale électrique au charbon de l'entreprise mondiale de fourniture d'énergie Uniper, à côté d'une éolienne à Gelsenkirchen, en Allemagne

Le gouvernement italien tiendra des réunions sur la question la semaine prochaine, et des sources gouvernementales citées par Reuters suggèrent que Rome pourrait déclarer un "état d'urgence" énergétique. 

 L'Europe et la Russie : une romance énergétique dans ses heures les plus sombres

La plupart des pays de l'UE dépendent plus ou moins du gaz naturel russe, qui, avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, représentait jusqu'à 40 % du total de l'UE-27. La Commission européenne a annoncé son intention de mettre fin aux importations de combustibles fossiles russes, et l'UE a déjà pris des mesures concernant le charbon et le pétrole. En outre, la Commission prévoit de réduire les importations de gaz russe jusqu'à deux tiers d'ici à la fin de 2022, et un blocus total d'ici à 2027, mais la dépendance de plusieurs capitales à l'égard de cette source a jusqu'à présent empêché tout accord sur ce point. 

macron-putin
REUTERS/GERARD JULIEN  -  Le président français Emmanuel Macron salue le président russe Vladimir Poutine, à la forteresse de Bregancon sur la côte méditerranéenne près de Bormes-les-Mimosas, dans le sud de la France, le 19 août 2019

Auparavant, Vladimir Poutine avait souligné, lors d'une réunion du gouvernement en avril, la nécessité de réorienter les exportations énergétiques russes vers l'Asie. "Nous devons partir du principe que, dans un avenir prévisible, les fournitures d'énergie à l'Occident seront réduites", a prédit Poutine, rejetant la responsabilité de cette situation sur les pays occidentaux. "Nous devons changer la direction de nos exportations vers les marchés à croissance rapide du Sud et de l'Est", avait alors déclaré le dirigeant russe de longue date.

Moscou exporte la plupart de son gaz naturel vers l'Europe, mais cherche depuis plusieurs années à diversifier ses acheteurs en développant des projets de gaz naturel liquéfié et en construisant de nouveaux gazoducs vers la Chine. En février, lors de la visite de M. Poutine à Pékin, les deux puissances ont convenu de construire un nouveau gazoduc à partir des réserves de gaz asiatiques de la Russie. Désormais, la Russie souhaite également construire un gazoduc vers la Chine à partir de la Sibérie occidentale, principale source de ses exportations vers l'Europe. Cela permettrait au Kremlin de déplacer le centre de gravité de ses expéditions  Moscou exporte la plupart de son gaz naturel vers l'Europe, mais cherche depuis plusieurs années à diversifier ses acheteurs en développant des projets de gaz naturel liquéfié et en construisant de nouveaux gazoducs vers la Chine. En février, lors de la visite de M. Poutine à Pékin, les deux puissances ont convenu de construire un nouveau gazoduc à partir des réserves de gaz asiatiques de la Russie. Désormais, la Russie souhaite également construire un gazoduc vers la Chine à partir de la Sibérie occidentale, principale source de ses exportations vers l'Europe. Cela permettrait au Kremlin de déplacer le centre de gravité de ses expéditions de l'ouest vers l'est et de compenser une éventuelle réduction de ses ventes sur le vieux continent.