Les cassettes d'Abellán et l'attaque sur le Real Madrid

L'ancien présentateur de La Jungla et El Tirachinas sur COPE a été le bastion utilisé par Florentino Pérez pour revenir au Real Madrid
Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

 -  

Le nom de José Antonio Abellán (Madrid, 1960) a été mis sur la table par le président du Real Madrid dans une déclaration officielle. On dit que l'eau passée ne déplace pas les moulins, mais le football est une eau fécale. De ceux qui courent dans ces égouts qui font déjà partie de notre quotidien. Des vidéos de crèmes, des ministres qui traitent un juge de "pédé", des micros ouverts de manière suspecte... la peau de tout craque. 

Maintenant le scandale arrive parce que El Confidencial publie des audios où Florentino Pérez appelle Raúl et Iker Casillas "escrocs". De la Maison Blanche pointent Abellán et se protègent dans la mesure où ils veulent facturer le président blanc pour la Superliga. Cette excuse grossière et bon marché n'a pas cours. Le plus grand complot contre son nouveau modèle de football a été mis en place par lui-même cette nuit fatidique à El Chiringuito. La risée de la presse étrangère qui a assisté avec étonnement au cirque médiatique où il a fait semblant de donner du sérieux au projet.
Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

La Jungla

Tout tourne autour de l'homme qui était la voix musicale de la télévision et de la radio dans les années 80 et 90. Abellán a été le pionnier du mélange de la télévision et de la radio. Ce qu'il faut maintenant aux auditeurs pour mettre un visage sur les journalistes de la nuit et déplacer l'AGE, il l'a fait entre Tocata (TVE), Vuelta y vuelta (Telecinco) et son produit le plus précieux : La Jungla (Onda Cero et Cadena 100). Cet espace le mettait chaque matin dans la maison des Espagnols les plus modestes et des hommes politiques et d'affaires les plus influents. Le succès est tel que lorsqu'il débarque à Punto Radio pour présenter Abellán en Punto, la politicienne María San Gil parraine la première émission et raconte comment La Jungla a été son échappatoire matinale dans les moments les plus durs du plomb au Pays basque. 

Les audios de Florentino Pérez ne sont pas une nouveauté pour le président blanc. Il savait qu'elles existaient car dans le livre "Asalto al Real Madrid" (Assaut sur le Real Madrid) apparaissent entre guillemets des déclarations beaucoup plus dures de Perez. En 2008, Abellán avait un manuscrit de ce livre prêt à être publié, mais a reçu des pressions pour ne pas le faire. Il est retourné dans un tiroir jusqu'à ce qu'en 2015, il publie une version plus retenue, mais avec des phrases plus précises que personne ne voulait démentir alors. Ce que l'on sait maintenant, ce sont ces audios. Des conversations tenues en 2006 et enregistrées grâce à l'ingénierie et à la haute couture qui lui permettent d'avoir une ligne de vie sonore de ce qui se prépare dans les restaurants de la capitale. Le son est parvenu à un technicien qui l'a découpé et archivé.
Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

El Tiemblo

Abellán n'a pas fait de commerce dans ces audios. Et il est difficile de croire qu'un média puisse payer pour de telles preuves. Le communicateur vit branché à la radio depuis son château d'El Tiemblo (Ávila). Il continue d'y égayer les matins des nostalgiques de sa radio légère et acide grâce au streaming. Ses sessions matinales, tous les vendredis, sont facilement reconnaissables sur Twitter car elles atteignent le Trendig Topic. Il garde sa mémoire dans ces murs. Celle de la télévision et celle de la radio. Public et privé. Cassettes, DVD, disques durs... la musique que les plus grands ont jouée juste pour vos oreilles. Et aussi des voix d'outre-tombe qui ont tiré les ficelles des marionnettes lorsque Ramón Calderón a dû être éjecté du Real Madrid pour rendre le trône à Florentino Pérez. 

Abellán a repris les sports de COPE en 2000. Il ne connaît pas d'autre mode de vie que le travail. Ce n'est pas pour l'argent, ni pour la gloire, ni pour le statut... c'est beaucoup plus simple : il travaille parce qu'il le peut et parce qu'il aime ça. Il a présenté El Tirachinas la nuit sur COPE jusqu'en 2009. Il y utilise l'espace El Radiador pour ridiculiser ses rivaux avec le célèbre Grupo Risa. Se déplacer dans ce domaine n'était pas un problème pour lui. Habitué à traiter avec la crème de la société, il avait l'habitude, à El Tirachinas, de sécher les larmes des ministres, maires, présidents, acteurs ou chanteurs qui s'adressaient à lui avec proximité.
Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

Des vers libres

Puis il a regardé de travers José María García. Son ami. Et une partie de l'histoire de la société espagnole. Il voulait suivre sa façon de faire du journalisme. Enquêter sur les misères des autres et les tremper dans l'eau la nuit. Il a fait exploser l'EGM et a découvert les entrailles d'un système de mesure d'audience totalement inutile et manipulé. Le COPE a été exclu du panel et les revenus publicitaires ont été ébranlés jusqu'à ce que les parties parviennent à un accord. Mais Abellán n'a rien fait qui ne soit connu. Il était le kamikaze qui a écrasé sa station contre le mur dont se nourrissaient ses ouvriers. Des années plus tard, il fera de même à Punto Radio lorsque Tebas voudra faire payer les stations de radio pour la narration des matchs. Abellán s'est assis avec son ami Roures et a réussi à faire entrer la radio dans les stades, mais les autres radios ont fait un tollé et Vocento s'est dégonflé. Il s'en est pris au président de l'Association des radios commerciales qui n'a pas lu le projet de loi autorisant la perception de la redevance et l'a rendu public avec dérision lors d'une conférence de presse au siège de l'Association de la presse de Madrid. C'était Abellán. Un vers libre que personne ne voulait faire rimer. 

Comme García, Abellán a également utilisé de l'argent pour faciliter son travail d'investigation. Technologie, affaires, voyages, informateurs... plus rapide et plus facile si l'économie circule. Cela lui a servi à donner le grand coup au Real Madrid et à faire traîner l'histoire de 2006 à 2021. Florentino Perez affirme que ses propos sont sortis de leur contexte. Il a tort, cette voix n'est pas éditée, et son contexte est le Real Madrid 24 heures sur 24. Une autre chose est la méthode d'obtention du venin. 

Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

Pinocchio de Concha Espina

Ramón Calderón est arrivé au Real Madrid en 2006. Pérez avait quitté le navire. Beckham, Figo, Ronaldo, Zidane... ne répondaient pas et les défaites s'accumulaient. Il n'a jamais pensé que Calderón gagnerait ces élections car le mieux placé pour suivre dans le sillage du président de l'AEC était Juan Palacios, même Villar Mir aurait valu la peine. Tout sauf le "Monchito de Concha Espina" comme l'a décrit Abellán. Parce qu'Abellán a mis Calderón dans sa cible nocturne dès le début. Il a découvert les mauvais procédés de Nanín et de son équipe pour ajouter les votes des membres décédés et faire de l'avocat de Madrid le président. Il s'est rendu au Mexique pour photographier le terrain vague que le Real Madrid vendait comme académie de football, il a accaparé les porcs de l'entreprise porcine de Calderón en Roumanie... Abellán a frappé très fort la ligne de flottaison du Real Madrid.

Les journaux Marca de Eduardo Inda et El Mundo ont rejoint sa cause pour renverser le président blanc. Les tirs à l'arme légère d'Abellán sont devenus un bombardement quotidien de la presse nationale et sportive. Abellán couvrait ses arrières car il savait qu'il n'allait rien tirer de cette enquête. Parce qu'il ne voulait rien. Il était impossible de divertir l'homme d'El Tiemblo avec des frais ou de l'argent. Le premier ne l'a pas intéressé et le second a dû en enterrer beaucoup. 

Florentino Pérez a toujours été dans l'ombre de ce coup d'état. Certains disent qu'il voulait retourner au Real Madrid en regrettant s´en fuir et d'autres disent qu'il ne voulait pas laisser le club dans les mains d'un incompétent comme Calderon. Le fait est que les égouts du football ont déplacé beaucoup de saletés entre 2006 et 2009. Abellán a ouvert l'égout et s'est assis à la table des capos et des plombiers pour gérer les informations. La nuit, il a lâché les amarres, bien que le message n'ait pas la force nécessaire. La concurrence n'est pas entrée dans le racket si elle n'a pas protégé le leader blanc.
Las cintas de Abellán y el asalto al Real Madrid

Un passe-temps

Lorsque Marca et El Mundo y ont participé, l'attaque a pris une autre dimension. Abellán a pu se sentir utilisé, bien qu'il ne soit pas du genre à se laisser entraîner par certains courants. Son chemin, c'était la radio, ses nuits, sa musique, ses gens... il a profité de cette boue dont d'autres journalistes ont continué à vivre. Pas lui. Sa personnalité l'empêche de se mettre au service de qui que ce soit. Aujourd'hui, Florentino Pérez lui reproche d'avoir enregistré des audios où il ratifie ce que tout le monde sait : il s'entend mal avec les joueurs qui se mettent au-dessus du club et essaient de profiter du Real Madrid. 

Les cassettes d'Abellán sont maintenant la récréation d'un type qui vit au-dessus de ça. Il n'a pas su prendre sa retraite à temps et maintenant il utilise son argent pour payer le vice de la radio. Avocats, procès, demandes, condamnations... personne ne fera rien contre un personnage qui se déplace comme un poisson dans l'eau dans les fonds marins de la Justice. Et qui perd rarement. Ça n'en vaut pas la peine. Florentino est revenu au Real Madrid. Abellán a atteint l'extase aux premières heures du matin. D'autres ont été récompensés par des postes dans le club ou des exclusivités hebdomadaires. Les braises de ce feu sont maintenant un jouet cassé qui n'a plus d'avenir.