PUBLICIDAD

Iberdrola

Les compagnies aériennes russes annulent leurs vols vers la Turquie

Les restrictions de Moscou entravent le secteur du tourisme ottoman
Un Airbus A350-900 de la compagnie aérienne phare de la Russie, Aeroflot, à l'aéroport international de Sheremetyevo, près de Moscou.

REUTERS/MAXIM SHEMETOV  -   Un Airbus A350-900 de la compagnie aérienne phare de la Russie, Aeroflot, à l'aéroport international de Sheremetyevo, près de Moscou

Deux des principales compagnies aériennes russes, S7 Airlines et Aeroflot, ont annoncé cette semaine qu'elles allaient annuler leurs vols commerciaux vers la Turquie à partir du 1er juin. L'indétermination du gouvernement russe à lever les restrictions dues au COVID-19 a contraint les deux entreprises à prendre la mesure du maintien du blocus en raison des pertes économiques possibles.

"Nous avons suspendu les ventes et annulé tous les vols à destination de la Turquie pour le mois de juin, à l'exception de deux vols hebdomadaires autorisés par le groupe de travail [COVID-19] afin de ne pas causer de désagréments aux passagers en raison d'éventuelles annulations", a annoncé Aeroflot dans un communiqué publié lundi. À peine 24 heures plus tard, S7 Airlines a fait de même. "Nous serons prêts à reprendre les ventes dès que la situation épidémiologique sera stabilisée et que les vols reprendront", a déclaré la société.

Moscou aurait décidé de prolonger les restrictions jusqu'au 30 juin, bien qu'il n'y ait pour l'instant aucune confirmation officielle du gouvernement. Face à cette situation, les compagnies aériennes ont choisi de ne pas prendre de risque et d'officialiser l'arrêt des vols vers la Turquie. Actuellement, les restrictions imposées par la Russie ne permettent que deux vols aller-retour par semaine.

Dos de las principales aerolíneas rusas, S7 Airlines y Aeroflot, han anunciado esta misma semana la cancelación de los vuelos comerciales a Turquía a partir del 1 de junio
AP/RICK BOWMER - Deux des principales compagnies aériennes russes, S7 Airlines et Aeroflot, ont annoncé en début de semaine qu'elles allaient annuler leurs vols commerciaux vers la Turquie à partir du 1er juin.

Aeroflot a ajouté qu'elle resterait tributaire de la décision finale du gouvernement russe avant d'annuler officiellement les vols commerciaux plus longtemps. En outre, si Moscou lève les restrictions le 1er juin, Aeroflot et S7 reprendront probablement leurs activités dès que possible. Avec la levée éventuelle, la compagnie ottomane Turkish Airlines pourrait également reprendre ses activités en Russie.

La raison officielle invoquée par Moscou pour maintenir les restrictions, annoncées en avril dernier, est le nombre croissant de cas de COVID-19 en Turquie. Toutefois, le timing de l'annonce du Kremlin semble indiquer une direction différente, puisque le gouvernement russe a annoncé les nouvelles restrictions deux jours seulement après la rencontre bilatérale entre le président turc Recep Tayipp Erdogan et son homologue ukrainien, Volodymir Zelensky. 

Les relations entre Kiev et Moscou sont complètement rompues en raison des conflits en cours dans le Donbass et en Crimée. Erdogan est monté sur scène pour jeter de l'huile sur le feu et a réaffirmé la défense par Ankara de "l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Ukraine". Il a également souligné sa décision de ne pas reconnaître l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie. En outre, les représentants de l'Ukraine et de la Turquie ont convenu d'une plus grande coopération en matière de défense, ce qui n'a pas plu au Kremlin.

El presidente turco Recep Tayyip Erdogan (Derecha) posando con el presidente de Ucrania Volodymyr Zelensky en la residencia presidencial Huber Mansion en Estambul, el 10 de abril de 2021
AFP PHOTO/TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE - Le président turc Recep Tayyip Erdogan (R) posant avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky à la résidence présidentielle Huber Mansion à Istanbul le 10 avril 2021.
Un nouveau revers pour l'économie turque

La décision de Moscou de suspendre les vols a porté un coup au secteur du tourisme ottoman, qui dépend fortement de l'afflux de touristes russes. Pas moins de 500 000 personnes de Russie ont voyagé en Turquie au cours du premier trimestre de l'année, selon l'Association russe des tour-opérateurs.

L'économie turque, déjà durement touchée, est confrontée aux mois les plus pressants de la crise. C'est pourquoi le ministre turc de la culture et du tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, s'est rendu en Russie accompagné d'un entourage dans le but de persuader le gouvernement russe de lever les restrictions. Nuri Ersoy lui-même a confirmé que le pays rouvrira ses portes aux touristes à partir de juin afin de relancer le tourisme.

El ministro turco de Turismo, Mehmet Nuri Ersoy
AFP/OZEN KOSE - Le ministre turc du tourisme Mehmet Nuri Ersoy

Le principal conseiller du président Erdogan, Ibrahim Kalin, était l'un des membres de la délégation qui s'est rendue en Russie. L'agence Anadolu rapporte que la raison de sa présence est également d'organiser la livraison de vaccins. "Nous avons conclu un accord pour que le vaccin russe atteigne la Turquie le plus rapidement possible, ainsi que les mesures à prendre pour la saison touristique, le début des vols et l'accélération du processus", a déclaré Kalin lui-même.