PUBLICIDAD

Iberdrola

Les défis des sociétés hétérogènes pour la construction de la paix au Sahel : le cas du Mali

Dans ce cas, la population s'identifie davantage à son ethnicité qu'à l'État en tant que tel
Atalayar_ Sahel

AFP/AMARCO LONGARI  -   Un soldat togolais de la MINUSMA (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation multidimensionnelle au Mali) patrouille le 2 juillet 2019 sur le marché de Sofara, dans la région de Dogon, au centre du Mali

Les États sahéliens sont caractérisés par des sociétés hétérogènes sur le plan ethnique et religieux, ce qui rend la gouvernance difficile. Les problèmes des sociétés hétérogènes sont caractéristiques de l'Afrique, avec des exemples clairs de conflits ethniques et religieux au Nigeria, en République centrafricaine et au Soudan/Soudan du Sud, mais d'autres exemples comme le Liban et la Yougoslavie montrent comment les problèmes de cohésion sociale existent dans la plupart des États hétérogènes, quel que soit le continent.

Dans ces jeunes États, où le projet d'État-nation n'est pas encore totalement consolidé, les gens s'identifient davantage à leur groupe ethnique, leur tribu ou leur chef religieux, et pas nécessairement à leurs dirigeants politiques. Ils considèrent que leurs communautés ont existé avant, pendant et après la colonisation. Même si l'État était gouverné par l'un ou l'autre, l'appelant par un nom différent, la communauté est restée malgré tous ces changements. Pour illustrer les défis des sociétés hétérogènes, le cas du Mali, en particulier, sera analysé, mais il est important de comprendre que les problèmes sont partagés par d'autres États de la région du Sahel, tels que le Burkina Faso et le Niger. 

Atalayar_Sahel Mali (2)
AFP/AMARCO LONGARI - La population s'identifie plus à son ethnie qu'à l'Etat en tant que tel

L'effondrement du Mali en 2013, qui était jusqu'alors un pays caractérisé par la stabilité, a mis en évidence le manque de cohésion sociale entre les différents groupes communautaires. Cela est particulièrement vrai dans le nord et le centre du pays, car l'hétérogénéité des populations pose des défis constants aux niveaux économique, sécuritaire et politique.  

Dans le nord, des groupes touareg se battent pour l'indépendance de l'Azawad tous les dix ans environ depuis l'indépendance du Mali, leur dernière révolution ayant eu lieu en 2012, qui s'est terminée par un coup d'État et l'expansion du djihadisme au Mali. Même avant la guerre, l'État central n'a pratiquement aucune présence forte dans la région du nord, qui est de facto contrôlée par des groupes touareg. 

Atalayar_Sahel Mali (5)
AP/BABA AHMED - Femmes touareg à Tombouctou, Mali

Certaines tribus touarègues du nord ne considèrent pas que le projet national malien les inclut. La question touarègue et les problèmes de leur intégration dans les projets nationaux sont partagés avec d'autres pays comme le Niger, mais dans le cas du Mali, comme la plupart d'entre eux sont situés dans la partie nord et non sur l'ensemble du territoire, il est plus facile pour eux de revendiquer leur souveraineté.  

Suite aux révolutions touareg, la population du centre du Mali a subi les ravages d'une région voisine peu sûre, avec une augmentation de la criminalité de droit commun, des vols de bétail et des « razzias ». Cette insécurité a empêché le bon développement des activités économiques des populations du centre du Mali, en particulier des éleveurs nomades qui ont dû passer par des régions contrôlées par des groupes touareg, comme la route de transhumance de Karéri à Niafunké.  

Atalayar_Sahel Mali (8)
PHOTO/MICHAEL KAPPELER - Rues du centre de la capitale malienne, Bamako

La population du centre a joué un rôle relativement pacifique pendant les révolutions touareg, soutenant même l'État malien dans le cas de la rébellion des années 1990. Pourtant, cette région a été, selon ses habitants, oubliée par l'État.

La dernière révolution touarègue a particulièrement touché le centre du Mali. Pourtant, dans les accords de paix d'Alger de 2015, qui ont mis fin à la révolution du Nord, aucune mention n'a été faite du centre du Mali, aucun représentant ou groupe armé n'a été inclus et la question de la radicalisation djihadiste, qui commençait déjà à poser problème dans la région de Macina, n'a pas été abordée. Le manque d'inclusion de certaines communautés dans les processus de paix signifie qu'elles ne se sentent pas représentées. 

Atalayar_Sahel Mali (4)
AFP/KENZO TRIBOUILLARD - Un soldat malien patrouille sur une route entre Gao et Kidal au nord du Mali

La région du centre du Mali est l'une des plus diversifiées sur le plan ethnique. On y trouve la moitié des groupes ethniques du pays et la plupart des systèmes de production : agriculture sédentaire, pastoralisme, pêche sédentaire et agro-pastoralisme. Dans une région aussi diverse sur le plan ethnique, les conflits naissent de la concurrence entre les communautés pour la distribution des ressources naturelles nécessaires à leurs systèmes économiques. Parmi les tensions intercommunautaires les plus courantes, on peut citer : la mauvaise répartition des terres, les tensions concernant l'utilisation de l'eau, le vol de biens et de bétail, et la détérioration des récoltes par les animaux en transhumance.

Dans l'une des régions où le conflit interethnique est le plus important, la plaine du delta du Niger (au centre du Mali), connue sous le nom de pays Dogon, les tensions entre les communautés Peul et Dogon sont une cause de conflit dans la région. Les Dogons sont surtout engagés dans la chasse ou l'agriculture. En raison du changement climatique, les terres qui étaient auparavant utilisées pour l'agriculture sont trop érodées et les Dogons doivent se déplacer vers les plaines du pays Dogon où les éleveurs peuls emmènent normalement leurs animaux. Cette situation provoque des tensions entre les communautés, surtout lorsque le bétail des communautés nomades peules détruit les terres sur lesquelles les Dogons pratiquent l'agriculture. 

Atalayar_Sahel Mali (3)
AFP/ HABIBOU KOUYATE - Des représentants du Mouvement de l'Azawad assistent à la signature de la version amendée de l'Accord d'Algérie le 20 juin 2015 à Bamako

D'autre part, outre les conditions climatiques, avec une croissance démographique marquée par un taux de natalité élevé de six enfants par femme, les tensions intercommunautaires s'accroissent car de plus en plus de personnes vivent pour moins de territoire et de ressources. Avec l'arrivée d'armes dans la région en provenance du nord du Mali et l'augmentation de la criminalité de droit commun, les différends entre communautés qui étaient autrefois réglés pacifiquement, par les conseils traditionnels des anciens des villages, sont maintenant résolus par les armes.

Les exemples de tensions entre les groupes touareg, peul et dogon représentent les difficultés intrinsèques des États avec des sociétés aussi hétérogènes, dans lesquelles différentes communautés, chacune avec ses propres coutumes sociales et juridiques et ses modèles économiques, vivent côte à côte. Au niveau national, être capable de représenter une telle diversité dans les structures est complexe ; il y a toujours un groupe qui a le sentiment que ses intérêts ne sont pas représentés. 

Atalayar_Sahel Mali (6)
PHOTO/AFP - Des combattants touaregs de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) se réunissent près de Kidal, dans le nord du Mali, le 28 septembre 2016

D'autre part, le fait que certains politiciens et militaires soient avant tout loyaux envers leurs communautés et leurs chefs traditionnels met en évidence le manque de cohésion sociale et d'accord sur le projet d'Etat qu'est le Mali. Comme tous les États du monde, les frontières de l'État malien ont été définies par un groupe de personnes à un moment historique donné, mais elles ne sont pas fixes.

L'État est une entité de raison créée par une société qui peut changer d'avis si elle ne considère plus ce projet comme le sien. Certains groupes touaregs ont été très clairs à ce sujet depuis les révolutions des années 1960. 

Atalayar_Sahel Mali (7)
PHOTO/AFP - Photo d'archive, des soldats de l'armée alliée, des membres de la milice pro-gouvernementale et d'anciens rebelles, principalement touaregs, participent à leur première patrouille commune à Gao, dans le nord du Mali, le 23 février 2017.

Pour toutes ces raisons, indépendamment de la situation actuelle avec le coup d'État et les problèmes du terrorisme djihadiste, il est essentiel de prendre en compte les défis intrinsèques des sociétés hétérogènes afin de rétablir une paix durable.

Faire face à ce problème structurel peut signifier la remise en question du modèle de l'Etat et du fonctionnement de ses structures afin qu'elles correspondent aux besoins de la société malienne. C'est la seule façon de créer une identité nationale qui durera dans le temps.