PUBLICIDAD

Iberdrola

Les défis de Trump pour 2024

L'ancien président américain annonce sa candidature pour 2024 avec une élection de mi-mandat bancale et un parti républicain divisé
trump-candidatura-2024

AP/PHOTO/ANDREW HARNIK  -   L'ancien président Donald Trump salue après avoir annoncé qu'il se présente pour un troisième mandat à Mar-a-Lago

L'annonce par Donald Trump d'une candidature à la Maison Blanche n'a pas été une surprise. Le milliardaire nourrissait depuis deux ans un suspense sur son retour qu'il a eu du mal à entretenir. Contre l'avis de ses conseillers, Trump a voulu annoncer sa campagne plus tôt à deux reprises et a ignoré l'idée de le faire après les élections de mi-mandat. Aujourd'hui, une semaine après la tenue du scrutin, la candidature du républicain pour 2024 est officielle

La nouvelle devait être triomphante. Entouré de 30 drapeaux américains et devant ses alliés et conseillers, Donald Trump a annoncé sa candidature à la présidentielle dans sa résidence de Mar a Lago, en Floride, déjà considérée comme le centre stratégique des républicains aux ordres de Washington. " Vous êtes prêts ? Je le suis. Le retour de l'Amérique commence dès maintenant", prélude à l'attendu: "Pour rendre l'Amérique grande et glorieuse à nouveau, j'annonce ce soir ma candidature à la présidence".

trump-candidato-2024-discurso
REUTERS/JONATHAN ERNST - L'ancien président américain Donald Trump annonce qu'il sera à nouveau candidat à la présidence des États-Unis en 2024

Dans son discours, Trump a passé en revue ses politiques pour son mandat entre 2017 et 2021, en les opposant à celles du président actuel, Joe Biden. De ce qu'il perçoit comme une bonne gestion de l'économie, des "réductions d'impôts historiques", d'une "pandémie contrôlée" et des mesures en matière d'immigration, à ce que le démocrate accuse : des rues "ensanglantées", une "invasion" à la frontière sud et, en politique étrangère, "mener les États-Unis à la guerre nucléaire".

Le discours s'est terminé par la même formule utilisée par le candidat à l'élection présidentielle de 2016, Make America Great Again, qui lui a donné la victoire éclatante pour occuper le bureau ovale. "Nous allons rendre l'Amérique forte et fière à nouveau. Nous allons rendre l'Amérique à nouveau sûre. Nous rendrons à l'Amérique sa grandeur. Et nous lui rendrons sa grandeur", a-t-il déclaré.

trump-candidatura-2024-mar-a-lago
AFP - L'ancien président américain Donald Trump salue ses partisans lors d'un rassemblement à sa résidence de Mar-a-Lago

Avec l'annonce de la nomination, ce sont maintenant deux années intenses de défis qui s'annoncent, surtout pour un candidat comme Trump. "Ce n'est pas une tâche pour un politicien ou un candidat conventionnel. C'est une tâche pour un grand mouvement", a reconnu l'ancien président. Premier défi, ses rendez-vous avec la Justice. Trump a été inculpé pour la première fois en 2019 pour abus de pouvoir et obstruction à la justice, pour ses activités avant et après l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021 et maintenant pour avoir conservé des documents classifiés dans son manoir de Mar a Lago après avoir quitté ses fonctions. Le département de la justice envisage des poursuites pénales. 

En ce sens, ce qui semble aussi lui porter préjudice pour 2024, c'est son insistance à promouvoir des complots sur la dernière élection présidentielle, comme l'expriment ses conseillers. 

Le prochain défi que Trump n'a pas envisagé en tant que tel dans son discours est le parti démocrate lui-même. La "marée rouge" n'a pas obtenu les résultats escomptés et les démocrates ont pu sauver le Sénat lors des élections de mi-mandat, en attendant les résultats sur le contrôle de la Chambre des représentants, qui, contre toute attente, devrait passer dans les rangs républicains.

ron-de-santis-usa
PHOTO/ARCHIVO - Ron DeSantis, gouverneur de la Floride

Avec la gueule de bois de la victoire des démocrates au Sénat, le parti n'a pas encore envisagé de désigner le prochain candidat pour 2024, même si tout porte à croire que ce sera à nouveau Joe Biden, malgré le fait qu'il aura alors 82 ans. Cependant, le président actuel ne fera pas le poids face à Trump : "Nous avons un président qui s'endort lors des conférences mondiales et qui confond ses pays", a-t-il plaisanté dans son discours. De son côté, Biden a réagi à l'annonce de sa candidature depuis le sommet du G20 à Bali par un tweet: "Donald Trump a laissé tomber l'Amérique".

Pendant ce temps, le parti républicain ne laisse pas non plus de tapis rouge à Trump. Au cours de ces deux années de législature et, surtout, ces "midterms" ont laissé l'ancien président avec deux rivaux clairs: le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, et l'ancien président, Mike Pence. Donald Trump refuse de rester dans l'ombre et devra surmonter, comme il l'a fait avec les deux impeachments, les défis durant les deux années restantes de la législature démocrate.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.