Les derbies célestes de ceux qui partent

Antic, Jones, Lorenzo Sanz ou Goyo Benito ont laissé dans le silence qui impose de mourir en temps de coronavirus
Radomir Antic, ancien entraîneur serbe de l'Atlético de Madrid, récemment décédé

PHOTO/REUTERS  -   Radomir Antic, ancien entraîneur serbe de l'Atlético de Madrid, récemment décédé

#NouvelleAnormalité

Ils partent, mais ils ne nous quittent pas du tout. Il sera difficile de revenir à la « nouvelle normalité » que nous n'avons jamais connue. Un terme que même la grammaire a du mal à digérer. Lorsque le sport allume les lumières, vous ressentirez le vide de ceux qui ont tant fait autrefois. Ortega y Gasset a dit qu'une civilisation ne peut durer que si beaucoup contribuent à l'effort, mais s'ils préfèrent profiter des fruits, la civilisation s'effondre. 

#Antic&Robo

Il reste maintenant à remercier et à se souvenir de ceux qui sont morts dans des moments difficiles, comme dirait Sainte Thérèse. « Elle est morte quand le coronavirus a frappé », commenteront-ils dans les tribunes du Metropolitan. Radomir Antic est parti au pire moment pour dire au revoir. Des jours sinistres. L'entraîneur de ce double programme est déjà assis à côté de ce qui aurait pu être son entraîneur adjoint en 1995. Michael Robinson n'a pas osé descendre les marches du banc du Calderon. Une décision courageuse, inhabituelle dans un sport qui vous oblige à faire ce que vous ne voulez pas faire. Rien n'est plus difficile que de jouer au football des années 80 à Anfield. Ses décisions ont garanti leur carrière. Antic a promené Imperioso dans les rues de Madrid pour célébrer El Doblete et Robinson a mis l'accent sur l'autre football pendant 30 ans. Les fans aimeront toujours Radomir et seront fiers d'avoir emmené « Robo » à Anfield pour commenter son dernier match à la télévision. La tragédie a voulu qu'ils soient victimes de leurs maladies et non du mauvais microbe, de leurs derniers matchs, qui ne peuvent plus être gagnés. Et le destin fatidique leur a donné cette solitude des dernières minutes avec laquelle elle a puni des milliers d'Espagnols.   

#JonesEtLeRacisme

Là-haut, il y aura le Greyhound du Metropolitan, le bon, celui qui était au bout de la Queen Victoria Avenue. Joaquín Peiró a traversé un stade dont il n'y a aucune trace, à l'exception du bouclier de l'Atleti qui est formé par les hauts bâtiments de ce terrain. Peiró a remporté la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1962 et a montré ce bouclier qui, du ciel, regarde maintenant le vieux continent. Le Metropolitan a également vu Miguel Jones. Le célèbre ami noir de Luis Aragonés. Tous les trois, avec Antonio Reyes, pourront parler de ce qu'est réellement le racisme. Celle des actes et non des mots. Ils se moqueront de ce qu'ils appellent le « politiquement correct » et qui fait de nous des otages de la langue. Le Guinéen Jones a gagné cette Recopa avec Peiró et a terminé sa carrière à Osasuna, comme Robinson. 

#CapónEtLaURSS

José Luis Capón est arrivé à l'Atlético en 1971. Il a remporté le célèbre Intercontinental en 1975 et un titre de champion avec le Real Madrid en 1977. En 1980, le Vicente Calderón l'a honoré en lui offrant un match contre une équipe d'URSS. Vous savez, les choses de la Transition. Tous les trois se déguisent en matelas dans le ciel rouge et blanc. Le coronavirus n'a pas épargné les vétérans, qui ont jeté les bases de quelque chose que tout le monde ne peut pas comprendre. 

#SanzEtBernabéu

L'année 2020 n'allait pas non plus être l'année du Real Madrid. En trinquant avec les raisins et le goudron, nous avons vu comment on peut jeter une ligue un samedi et la gagner le dimanche suivant. Le coronavirus venait de l'Est, comme les Trois Rois. Lorenzo Sanz était déjà âgé lorsque son fils Fernando nous a parlé en février de l'expansion de LaLiga en Asie et en Afrique pour Atalayar. Le virus l'a emporté et l'a réuni avec les quelques présidents du Real Madrid qui ont su faire grandir le club. Aujourd'hui, avec son parrain Ramon Mendoza, il raconte à Santiago Bernabeu que, 32 ans après avoir remporté la Coupe d'Europe à Bruxelles contre le Partizan, son Real Madrid a remporté la septième à Amsterdam contre la Juventus. 

#GoyoEtJuanito

Les souvenirs de Goyo Benito étaient effacés par une autre maladie malsaine. Le coronavirus a précipité son départ. Ci-dessus, avec Juanito, ils chercheront une explication à la façon dont ils ont pu régner en Espagne, mais ils ne sont pas parvenus à conquérir l'Europe en 1981 contre un Liverpool que Robinson n'avait pas encore atteint. 

Les derbies célestes promettent plus que les derbies terrestres. Ici-bas, les blancs et les rouge-blancs d'aujourd'hui pourront continuer à profiter de ces fruits ou à enrichir leur mémoire. 

Qu'ils reposent en paix.