Les différentes visions de Trump et Biden pour maintenir le leadership spatial américain sur la Chine

Si le président actuel est réélu, cela renforcera la sécurité nationale dans la sphère extérieure. Si Joe Biden gagne, il renforcera l'utilisation environnementale de l'espace et la compréhension du changement climatique
Donald Trump et Joe Biden ont des positions différentes sur leurs plans spatiaux, mais quelle que soit la personne qui occupera le Bureau ovale, ils poursuivront une politique similaire

PHOTO/Bloomberg Getty Images  -   Donald Trump et Joe Biden ont des positions différentes sur leurs plans spatiaux, mais quelle que soit la personne qui occupera le Bureau ovale, ils poursuivront une politique similaire

La politique spatiale est d'une telle importance pour les contribuables américains que l'actuel président républicain Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden ont inclus dans leurs manifestes électoraux respectifs les lignes directrices qu'ils entendent suivre si l'un d'entre eux arrive au pouvoir après les élections du 3 novembre.

Avec des visions stratégiques différentes pour les quatre années où l'un ou l'autre occupera le Bureau ovale de la Maison Blanche, les deux opposants s'expriment dans leurs débats en face à face mais aussi dans leurs discours sur l'exploration spatiale et la NASA, sujets qui ont une opinion positive de 75 % de la population américaine. 

L'axe par lequel passera la politique ultraterrestre au cas où Donald Trump se lèverait avec la victoire sera centré sur la sécurité nationale. Le président considère l'espace comme un nouveau champ de bataille et répète chaque fois qu'il en a l'occasion que « celui qui dirige l'espace dirige le monde ». Washington ne peut pas se permettre d'ignorer le désir de maintenir son leadership et sa liberté d'action dans l'espace afin de relever le défi permanent posé aux États-Unis par la Chine de Xi Jinping, la Russie de Poutine étant à la traîne.  

Aunque la fecha no parece realista, Donald Trump quiere ser el presidente que en 2024 felicite a las astronautas que vuelvan a colocar la bandera de Estados Unidos sobre la superficie lunar
PHOTO/NASA - Bien que la date ne semble pas réaliste, Donald Trump veut être le président en 2024 pour féliciter les astronautes qui remettront le drapeau américain sur la surface de la lune.

Basé sur la supériorité technologique et économique du pays, le programme élaboré par le parti républicain parle de « renforcer la nouvelle force spatiale » - une branche indépendante de l'armée de l'air - et d'« établir une présence humaine permanente sur la lune ». Il s'agit du programme Artemis, dont l'étape maximale est prévue pour 2024, année où les astronautes américains - dont les premières femmes - pourront à nouveau poser le pied sur la surface lunaire.

Il cherche également à « construire un grand système de cyberdéfense » pour protéger ses constellations de satellites et un puissant bouclier anti-missiles, ainsi qu'à « encourager le rôle de l'initiative privée dans l'espace, à gagner la course aux communications 5G et à établir un réseau national de satellites Internet à haut débit à l'échelle mondiale ». Et « jeter les bases de la première mission habitée vers Mars », laissant les programmes scientifiques en deuxième position. 

A lo largo de su Presidencia ha puesto en marcha numerosas iniciativas que han fortalecido las actividades y los presupuestos de la NASA y del sector espacial militar
PHOTO/Bill Ingalls NASA - Tout au long de sa présidence, il a lancé de nombreuses initiatives qui ont renforcé les activités et les budgets de la NASA et du secteur spatial militaire.
Biden se concentre sur la science et la technologie

Pour répondre à ces priorités, le budget demandé pour la NASA pour la seule année 2021 s'élève à 25,2 milliards de dollars, soit une augmentation de 11,5 % par rapport au budget actuel. Il faut ajouter à cela les fonds alloués aux nombreuses organisations militaires ayant des activités dans le cosmos.

Dans le cas de Joe Biden, le cosmos n'a jamais été une de ses préoccupations personnelles ou même politiques. Cela est démontré par sa faible participation à la politique spatiale américaine pendant ses près de cinq décennies en tant que sénateur et ses très rares interventions dans ce domaine pendant ses huit années en tant que vice-président de Barack Obama (2009-2017). Mais il n'était pas non plus celui de Donald Trump avant qu'il n'entre en politique. 

Mais en tant que candidat démocrate à la présidence, il n'a pas d'autre choix que de mettre l'espace au premier plan, comme l'un des principaux moyens de satisfaire ceux qui luttent pour assainir l'environnement et mieux comprendre le changement climatique qui affecte la planète. 

Si es reelegido, incrementará el papel de la iniciativa privada en el marco espacial comercial y centrará las actividades de la NASA en misiones de exploración científicas complejas
PHOTO/NASA - Si elle est réélue, elle renforcera le rôle de l'initiative privée dans le cadre commercial de l'espace et concentrera les activités de la NASA sur des missions complexes d'exploration scientifique

S'il remporte l'élection du 3 novembre, Joe Biden encouragera la NASA à recentrer son activité sur la Terre, avec de nouvelles missions d'observation par satellite, en parallèle avec sa principale organisation météorologique, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Joe Biden s'est engagé à ce que l'Agence maintienne son importante activité d'exploration du cosmos, qui est la plus importante au monde, et qui prévoit pour les cinq prochaines années un budget annuel de l'ordre de 2,8 milliards de dollars. Il a confirmé qu'il « poursuivra les grands programmes déjà en cours », tels que la station orbitale Lunar Gateway positionnée autour de notre satellite naturel et Artemis, le retour des astronautes sur la lune. 

Joe Biden plantea aumentar la investigación científica, la innovación tecnológica y médica en cooperación con sus socios de la Estación Espacial Internacional
PHOTO/AP - Joe Biden propose d'accroître la recherche scientifique, l'innovation technologique et médicale en coopération avec ses partenaires de la Station spatiale internationale
Gagne qui gagne, continuité

Cependant, si les 28 milliards de dollars prévus entre 2021 et 2025 pour Artémis ne se concrétisent pas, ce sera une bonne excuse pour reporter à 2028 l'objectif presque impossible fixé par l'administration Trump de retourner à la surface lunaire dans les quatre ans.

Pour mieux comprendre notre propre planète et notre place dans l'univers, le candidat démocrate propose également « d'augmenter le financement de la recherche scientifique, ainsi que de l'innovation technologique et médicale en coopération avec ses partenaires de la Station spatiale internationale ». Même « le début des études pour emmener les astronautes sur Mars » et au-delà à la fin des années 2030, la prochaine grande étape dans l'exploration du système solaire. 

El candidato demócrata ha declarado que proseguirá con los principales programas en marcha, como el regreso de astronautas a la Luna y la estación orbital Lunar Gateway alrededor de nuestro satélite natural
PHOTO/NASA - Le candidat démocrate a déclaré qu'il poursuivrait les grands programmes en cours, tels que le retour des astronautes sur la Lune et la station orbitale Lunar Gateway autour de notre satellite naturel

Si les démocrates gagnent, l'administration Biden imposera probablement peu de changements aux politiques et aux programmes actuellement menés par la NASA. Il apportera probablement des changements dans les priorités de la force spatiale créée par Donald Trump et modifiera les budgets et les calendriers, mais dans la continuité des grandes initiatives déjà en place.

Los dos candidatos a ocupar la Casa Blanca quieren pasar a la historia como los presidentes que anunciaron el primer programa tripulado a Marte
PHOTO/NASA - Les deux candidats à la Maison Blanche veulent entrer dans l'histoire comme les présidents qui ont annoncé le premier programme habité sur Mars

Ce qui semble clairement annulé, quel que soit le nouveau président, c'est le développement complet ou partiel du soi-disant système de lancement spatial ou SLS, -acronyme de Space Launch System-, la super-fusée capable de faire atteindre la Lune au nouveau vaisseau spatial habité Orion, qui pourrait être remplacé par un autre moins cher de la société Saces. 

PHOTO/NASA - El mandato presidencial 2021-2025 será el decisivo para la continuidad o la cancelación del Sistema de Lanzamiento Espacial, el súper cohete previsto para trasladar astronautas a la Luna
PHOTO/NASA - Le mandat présidentiel 2021-2025 sera décisif pour la continuité ou l'annulation du système de lancement spatial, la super-fusée prévue pour le transfert des astronautes vers la Lune

SLS est un projet qui a subi de multiples retards, a consommé des dizaines de milliards de dollars et a été une solution de compromis imposée à Barack Obama par le Congrès pour remplacer le lanceur Ares V inachevé des années du mandat de George W. Bush (2001-2009).