PUBLICIDAD

Iberdrola

Les entreprises marocaines récupèrent 100% après les effets de la pandémie

Ryad Mezzour, ministre de l'industrie et du commerce, affirme que l'industrie a entièrement récupéré les emplois perdus par les travailleurs
Ryad Mezzour, ministre de l'industrie du Maroc

PHOTO/ARCHIVE  -   Ryad Mezzour, ministre de l'industrie du Maroc

Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a accordé une interview au journaliste américain Dennis Wholey, en visite au ministère, dans laquelle le ministre a affirmé que le Maroc se trouve dans une très bonne situation économique et que les travailleurs du secteur industriel ont pu récupérer leurs emplois. Cela s'explique par le fait que la pandémie de coronavirus a durement touché le secteur, mais ils ont maintenant commencé à se rétablir et sont maintenant à 100%.

La pandémie de coronavirus a presque entièrement dévasté le marché du travail, obligeant les entreprises à fermer leurs portes et à chercher d'autres méthodes de travail. Des secteurs tels que l'industrie exigent un niveau de présence qu'il est très difficile de maintenir en période de confinement, et les travailleurs prennent des risques en ce qui concerne les infections futures. Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, est allé jusqu'à dire de cette situation que "le COVID-19 pourrait nous ramener des années, voire des décennies en arrière, laissant les pays avec des défis fiscaux massifs et croissants". Heureusement, le Maroc a pu trouver une stabilité dans le secteur industriel, retrouvant de plus en plus la normalité perdue il y a presque deux ans.

Mezzour a également évoqué les caractéristiques de l'industrie du Royaume et a souligné son importance pour l'économie nationale. Selon le ministre, l'économie repose sur la consommation et l'investissement, le premier représentant 60 % du PIB (produit intérieur brut). L'investissement, quant à lui, représente 30 % du PIB, et le Maroc est considéré comme ayant l'un des taux les plus élevés au monde. 

Línea de montaje de automóviles en la planta de montaje de automóviles Renault-Nissan Tánger en Melloussa
AFP/FADEL SENNA - Chaîne de montage de voitures à l'usine Renault-Nissan de Tanger, à Melloussa.

Abordant le sujet de l'industrie, le ministre a déclaré que l'activité principale du Maroc dans le secteur industriel est la production et la sous-traitance, en plus de la sous-traitance aux entreprises étrangères qui viennent au Maroc. 

Dans le royaume alaouite, la principale industrie qui arrive en tête du classement de celles qui exportent le plus de produits est l'industrie automobile, qui a une capacité de production annuelle de 700 000 véhicules et, par conséquent, un taux d'intégration de 60 %.

Selon Mezzour, le pays alaouite importe principalement de l'énergie. Le ministre a parlé de l'importance des politiques de transition énergétique que le pays est en train de mener avec le nouveau gouvernement, qui est devenu l'une des nations leaders en la matière. "Nous importons également certains équipements, des semi-produits industriels et certains biens de consommation", a déclaré le ministre. En revanche, les principales exportations concernent le secteur des véhicules, suivi des engrais, des produits agroalimentaires et des produits transformés et textiles. 

Un empleado de la moda de Still Nua trabaja en una fábrica textil en un parque industrial conectado a una zona de libre comercio en la ciudad marroquí de Tánger
AFP/FADEL SENNA - Un employé de la société de mode Still Nua travaille dans une usine de textile dans un parc industriel relié à une zone franche dans la ville marocaine de Tanger.

Il convient de noter que le Maroc entretient d'excellentes relations internationales avec divers pays vers lesquels il importe et exporte, tels que l'Union européenne et les États-Unis, l'un de ses principaux partenaires. Le Royaume est le seul pays d'Afrique à avoir conclu des accords de libre-échange avec les États-Unis depuis 16 ans, ce qui a permis aux deux pays de commercer et de conclure des accords de vente et d'importation. De plus, cette situation est très stratégique pour la puissance américaine qui, en traitant avec le pays du Maghreb, peut accéder aux autres pays du continent africain pour développer ses affaires et sa puissance. 

Wholey, au vu de ce fait, a demandé au ministre quels seraient les principaux avantages pour les investisseurs américains souhaitant faire des affaires avec le Maroc, ce à quoi le ministre a répondu que "le principal avantage est que les coûts de production sont relativement bas, que la décarbonisation des industries marocaines sera achevée d'ici 3 à 4 ans et qu'elle permet d'accéder aux deux plus grands marchés du monde, le marché européen et le marché américain". "Être basé au Maroc vous donne un potentiel de croissance triple. Le Maroc est une plaque tournante pour les marchés européens, américains et africains", a répondu le ministre. 

Empleados de la moda de Still Nua trabajan en una fábrica textil en un parque industrial conectado a una zona de libre comercio en la ciudad marroquí de Tánger
AFP/FADEL SENNA - Les employés de Still Nua fashion travaillent dans une usine de textile dans un parc industriel lié à une zone franche dans la ville marocaine de Tanger

Ce facteur est très bon pour la région et, surtout, pour les pays africains qui veulent investir dans le Royaume et ouvrir ainsi la porte au monde. Le Maroc offre une stabilité politique, sociale et économique qui est enviée par ses voisins africains et qui donne au Maghreb un caractère formel, ce qui est très important lorsqu'il s'agit de faire des affaires sur le continent. En 2019, le Maroc est le 4e pays le plus attractif de la région MENA pour les investissements étrangers, avec de très bonnes stratégies qui encouragent les investissements et font croître l'économie de la nation.