Les Etats-Unis condamnent les attaques de la milice Houthi contre l'Arabie Saoudite

La tension continue à monter et Washington parle de la menace que représentent les Houthis pour les civils
Atalayar_Joe biden

PHOTO  -   Le président américain Joe Biden

Les milices Houthi soutenues par l'Iran ont mené une nouvelle attaque contre l'Arabie Saoudite. Loin d'essayer de parvenir à un accord de paix, la situation à la frontière entre le Royaume et le Yémen est de plus en plus tendue. Les États-Unis ont fortement critiqué ces attaques des Houthis. Le Département d'État américain a déclaré dans un communiqué que "ces attaques menacent non seulement des civils innocents, mais aussi les perspectives de paix et de stabilité au Yémen".

La milice, qui, il faut le rappeler, a cessé d'être considérée comme une organisation terroriste dans l'une des premières décisions de l'administration Biden, a mené une attaque sur des centres de population en Arabie Saoudite avec des missiles et des drones. Cependant, les forces de la coalition arabe ont réussi à intercepter l'offensive houthi. Dans la déclaration officielle publiée par le Département d'Etat, ils appellent la milice à "cesser ces attaques odieuses et à s'engager de manière constructive avec l'envoyé spécial des Nations Unies Martin Griffiths et l'envoyé spécial des Etats-Unis Tim Lenderking pour apporter la paix, la prospérité et la sécurité au peuple yéménite". Ce dernier est dans la région depuis quelques jours et a eu des entretiens avec des représentants yéménites, saoudiens et de l'ONU.

La nouvelle perspective américaine sur la guerre du Yémen laisse entrevoir un certain espoir pour ce qui, pour beaucoup, est déjà une cause perdue. Gregory Johnsen, auteur de The Last Refuge : Yemen, al-Qaeda, and America's War in Arabia, a partagé ses réflexions lors d'une semaine de conférences organisées par Brookings Foreign Affairs qui se sont concentrées sur la crise yéménite, qui selon lui "ne peut être reconstruite dans un seul état, ni même dans deux". Il a également souligné l'un des aspects qui rend le plus difficile la réalisation de la paix, à savoir la présence de tant d'États dans le conflit. Des États-Unis à l'Iran, en passant par l'Arabie Saoudite et même la Turquie.

Atalayar_huties yemen
AP/HANI MOHAMMED - Des houthis lèvent les armes lors d'un rassemblement contre l'accord visant à établir des relations diplomatiques entre Israël et les Emirats Arabes Unis à Sanaa, au Yémen

Les Etats-Unis réaffirment leur "soutien indéfectible" à l'Arabie Saoudite et qu'ils défendront le Royaume contre toute menace. Il ne faut pas non plus oublier que les relations entre le pays présidé par Joe Biden et les Saoudiens ont été endommagées depuis le départ de Donald Trump de la Maison Blanche, avec qui Riyad avait de très bonnes relations. Entre autres, le veto des États-Unis sur la vente d'armes à l'Arabie Saoudite, précisément pour la guerre au Yémen, a grandement refroidi les liens avec ceux menés par le prince héritier Mohammed bin Salman.

La condamnation par le pays dirigé par Joe Biden intervient quelques jours après l'attaque des forces américaines contre les milices chiites, cette fois-ci situées en Syrie. Une offensive qui a fait au moins 22 morts et qui a été décrite par l'Iran comme "illégale et agressive". Le pays lui-même dirigé par Hasan Rohani a refusé de s'asseoir pour négocier de manière informelle avec les États-Unis concernant le Plan d'action global conjoint (JCPOA) signé pendant la présidence de Barack Obama et que les États-Unis ont quitté en 2018. Les deux pays attendent toujours que l'autre fasse le premier pas vers la réconciliation et le retour au respect du pacte, alors qu'aucun des deux ne donne son bras.

"Compte tenu des récentes actions et déclarations des Etats-Unis et de trois puissances européennes, l'Iran ne considère pas que le moment soit venu de tenir des réunions informelles avec ces pays", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh. Ils ajoutent également que Joe Biden n'a pas abandonné la ligne de pression poursuivie pendant son mandat par Donald Trump et qu'ils n'ont pas non plus annoncé leurs engagements.

La condamnation des Américains pour défendre les perspectives de paix au Yémen contraste avec les bombardements effectués quelques jours plus tôt par leurs forces armées en Syrie. L'administration Biden est maintenant confrontée à une situation de plus en plus alambiquée, avec des intérêts de plus en plus nombreux de toutes les parties dans un conflit qui, de l'avis général, est encore loin d'être terminé.