PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis craignent que d'anciens militaires afghans ne divulguent des informations sensibles à l'Iran

On estime que 3 000 membres des forces de sécurité afghanes, dont des officiers ayant reçu une formation militaire américaine, ont rejoint l'Iran pour échapper aux talibans
afganistan-fuerzas-armadas

AFP PHOTO/Office du ministère afghan de la Défense  -   On estime que 3 000 membres des forces de sécurité afghanes, dont un certain nombre d'officiers et d'agents spéciaux formés par les États-Unis, ont fui en Iran

Le retrait des troupes étrangères d'Afghanistan et la chute de Kaboul aux mains des talibans ont été l'un des événements les plus marquants de ces dernières années. Les images de l'aéroport de Hamid Karzai rempli de citoyens cherchant désespérément à quitter le pays et à fuir la terreur du nouveau gouvernement taliban ont fait le tour du monde et sont devenues l'un des symboles de la sortie des États-Unis de ce pays asiatique. De même, les hélicoptères Black Hawk survolant l'ambassade américaine pour évacuer le personnel et l'incinération de milliers de documents confidentiels de la délégation diplomatique témoignent de ce retrait chaotique, considéré comme un échec majeur de la politique étrangère de Washington. 

afganistan-kabul-retirada-eeuu
AP/SHEKIB RAHMANI - Des centaines de personnes se rassemblent près d'un avion de transport C-17 de l'armée de l'air américaine dans le périmètre de l'aéroport international de Kaboul, en Afghanistan, le 16 août 2021

Un an après, l'Afghanistan reste embourbé dans l'instabilité et l'insécurité. Le pays est confronté à une grave crise humanitaire et économique tandis que certains secteurs de la population, comme les femmes et la minorité chiite hazara, voient leurs droits s'éroder à pas de géant. En outre, les citoyens ayant travaillé avec des troupes étrangères ou des membres de l'ancien gouvernement qui n'ont pas encore été évacués sont confrontés à une menace majeure. À cet égard, selon un rapport des Nations unies publié en janvier 2022, plus de 100 personnes liées à l'ancien régime ont été tuées lors d'exécutions extrajudiciaires.

Afin de protéger leur vie, des milliers d'Afghans associés au gouvernement d'Ashraf Ghani ou aux anciennes forces armées ont choisi de quitter le pays. Ceux qui n'ont pas pu obtenir de visas dans les pays occidentaux - dans le cas des États-Unis, la bureaucratie entrave le processus - ont décidé de franchir la frontière occidentale pour entrer en Iran.

taliban-afganistan-iran
AFP/HOSHANG HASHIMI - Un combattant taliban monte la garde à la frontière d'Islam Qala entre l'Iran et l'Afghanistan

Nombre des Afghans qui ont fui vers le pays des ayatollahs faisaient partie des commandos d'élite qui ont reçu une formation américaine. C'est pourquoi, comme le rapporte Foreign Policy, les responsables de Washington craignent désormais que les exilés afghans fournissent des informations "sensibles" et une formation militaire au régime de Téhéran, le principal ennemi des États-Unis dans la région.

Les hauts responsables américains se méfient du rôle que les autorités iraniennes pourraient jouer dans l'arrivée d'Afghans disposant d'informations pertinentes sur les services de renseignement et l'armée américains. Quatre d'entre eux ont confirmé au magazine qu'il est "possible" que les agents spéciaux qui ont fui l'Afghanistan aient pu divulguer leur connaissance d'informations militaires sensibles, ainsi que des tactiques des forces spéciales et de la collecte de renseignements, soit volontairement, soit sous la contrainte

afganistan-eeuu
REUTERS/OMAR SOBHANI - Un marine américain se tient avec des soldats de l'armée nationale afghane (ANA) lors d'un entraînement dans la province de Helmand, en Afghanistan, le 5 juillet 2017

Bien que les États-Unis aient réussi à évacuer près de 130 000 personnes au cours des derniers jours du retrait, de nombreux militaires formés par Washington n'ont pas réussi à s'échapper du pays et ont donc opté pour l'Iran voisin. Selon le magazine américain et sur la base d'un rapport de Michael McCaul, chef républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, environ 3 000 membres des forces de sécurité afghanes, dont un certain nombre d'officiers et d'agents spéciaux formés par les États-Unis, sont déjà arrivés en Iran, seule alternative pour nombre d'entre eux

afganistan-eeuu
AFP/ WAKIL KOHSAR - De hauts responsables américains déclarent qu'il est "possible" que des agents spéciaux ayant fui l'Afghanistan révèlent leur connaissance d'informations militaires sensibles

Le rapport note également qu'"aucun ancien militaire afghan ne s'est encore vu accorder un statut prioritaire spécial, malgré les risques pour la sécurité soulignés par le propre département d'État de l'administration Biden". À cet égard, Mick Mulroy, ancien secrétaire adjoint à la défense et officier paramilitaire de la CIA, déclare à Foreign Policy que les commandos et autres unités spéciales afghanes "n'ont pas le choix" et que "le seul endroit où ils peuvent aller pour échapper aux talibans est l'Iran". Téhéran en est conscient. C'est pourquoi le gouvernement iranien a délivré aux commandos afghans des visas de résidence de sept mois, à condition qu'ils puissent prouver qu'ils faisaient partie de l'armée afghane.

En esta foto de archivo tomada el 5 de mayo de 2021, soldados del Ejército Nacional Afgano (ANA) marchan durante una ceremonia en una base militar en el distrito de Guzara de Herat AFP/ HOSHANG HASHIMI
AFP/ HOSHANG HASHIMI - Des soldats de l'armée nationale afghane (ANA) défilent lors d'une cérémonie sur une base militaire dans le district de Guzara à Herat, le 5 mai 2021

Mais l'Iran n'est pas le seul adversaire des États-Unis qui pourrait profiter de cette situation pour obtenir des informations précieuses. Le rapport républicain note également que la Russie et la Chine pourraient "recruter ou contraindre" d'anciens membres des forces de sécurité afghanes à recueillir des informations sur les États-Unis. Selon McCaul, cela pose un "grand risque pour la sécurité nationale", car ces anciens militaires "connaissent bien les tactiques, techniques et procédures de l'armée et des services de renseignement américains".

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra