PUBLICIDAD

Iberdrola

Les États-Unis portent un nouveau coup au secteur pétrolier iranien

Washington sanctionne plusieurs entreprises liées au commerce du pétrole brut iranien
usa-blinken

REUTERS/LEAH MILLIS  -   Secrétaire d'État américain Antony Blinken

Les États-Unis ont sanctionné plusieurs entreprises internationales accusées d'être impliquées dans le commerce du pétrole et de la pétrochimie en Iran, contournant ainsi les interdictions imposées au secteur du pétrole brut iranien. "Les États-Unis prennent de nouvelles mesures pour mettre fin aux tentatives de contournement des sanctions sur la vente de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens", a déclaré le secrétaire d'État Antony Blinken dans un communiqué de presse.

Les entreprises sanctionnées comprennent Zhonggu Storage and Transportation Co. Ltd et WS Shipping Co Ltd, toutes deux basées en Chine. Le premier est accusé d'exploiter une installation de stockage de pétrole brut iranien, tandis que le second est accusé de transporter des produits pétroliers iraniens. Washington a également sanctionné d'autres entreprises à Hong Kong, en Iran, en Inde et aux Émirats arabes unis.

Le département d'État rappelle que ces nouvelles mesures sont prises en vertu de l'Executive Order 13846, qui autorise l'imposition de sanctions sur le commerce du pétrole, des produits pétroliers et des produits pétrochimiques iraniens. 

iran-petroleo
AFP PHOTO /MINCI - Washington sanctionne plusieurs entreprises liées au commerce du pétrole brut iranien

"Tant que l'Iran continuera à accélérer son programme nucléaire en violation du JCPOA (le Plan d'action global conjoint), nous continuerons à appliquer des sanctions sur les ventes de produits pétroliers et pétrochimiques de l'Iran", a noté Blinken dans le communiqué de presse. Le secrétaire d'État a également déclaré que toute personne souhaitant éviter les sanctions américaines devait immédiatement mettre fin à "ces ventes et transactions illégales".

Dans une déclaration distincte, le département du Trésor qualifie les sociétés sanctionnées de "réseau international" impliqué dans la vente de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens - évalués à des centaines de millions de dollars - aux pays d'Asie du Sud-Est.

Le département du Trésor accuse les sociétés de "dissimuler" l'origine des produits et de faciliter la tâche de deux sociétés iraniennes sanctionnées - Triliance Petrochemical Co. Ltd (Triliance) et Persian Gulf Petrochemical Industry Commercial Co. (PGPICC) - pour expédier du pétrole iranien et d'autres produits vers les pays asiatiques. 

iran-petroleo-sanciones-eeuu
PHOTO/REUTERS - Selon M. Blinken, toute personne souhaitant éviter les sanctions américaines doit immédiatement mettre fin à "ces ventes et transactions illégales"

"Les États-Unis sont déterminés à réduire sévèrement les ventes illicites de pétrole brut et de produits pétrochimiques de l'Iran", a déclaré Brian E. Nelson, sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, qui a également prévenu que les sanctions seraient maintenues jusqu'à ce que Téhéran se conforme au Plan d'action global conjoint (JCPOA).

Par ce traité signé en 2015, l'Iran s'est engagé à réduire la production d'uranium enrichi et le nombre de centrifugeuses à gaz, ainsi qu'à permettre la surveillance par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Cependant, après que Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018 et réimposé des sanctions économiques sévères à Téhéran, l'Iran a commencé à enfreindre les restrictions nucléaires du pacte.

L'ancien président américain a défendu sa décision en affirmant que l'accord avait été "mal négocié", car même si l'Iran se conformait à tout, il serait sur le point de se doter "d'armes nucléaires dans un court laps de temps".   

trump-eeuu
AFP/ETHAN MILLER - L'ancien président américain Donald Trump a déclaré que l'accord de 2015 avait été "mal négocié"
Pessimisme sur l'accord nucléaire

Depuis avril 2021, les responsables américains travaillent avec leurs partenaires européens et internationaux pour relancer l'accord de 2015 avec l'Iran. Cependant, malgré de nombreux cycles de négociations, les parties ne sont pas parvenues à trouver un terrain d'entente. Pour Téhéran, il est impératif que Washington lève les sanctions économiques et retire les Gardiens de la révolution islamique de la liste des organisations terroristes étrangères.

Outre ces différences, les tensions entre les États-Unis et l'Iran se sont accrues ces derniers mois en raison du soutien militaire apporté par Téhéran à Moscou lors de l'invasion de l'Ukraine, où l'utilisation de drones iraniens par les troupes russes a été confirmée.  

De plus, les protestations actuelles déclenchées par la mort de la jeune femme kurde Mahsa Amini aux mains de la police des mœurs pour avoir porté indûment un foulard ont aggravé ce clivage. Les États-Unis ont vivement critiqué la répression violente des manifestants et ont sanctionné la police des mœurs et plusieurs responsables d'organisations de sécurité. L'Iran, pour sa part, accuse Washington d'alimenter les protestations. 

Le département du Trésor fait allusion à ces questions dans la déclaration annonçant les sanctions. "Nous restons préoccupés par les politiques de l'Iran, qu'il s'agisse de son programme nucléaire, des abus contre son propre peuple, du soutien à la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine avec des drones et des entraînements militaires, ou des activités de déstabilisation dans toute la région", ajoute le document.

Tous ces problèmes rendent difficile un retour à l'accord nucléaire malgré les efforts diplomatiques de ces derniers mois. Blinken lui-même a récemment reconnu, dans une interview accordée à l'émission 60 Minutes de CBS, qu'il ne voit pas de "perspectives à court terme" pour un retour à l'accord sur le nucléaire iranien. Blinken a expliqué que l'Iran a essayé d'ajouter des questions aux négociations que Washington n'acceptera pas. 

"Nous n'accepterons pas un mauvais accord, la réponse qu'ils ont donnée aux dernières propositions avancées par nos partenaires européens a été un pas en arrière très significatif", a-t-il ajouté.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra