PUBLICIDAD

Marruecos

Les États-Unis préparent une vente militaire de 691 millions de dollars à l'Égypte après les attaques du Sinaï

Biden a gelé l'assistance militaire au Caire en janvier. Cependant, les récentes attaques dans le Sinaï revendiquées par Daesh ont provoqué un changement dans la politique étrangère de Washington
REUTERS/MOHAMED ABD EL GHANY  -   Un miembro de las fuerzas especiales de la Policía hace guardia en El Cairo, Egipto

REUTERS/MOHAMED ABD EL GHANY  -   Washington prépare une livraison d'armes d'un million de dollars à l'Égypte, peu après de nouvelles attaques dans le Sinaï.

Les États-Unis préparent une vente militaire à l'Égypte d'une valeur de 691 millions de dollars, a annoncé le département d'État dans un communiqué. Selon Washington, le Caire a demandé l'achat de plus de 5 000 missiles antichars TOW, d'équipements de soutien aux missiles, de pièces de rechange, d'outils, d'équipements de test, ainsi que d'un soutien technique logistique.

Comme le note le communiqué, ce paquet d'armes renforcera la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en "contribuant à renforcer la sécurité d'un important allié non-OTAN qui reste un partenaire stratégique important au Moyen-Orient". Washington et le Caire ont d'importants liens politiques, économiques et commerciaux. L'Égypte est le plus grand marché d'exportation américain en Afrique. Les entreprises américaines sont actives en Égypte dans divers domaines, notamment l'énergie, la technologie, les télécommunications, la construction et l'hôtellerie.  

PHOTO/REUTERS  -   El presidente de Egipto, Abdel Fattah al-Sisi
PHOTO/REUTERS - Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi

Les deux pays ont également développé une coopération importante en matière de sécurité, de renseignement et de défense. "Si vous voulez que je définisse la relation entre les États-Unis et l'Égypte, je dirais qu'il s'agit d'une relation stratégique", a déclaré Motaz Zahran, ambassadeur d'Égypte à Washington, à Al-Monitor.

Pour Washington, l'Égypte est un allié clé dans la région dans la lutte contre Daesh, une question qui a toujours été centrale pour les différentes administrations américaines. Dans le but de lutter contre le groupe terroriste, l'ancien président Barack Obama a rétabli en 2015 l'aide militaire au Caire, aide qu'il avait suspendue deux ans plus tôt en raison du renversement de Mohamed Morsi, lié aux Frères musulmans.  

REUTERS/EVGENIA NOVOZHENIN - El ministro de Defensa egipcio Mohamed Ahmed Zaki
REUTERS/EVGENIA NOVOZHENIN -Le ministre égyptien de la défense, Mohamed Ahmed Zaki.

Sous Donald Trump, cette aide a été maintenue et les relations se sont renforcées. L'ancien président américain a qualifié son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sisi de "grand président", affirmant qu'il "fait un excellent travail" et a réussi à "instaurer l'autorité et la sécurité". "Il a ramené l'ordre. Avant qu'il ne soit là, il y avait très peu d'ordre. C'était le chaos", a déclaré Trump lors d'une rencontre avec Al-Sisi en 2019, selon Al-Monitor.

Toutefois, ces bonnes relations ont été ternies peu avant que Trump ne quitte ses fonctions en raison de l'achat d'avions de combat russes par le gouvernement Al-Sisi. Le leader républicain a accusé Le Caire d'acheter des armes russes avec l'argent de l'aide américaine. En conséquence, avant de quitter la Maison Blanche, il a réduit l'aide militaire au Caire.  

REUTERS/KEVIN LAMARQUE - El presidente de Estados Unidos, Donald Trump, se reúne con el presidente de Egipto, Abdel Fattah al-Sisi, en la Casa Blanca en Washington, Estados Unidos, el 9 de abril de 2019
REUTERS/KEVIN LAMARQUE - L'achat par l'Égypte d'avions à réaction russes a tendu les relations entre Donald Trump et Al-Sisi.

L'actuel président, Joe Biden, suivant les traces de son prédécesseur, a également choisi de couper 130 millions de dollars d'aide militaire à l'Égypte, bien que les raisons soient différentes. L'administration américaine a invoqué des problèmes de droits de l'homme dans le pays, bien que cette décision puisse également être une réponse à la forte pression exercée par les législateurs démocrates. En effet, en janvier, Biden avait annoncé la vente d'avions C-130 Super Hercules pour un montant de 2,2 milliards de dollars et plusieurs démocrates et un républicain avaient tenté de bloquer cette livraison au Sénat.

La position de certains présidents américains, notamment des démocrates comme Obama et Biden, a conduit l'Égypte à diversifier ses importations d'armes. Bien que les États-Unis soient un fournisseur majeur, le Caire a augmenté le commerce des armes avec d'autres pays tels que la Russie, la France, l'Allemagne et l'Italie, selon les données de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI). 

REUTERS/TOM BRENNER  -   El presidente de Estados Unidos, Joe Biden
REUTERS/TOM BRENNER - Joe Biden a gelé 130 millions de dollars d'aide militaire à l'Egypte en janvier.
Les attaques de Daesh dans le Sinaï modifient la position de Washington  

Cependant, les récents événements dans le Sinaï ont incité Biden à modifier sa position. Début mai, la péninsule égyptienne a subi une série d'attaques revendiquées par Daesh qui ont tué des dizaines de militaires égyptiens. L'une d'entre elles, qui a tué 11 soldats, a été considérée comme l'une des attaques les plus meurtrières de ces dernières années.  

PHOTO/MAHMOUD ADDO - Soldados del Ejército marchan junto a un camión de bomberos que transporta el cuerpo del oficial del ejército egipcio Abdelhamid Sobhi durante su funeral. Fue asesinado por Daesh en el Sinaí
PHOTO/MAHMOUD ADDO - Des soldats de l'armée passent devant un camion de pompiers transportant le corps de l'officier de l'armée égyptienne Abdelhamid Sobhi lors de ses funérailles. Il a été tué par Daesh dans le Sinaï.

Le Sinaï est l'une des régions les plus actives sur le plan terroriste dans la région. Depuis le renversement de Morsi en 2013, les attaques djihadistes se sont multipliées dans la péninsule, posant un défi sécuritaire majeur au gouvernement égyptien. Al-Sisi a donc lancé plusieurs opérations antiterroristes dans la région, notamment une mission menée en février 2018 contre des cellules extrémistes qui avaient prêté allégeance à Daesh. Selon les chiffres officiels, plus de 1 000 djihadistes ont été tués. Par rapport aux dernières attaques du mois de mai, l'armée égyptienne aurait éliminé 23 djihadistes dans le Sinaï.  

PHOTO/AP  -   Camiones del Ejército de Egipto llevan tanques en un convoy militar
PHOTO/AP - Ces dernières années, l'armée égyptienne a renforcé la sécurité dans le Sinaï.

L'augmentation de l'activité terroriste dans la péninsule a conduit al-Sisi à demander un partenariat militaire plus important avec les États-Unis, un allié important dans cette région. Ainsi, le 10 mai, quelques jours après les attentats, le président égyptien a exprimé son espoir d'un renforcement des liens antiterroristes avec Washington lors d'une rencontre avec le général de l'armée américaine Michael Kurilla, selon Reuters.  

​   REUTERS/MOHAMED ABD EL GHANY - Un miembro de las fuerzas policiales especiales de Egipto vigila el sitio del Monasterio Blanco Ortodoxo Copto en Sohag, Egipto, el 6 de abril de 2019
REUTERS/MOHAMED ABD EL GHANY - Un membre des forces de police spéciales égyptiennes surveille le monastère copte orthodoxe blanc à Sohag.

L'administration Biden a réagi positivement à la livraison d'armes d'un million de dollars, qui "renforcera la capacité de l'Égypte à améliorer la défense de son territoire", selon le communiqué américain. "Les missiles seront utilisés pour combattre le terrorisme, sécuriser les frontières contre les menaces blindées et les sites fortifiés", ajoute le document.  

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.