PUBLICIDAD

Iberdrola

Les exercices "African Lion 21" entre le Maroc et les États-Unis prennent fin

L'exercice combiné Maroc-Etats-Unis se termine à Cap Draa (Tan-Tan)
Estados Unidos y Marruecos fortalecen sus lazos a través de la operación ‘León Africano 2021’  Twitter Facebook LinkedIn Email

 -  

La coopération militaire entre les Etats-Unis et le Maroc continue à se renforcer à travers l'opération "African Lion" dans le but d'unir la collaboration des deux Etats face à des menaces communes. De même, la manœuvre s'inscrit dans le cadre du programme de modernisation de l'industrie militaire et de défense du Maroc.

La force multinationale conjointe, "African Lion 21", est incluse dans les exercices menés conjointement par le Commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM) et les Forces armées royales marocaines. Sa mission poursuit un objectif de coopération et de formation, favorisant ainsi la possibilité de partager les connaissances et les différentes expériences entre les différentes composantes militaires, indique le communiqué.

Ces opérations sont menées dans les provinces du sud à Tan Tan, des régions dont la population est d'environ 10 000 habitants. Dans cette zone, les États-Unis disposent d'une base militaire dans le but de faire face au terrorisme et aux catastrophes naturelles. Ce projet renforce la présence américaine sur le continent et constitue un soutien à la monarchie Mohammed VI.

Estados Unidos y Marruecos fortalecen sus lazos a través de la operación ‘León Africano 2021’  Twitter Facebook LinkedIn Email

Outre Agadir et Cap Draa, l'exercice s'est déroulé à Tifnit, Mehbes, Tafraut, Ben Guerir et Kenitra, avec la participation de milliers de militaires multinationaux et d'un très grand nombre d'équipes terrestres, aériennes et maritimes.

Le Colonel Hassan Idouch, responsable de l'exercice à Cap Draa, a indiqué que l'exercice, auquel plusieurs unités ont participé, a été un grand succès, précisant dans une déclaration à la MAP qu'il a permis de mesurer le degré de préparation de ces forces pour l'exécution de missions tactiques et techniques.

Pour le commandant Ismail Ouaninech des forces marocaines Aramdas, cet exercice a permis d'atteindre les résultats escomptés grâce à la participation de toutes les forces et unités impliquées.

En outre, la présence américaine dans la zone facilite le contrôle du transit des superpétroliers arrivant en Europe par la route du Cap de Bonne Espérance. De même, la base militaire supervise les complexes énergétiques de la région, ainsi que le réseau de gazoducs qui traverse le Sahara et le Sahel.

Le porte-parole des forces américaines engagées dans l'exercice African Lion 21, le colonel Rayan Dillon, a rendu hommage dans ce cadre à la bonne coordination entre l'artillerie marocaine et américaine, soulignant que l'"African Lion 2021" est l'un des plus importants exercices militaires organisés par le commandement américain pour l'Afrique "Africom".

Estados Unidos y Marruecos fortalecen sus lazos a través de la operación ‘León Africano 2021’  Twitter Facebook LinkedIn Email

"Nous aspirons à développer cet exercice au cours des prochaines éditions", a-t-il déclaré, saluant le caractère séculaire des relations et de l'amitié entre le Maroc et les États-Unis qui remontent à plus de 200 ans.

L'armée "African Lion 21" profite de son organisation régionale et de sa formation internationale pour maintenir la stabilité dans la région, par le biais d'opérations de paix, qui incluent des stratégies de lutte contre le problème croissant du jihadisme, particulièrement présent dans la région du Sahel. Sa mission est de "confronter les organisations extrémistes violentes, maintenir la sécurité des frontières et contrer les menaces transnationales", explique l'AFRICOM sur son site web.

Des milliers de soldats des États-Unis, du Maroc et de différents pays d'Europe et d'Afrique participent aux manœuvres du "Lion". La formation militaire conjointe, qui a débuté en 2007, vise à renforcer les relations militaires et à développer les compétences de terrain et de combat des États participants.