PUBLICIDAD

Iberdrola

Les femmes afghanes résistent à la réduction des droits par les talibans

Le ministre de l'éducation Abdul Baqi Haqqani annonce la ségrégation des femmes dans les salles de classe et l'imposition d'une tenue islamique
Fille avec un drapeau taliban

AFP/AAMIR QURESHI  -   Une jeune fille voilée tient un drapeau taliban lors d'un rassemblement d'étudiantes avant une manifestation pro-taliban à l'université d'éducation Shaheed Rabbani à Kaboul, le 11 septembre 2021

Un mois après la prise du pouvoir par les talibans, les libertés civiles disparaissent à pas de géant en Afghanistan. La chute finale de Kaboul aux mains des insurgés, le 15 août, a marqué le début d'une régression des droits qui dure depuis deux décennies. Un retour en arrière qui vise à dissoudre le rôle des femmes dans la société et à réimposer la charia qui a régi le pays d'Asie centrale entre 1996 et 2001, pendant le premier mandat des talibans.

En arrivant au pouvoir, la milice fondamentaliste a promis de réformer sa discipline afin d'obtenir une légitimité extérieure. Les promesses des insurgés allaient de la formation d'un gouvernement "inclusif" à l'amnistie pour tous les collaborateurs de l'exécutif précédent et au respect des droits et libertés des femmes. Cependant, ces promesses sont restées lettre morte face au bénéfice du doute accordé par certains observateurs et institutions internationales.

Mujer con niqab en la Universidad de Kabul
AP/FELIPE DANA  -  Une femme descend de l'estrade à l'intérieur d'un auditorium du centre éducatif de l'Université de Kaboul lors d'une manifestation de soutien au gouvernement taliban à Kaboul, en Afghanistan, samedi 11 septembre 2021

Après avoir rompu leur promesse d'inclusion dans le gouvernement avec la nomination d'une structure talibane à la poigne de fer et rompu leur promesse d'amnistie en persécutant les dissidents, les insurgés tentent de porter le coup de grâce aux droits des femmes après 20 ans de progrès discrets. Après leur avoir interdit de faire du sport, l'étape suivante a été la ségrégation en classe. Un pas en avant timide à la lumière de l'interdiction de l'éducation des femmes de 1996-2001.   

Le ministre de l'éducation par intérim, Abdul Baqi Haqqani, a annoncé dimanche que les femmes ne seront pas exclues des écoles, mais qu'elles fonctionneront dans le "cadre islamique". "Nous n'autoriserons pas les élèves féminins et masculins à étudier dans la même classe", a déclaré Haqqani, notant que la mixité "s'oppose à la charia". Le ministre a ajouté que la mixité empêche les femmes de se concentrer sur leurs études et que la tenue islamique restera obligatoire, sans toutefois préciser si les femmes doivent porter le hijab, le niqab ou la burqa.

Red Haqqani
PHOTO/FBI via REUTERS  -  L'affiche "Information Wanted" publiée par le Federal Bureau of Investigation des États-Unis pour Sirajuddin Haqqani, qui vient d'être nommé ministre de l'intérieur intérimaire de l'Afghanistan

Le ministre de l'Éducation, membre du "Réseau Haqqani", une faction considérée comme terroriste par les États-Unis et l'Union européenne, a fait cette annonce aux médias. Cette annonce constitue un progrès relatif par rapport au dernier régime taliban. Entre 1996 et 2001, les femmes étaient interdites d'études et de travail, mais Haqqani a déclaré que, cette fois-ci, ils avaient l'intention de "commencer à construire sur ce qui existait déjà".

L'égalité des droits en Afghanistan a donc subi un nouveau revers au moment même où le nombre d'étudiantes universitaires avait atteint un niveau record. Des universités telles que l'université de Herat et l'université Ghalib de Kaboul comptaient auparavant plus de femmes que d'hommes. Cependant, après la chute de la capitale, les cours n'ont repris que dans les établissements privés, où les femmes doivent porter le niqab et fréquenter des salles de classe séparées ou, à défaut, être séparées par un rideau.

Manifestación mujeres Afganistán
AFP/AAMIR QURESHI  -  Des combattants talibans armés escortent des femmes voilées lors d'une manifestation pro-talibane devant l'université d'éducation Shaheed Rabbani à Kaboul, le 11 septembre 2021

Les universités publiques restent fermées dans l'attente de la longue liste d'impositions du nouveau gouvernement taliban. Le principal défi est celui de la ségrégation, une tâche à laquelle ils ne sont pas préparés sur le plan logistique en raison du manque d'espace et d'enseignants. En principe, seules les femmes sont autorisées à enseigner aux femmes et, à défaut, les enseignants pourraient enseigner derrière un rideau ou par vidéoconférence. En outre, le contenu de l'enseignement en classe subira également des changements majeurs.

Peu après la prise de contrôle de Kaboul, les talibans ont licencié les femmes travaillant dans les ministères et interdit aux femmes de travailler. Il est également interdit aux femmes de se promener dans les rues sans être accompagnées d'un homme, a déclaré aux membres du Conseil de sécurité Deborah Lyons, représentante spéciale des Nations unies pour l'Afghanistan. Les nouvelles règles ont suscité le mécontentement des femmes, notamment des jeunes femmes, qui n'ont pas connu d'oppression similaire dans le pays.

Evento mujeres Universidad de Kabul
AFP/AAMIR QURESHI  -  Des étudiants voilés tiennent des drapeaux talibans alors qu'ils écoutent un orateur avant un rassemblement pro-taliban à l'université d'éducation Shaheed Rabbani à Kaboul, le 11 septembre 2021

Ces développements, associés à la nomination d'un cabinet dépourvu de profils féminins et à l'abolition du ministère de la Condition féminine, ont incité des centaines de manifestants à descendre dans la rue pour protester. Dans de nombreux cas, les femmes ont exigé une place au sein du gouvernement, dans d'autres, le plein respect de leurs droits. Ces rassemblements ont été répétés dans différentes parties du pays, mais ont toujours été violemment réprimés par les talibans.

"Les combattants talibans ont vécu toute leur vie dans des endroits reculés, loin de la civilisation, et ont seulement appris à se battre. Ils savent à peine lire et écrire. Beaucoup d'entre eux n'ont aucune idée de la vie en ville. La société afghane a changé au cours des 20 dernières années. Nous ne laisserons pas les talibans nous priver de nos droits", a déclaré Basira Taheri aux médias allemands DW lors d'un rassemblement à Herat, troisième ville d'Afghanistan.

Evento mujeres Universidad de Kabul
AFP/AAMIR QURESHI  -  Rassemblement pro-taliban à l'université d'éducation Shaheed Rabbani à Kaboul, le 11 septembre 2021

En réponse, les talibans ont organisé un rassemblement à la faculté d'éducation de l'université de Kaboul dimanche. La salle, remplie essentiellement de femmes vêtues de niqab et de correspondants internationaux, avait pour but de démontrer le large soutien du secteur féminin au régime fondamentaliste. Les discours et proclamations en faveur de la nouvelle société talibane prononcés par les enseignantes et les étudiantes des madrasas contrastaient avec l'aspect inhumain des femmes couvertes d'un hijab complet à la manière des fondamentalistes salafistes, sans même une fente pour montrer leurs yeux.

La communauté internationale continue de dénoncer les événements tout en montrant son incapacité à influencer la dérive du pays. Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a appelé le Conseil de sécurité à prendre "des mesures audacieuses et énergiques, à la mesure de la gravité de cette crise [en Afghanistan], en mettant en place un mécanisme spécifique pour suivre l'évolution de la situation des droits de l'homme dans l'ensemble du pays", alors que les femmes voient leur liberté dissoute.