Les femmes en Afrique et en Méditerranée, différentes mais égales

Casa Árabe accueille la Fondation Women for Africa dans le cadre du programme "Raisa", où 20 femmes leaders régionales défendent l'égalité entre les hommes et les femmes
8M Mujeres África

PHOTO/REUTERS  -   Un manifestant porte une banderole lors d'une marche pour la Journée internationale de la femme à Alger, en Algérie, le 8 mars 2020

Il est indéniable que des facteurs historiques et culturels ont relégué les femmes à un rôle secondaire dans les sociétés les plus avancées, ou pratiquement inexistant dans les sociétés moins développées. Il s'agit d'un rôle injuste qui ne correspond pas à leur capacité et qui constitue une charge pour la société dans son ensemble. En ce sens, l'Afrique a été un continent particulièrement touché. Un fléau contre lequel d'innombrables générations se sont battues. Aujourd'hui, un nouveau groupe de femmes dirigeantes tente de conquérir l'égalité effective.

Cette semaine, Casa Árabe accueille la réunion "Différents mais égaux", un événement organisé par la Fondation Women for Africa dans le cadre du programme "Raisa". L'initiative, promue par l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et le ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération (MAEUEC), réunira à Madrid, au cours des prochains jours, 20 personnalités féminines de pays africains et méditerranéens qui présenteront leurs points de vue sur la lutte pour l'égalité.

Mardi, la journaliste Pilar Requena était chargée de modérer la réunion dans une salle remplie de femmes reconnues et ayant réussi dans différents secteurs tels que la communication, le monde universitaire, l'administration publique, la sphère juridique et les affaires. L'événement était rempli de femmes leaders qui cherchent à élargir les horizons et à étendre le rôle des femmes dans ces domaines. 

Mujeres

Pilar Requena a détaillé le programme "Raisa", qui a réalisé une analyse comparative à travers des conversations approfondies entre des femmes africaines et espagnoles sur leurs situations respectives dans les différents secteurs professionnels dans lesquels elles travaillent. La conclusion, pour le journaliste, est qu'"il y a beaucoup plus de choses qui nous unissent que de choses qui nous séparent". Nous sommes différents, mais égaux".

"Il est beaucoup plus risqué d'être un activiste en Afrique qu'en Espagne. Cela n'a rien à voir avec cela", a déclaré l'écrivain María Murnau au début de son intervention. Pour Murnau, le monde vit dans une société patriarcale où la volonté politique de changement est faible. En Espagne, ces deux obstacles majeurs se combinent pour empêcher tout progrès effectif en matière d'égalité des sexes. La recette consiste à éduquer et à responsabiliser les filles, à "supprimer les barrières invisibles".

La présidente de "Women in Africa", Hafsat Abiola-Costello, a salué le travail de l'Espagnole sur son compte Instagram féministe, qui compte plus de 600 000 followers. Le Nigérien a cité une femme tunisienne, avocate et active dans la vie politique, pour illustrer le fait que les printemps arabes n'ont pas été en mesure de créer une structure juridique fondée sur l'égalité : "Les lois et les institutions étaient structurées pour enfermer les femmes", a-t-elle déclaré.

Mujeres

"Le patriarcat est une force et pour le changer, nous avons besoin d'une force opposée. Nous avons besoin d'un engagement des institutions et de la société", a conclu Abiola-Costello. La défenseuse des droits de l'homme a affirmé que l'on ne peut pas parler des droits des hommes "et oublier les femmes", et a justifié leur rôle : "Nous n'allons pas améliorer le monde si nous le faisons sans conviction. Le militantisme est un travail à plein temps", a-t-elle déclaré.

La magistrate Inmaculada Montalbán, récemment entrée à la Cour constitutionnelle, a déclaré qu'en tant que société, nous avons besoin de "lois spécifiques orientées vers l'égalité des droits entre les femmes et les hommes". La violence à l'égard des femmes est, selon Mme Montalbán, "l'expression ultime de l'inégalité". Si pour le magistrat, il ne suffit pas d'avoir des lois, celles-ci "doivent être appliquées et leurs conséquences analysées". C'est pourquoi Montalbán préconise la création d'un Observatoire chargé de cette question. Et aussi de former les juges afin "d'éviter les perceptions stéréotypées".

La directrice générale de la FIDA, Anne W. Ireri, a exprimé la nécessité de maintenir "une perspective de genre". "Nous devons savoir ce qui a conduit à la situation actuelle afin de ne pas avoir des lois sur papier, mais un contexte ou un arrière-plan... Qu'est-ce qui nous a conduit à cela ? Pour Ireri, l'important est l'éducation et de savoir la transmettre aux nouvelles générations. Mais cela nécessite le financement de campagnes spécifiques. Rajae El Khamsi, professeur à l'Université Mohamed V au Maroc, a souligné que "les femmes et les hommes en Afrique et en Méditerranée n'ont pas les mêmes chances. Il y a un plafond de verre. Dans certains pays africains, les femmes ne peuvent pas devenir professeurs.

Mujeres

Diaka Camara, PDG de CBC Worldwide, a déclaré que les médias ont un rôle essentiel à jouer pour défendre l'égalité et donner une voix aux sans-voix. "De bonnes choses se passent aussi en Afrique, et nous avons besoin de gens pour raconter ces histoires", a-t-elle déclaré, avant d'ajouter que toutes les femmes "sont des militantes parce que chaque jour nous nous battons pour quelque chose".

La journaliste Pilar Requena a voulu terminer en adressant un message aux femmes afghanes qui croient en un progrès effectif vers l'égalité : "Je veux adresser un message spécial aux femmes afghanes qui se sont battues et se battent encore pour les droits des femmes et qui sont aujourd'hui condamnées à l'exil ou à rester cachées pour ne pas être tuées par les barbares sans raison. Et ces femmes afghanes qui, au péril de leur vie, tiennent tête aux talibans.