Les forces françaises éliminent un chef de Daesh au Sahel

Adnan Abu Walid al-Sahraoui a créé le groupe terroriste en 2015 et a depuis organisé plusieurs attentats dans la région africaine
atalayar_abu-walid

PHOTO/REWARDS FOT JUSTICE via AP  -   Emmanuel Macron a annoncé la mort d'al-Sahrawi, la qualifiant de "grand succès" pour les militaires français après plus de huit ans de lutte contre les extrémistes au Sahel.

Ces dernières années, la région du Sahel a connu une augmentation inquiétante du terrorisme. Tant Al-Qaïda que Daesh se sont installés dans cette région africaine et ont établi leurs propres groupes sur le territoire, causant des centaines de morts, des déplacements et l'instabilité.

La France a été l'un des pays les plus importants dans la lutte contre le terrorisme dans la région. En 2014, elle a annoncé l'opération Barkhane dans le but de vaincre le djihadisme au Sahel en coopérant avec les forces armées locales. Cependant, en juin dernier, Paris a mis fin à la mission africaine. Le président Emmanuel Macron a assuré que toutes les troupes seraient de retour en France d'ici le début de 2022. 

Malgré l'annonce de ce retrait, la France reste impliquée dans la lutte contre le terrorisme. Preuve en est le récent assassinat d'Abnan Abu Walid al-Saharaoui, chef de l'organisation Daesh dans le Grand Sahara (ESGS) et l'un des principaux chefs terroristes au Sahel. Cette capture démontre l'engagement de la France dans la guerre contre le djihadisme.

atalayar_francia-sahel
AFP/ MICHELE CATTANI - Des soldats de l'armée française au Sahel gardent une zone rurale pendant l'opération Bourgou IV dans le nord du Burkina Faso, le long de la frontière avec le Mali et le Niger.

"C'est un autre grand succès dans notre lutte contre les groupes terroristes au Sahel", a écrit Macron sur son compte Twitter personnel. "La Nation a une pensée ce soir pour tous ses héros morts pour la France au Sahel dans les opérations Serval et Barkhane, pour les familles endeuillées, pour tous leurs blessés. Leur sacrifice n'est pas vain. Avec nos partenaires africains, européens et américains, nous allons poursuivre ce combat", a-t-il ajouté. De 2013, date à laquelle l'ancien président François Hollande a lancé l'opération Serval (prédécesseur de Barkhane), à janvier 2021, 51 soldats français ont été tués par des groupes terroristes dans la région. Ce mois-là, cinq soldats ont été tués en une semaine dans des attaques perpétrées par des djihadistes.

La ministre des Armées, Florence Parly, a réitéré les propos du président Macron selon lesquels cet événement est "un coup décisif contre ce groupe terroriste". "Notre combat continue", a ajouté Parly. Au cours de l'été, des soldats français ont assassiné d'autres dirigeants de l'ESGS. 

atalayar_macron sahel
PHOTO/STEPHANE DE SAKUTIN via AP - Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse après un sommet vidéo avec les dirigeants des pays du G5 Sahel au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, vendredi 9 juillet 2021.
Un "ennemi prioritaire" au Sahel

Abnan Abu Walid al-Saharaoui a fondé Daesh dans le Grand Sahara (ESGS) en 2015. Il faisait auparavant partie du Front Polisario sahraoui et d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Avec la création de l'ESGS, le terrorisme s'est propagé le long de la frontière entre le Mali et le Niger, pays qui ont été témoins d'attaques djihadistes sanglantes. L'une des attaques les plus médiatisées a eu lieu en octobre 2017, lorsque le groupe de

Abu Walid a attaqué une patrouille conjointe américano-nigériane dans la région de Tongo Tongo, au Niger. Cette opération a entraîné la mort de quatre soldats américains et de quatre Nigérians, ce qui a incité le département d'État de Washington à désigner Abu Walid comme un "terroriste mondial". Cependant, le groupe a également tué des centaines de civils et de soldats d'autres pays voisins.

atalayar_terrorismo sahel
PHOTO/AFP - Des pompiers et des soldats maliens passent devant un bâtiment détruit et des voitures brûlées, le 13 novembre 2018, à Gao, après un attentat-suicide dans la nuit, qui a tué trois personnes....

L'institution américaine a offert une récompense allant jusqu'à 5 millions de dollars à toute personne fournissant des informations sur le djihadiste figurant sur la "liste noire". En outre, lors du sommet de Pau en janvier 2020, la France a désigné AQMI comme un "ennemi prioritaire".

Abu Walid est le principal suspect dans l'organisation de la plupart des attaques dans la zone des "trois frontières", une vaste région située entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. En août 2020, il a personnellement ordonné l'assassinat de six travailleurs humanitaires français, de leur guide et de leur chauffeur nigérien.

Malheureusement, la mort de Abu Walid ne signifie pas la fin du terrorisme dans la région. Même si son chef a été tué, Daesh dans le Grand Sahara a toujours ses partisans. D'autre part, il existe d'autres organisations tout aussi radicales, telles que le Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans (GSIM), Ansarul Islam (Défenseurs de l'islam), Daesh West Africa Province (ISWAP) et Boko Haram. 

atalayar_terrorismo sahel
AFP/AFP -Carte de la région de la "trilatérale" comprenant le Mali, le Niger et le Burkina Faso, théâtre de nombreuses attaques violentes.

En outre, certains de ces groupes sont en désaccord les uns avec les autres, comme Boko Haram et ISWAP. L'ISWAP, qui a prêté allégeance à Daesh, a assassiné le chef de Boko Haram, Abubakar Shekauk, car il était considéré comme "trop violent".

Ces luttes de pouvoir, associées à des attaques brutales qui ont coûté la vie à des centaines de civils, accentuent la crise humanitaire et le flux de personnes déplacées dans la région du Sahel.