Les forces militaires conjointes organisent un coup d'État au Soudan et séquestrent le premier ministre

L'escalade de la tension au cours des dernières semaines a atteint son paroxysme lundi avec le coup d'État de l'aile militaire
protestas-sudan (2)

 -  

Le fil conducteur de la situation au Soudan a finalement cédé. La tension entre les deux secteurs du gouvernement n'a pas résisté à la pression d'une partie de la population qui réclame depuis quelque temps le rétablissement d'un gouvernement exclusivement militaire. Il y a moins d'une semaine, les rassemblements tant des partisans d'une transition démocratique que de ceux qui préfèrent la voie militaire avaient atteint un point tel que le Soudan était au bord de l'explosion. Le coup d'État perpétré par l'aile militaire du gouvernement met fin aux aspirations démocratiques qui ont conduit à l'éviction du dictateur Omar el-Béchir.

"Les membres civils du Conseil souverain de transition et plusieurs ministres du gouvernement de transition ont été arrêtés par les forces militaires conjointes". C'est ainsi que le ministère de l'information a annoncé dans un communiqué officiel partagé sur son compte Facebook l'arrestation de l'aile civile et la matérialisation d'un coup d'état qui avait déjà été tenté à la fin du mois dernier. À cette occasion, les forces militaires conjointes ont réussi à prendre le contrôle et ont même séquestré le premier ministre, Abdullah Hamdok, qui est actuellement porté disparu. Cependant, peu avant son arrestation, Hamdok a appelé la population à "occuper les rues" pour "défendre la révolution".
protestas-sudan

Le soulèvement, qui a réduit à néant deux années d'efforts démocratiques, a commencé par le blocage des routes d'accès à la capitale soudanaise, Khartoum. En outre, selon la chaîne de télévision Al-Arabiya, l'aéroport de la capitale a suspendu tous les vols internationaux, bien que le gouvernement n'en ait pas fait état. Contrairement à la tentative de coup d'État à la fin du mois dernier, il n'y a maintenant aucune réponse des forces loyales au régime, s'il existe encore un secteur qui reste fidèle à la volonté démocratique.

Le ministère soudanais de l'information a également indiqué dans le communiqué qu'"après son refus de soutenir le coup d'État, une unité de l'armée a arrêté le Premier ministre et l'a emmené dans un lieu inconnu", confirmant ainsi l'enlèvement du chef du gouvernement soudanais. Cependant, Abdullah Hamodk était assigné à résidence alors que les militaires faisaient pression sur lui pour qu'il signe un communiqué en faveur du coup d'État, qu'il a refusé de soutenir et qui a conduit à son arrestation, à l'inquiétude de la communauté internationale.

hamdok-primer-ministro-sudan
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdok (au centre) et le général de division Malik Tayeb Khojali (à gauche) inspectent une garde d'honneur à El-Fasher, dans le nord du Darfour.

Le coup d'État, également confirmé par le porte-parole du bureau du Premier ministre, Adam Herika, intervient à un moment qui semblait être un moment clé pour l'avenir du Soudan. En fait, Jeffrey Feltman, l'envoyé spécial américain pour la Corne de l'Afrique, a rencontré le week-end dernier des représentants civils et militaires du gouvernement soudanais pour discuter, entre autres, de la transition démocratique à laquelle ils travaillent depuis deux ans. Non seulement cette réunion n'a pas réussi à calmer la situation d'instabilité que connaissait le pays depuis des semaines, mais elle a précédé un coup d'État qui, selon les observateurs, n'était qu'une question de temps étant donné la tension qui s'était accumulée entre les deux côtés de l'exécutif.manifestaciones-democracia-gobierno-sudan (1)

Feltman s'est rapidement exprimé sur les médias sociaux. L'envoyé américain a déclaré que son pays "est profondément alarmé par les informations faisant état d'une prise de contrôle militaire du gouvernement de transition", et que "cela contreviendrait à la Déclaration constitutionnelle (qui décrit la transition) et aux aspirations démocratiques du peuple soudanais", a-t-il déclaré sur son compte Twitter. L'Association des professionnels soudanais, principal groupe politique pro-démocratie du Soudan, a également réagi au coup d'État en appelant, comme l'avait fait le Premier ministre avant son enlèvement, la population à descendre dans la rue pour contester la prise du pouvoir par la force par l'aile militaire du gouvernement.

Les coupures de téléphone et d'internet à travers le pays ont rendu encore plus compliqué de suivre ce qui se passe au Soudan, qui vit ses jours les plus compliqués depuis la formation du gouvernement intérimaire en août 2019. Jeudi dernier, il y a déjà eu des moments de tension lors de la manifestation massive à Khartoum en faveur du processus démocratique qui a rassemblé des dizaines de milliers de Soudanais qui, contrairement à ce qui semble être arrivé à un secteur minoritaire de la population, n'ont pas oublié l'esprit qui a conduit à la fin de 30 ans de dictature. Ces rassemblements ont également été déclenchés par la crise économique préoccupante dans un pays où le taux d'inflation atteint 400 %.

omar-al-bashir-sudán
FILE/SUDAN FILES - Sur cette photo prise le 19 août 2019, l'ancien dirigeant Al-Bashir fait face à un procès pour corruption à Khartoum.

La tentative de coup d'État d'il y a un mois a mis en garde les dirigeants civils du gouvernement. Le Premier ministre Hamdok a même déclaré qu'il était nécessaire de "réformer les organes militaires et de sécurité". À l'époque, une partie des loyalistes du dictateur Omar el-Béchir ont été accusés d'avoir organisé la révolution qui a échoué lorsqu'ils ont tenté de prendre les bureaux de la radio nationale à Omdurman, une ville voisine de la capitale. On pense également que certains de ceux qui ont pris part à l'opération visant à renverser l'exécutif faisaient partie des Frères musulmans, une organisation considérée comme terroriste par les États-Unis et l'Union européenne, entre autres, et qui a été liée à de multiples reprises avec le gouvernement turc.

manifestaciones-sudan-regimen-bashir
AFP/ ASHRAF SHAZLY - Manifestations de masse contre l'ex-président Omar el-Béchir.

Le Soudan est confronté à un moment de complexité maximale dans ce qui devrait être une étape préparatoire à la démocratie. Les élections, initialement prévues pour août 2023, semblent désormais impossibles, tandis que le reste du monde attend l'évolution de la situation. L'Union européenne et les Nations unies ont exprimé leur inquiétude face à ce coup d'État et ont demandé la libération immédiate des personnes appartenant à l'aile civile du gouvernement. Josep Borrell, haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a appelé "toutes les parties prenantes et les partenaires régionaux à remettre le processus de transition sur les rails".

Les États-Unis ont prévenu il y a plusieurs semaines que les sanctions imposées au Soudan pendant la dictature d'el-Béchir et levées avec le coup d'État qui a conduit au gouvernement intérimaire reviendraient si le pouvoir devait être contrôlé exclusivement par l'aile militaire. Pour l'heure, Washington a déjà annoncé qu'en cas d'échec du retour au processus de transition vers la démocratie, il coupera toute l'aide actuellement fournie au Soudan. La situation du Soudan pourrait s'effondrer s'il perd l'un des facteurs qui maintiennent à flot son économie appauvrie. Les prochaines heures marqueront donc largement l'avenir proche d'un État qui voit ses tentatives de démocratisation contrariées.