Les frontières de l'Afrique

« Les frontières de l'Afrique ont une mauvaise réputation. Même aujourd'hui, ils seraient arbitraires, absurdes, poreux et perturbés, indéfendables et non défendus » *
Les frontières de l'Afrique

 -  

*Michel Foucher « Frontières de l'Afrique » éditions CNRS (MF Géographe, diplomate et essayiste) 

La frontière est une institution qui définit le périmètre d'un État, l'exercice de la souveraineté inscrite dans l'espace : c'est l'objet géopolitique par excellence, nécessairement arbitraire, car toutes les frontières sont arbitraires ; elle est le résultat de la longue histoire des relations entre les nations devenues États. Une frontière n'est pas un schéma abstrait mais une institution, inscrite dans le droit et structurante, porteuse de conflits et de traités, de négociations et de décisions. Le fait de le traverser ne l'annule pas. Abolir les frontières, c'est faire disparaître des États. Un monde sans frontières est un monde barbare.  

En droit international public, « un État ne sera pas considéré comme un État si la plupart de ses frontières ne sont pas définies ».  

Résumé 

Foto 1 salacot

Ce n'est pas une nouveauté de dire que l'Afrique est un conglomérat de races et de langues que l'Europe impériale du XIXe siècle a fermé dans le cadre de frontières artificielles qui n'ont presque jamais tenu compte des raisons naturelles, qu'elles soient ethniques, linguistiques ou simplement économiques. 

Les changements qui se sont produits en Afrique dans la période 1880-1935 ont eu lieu à une grande vitesse, mais le plus tragique et le plus transcendant s'est produit entre 1890 et 1910, qui était précisément la période caractérisée par la conquête et l'occupation de la plus grande partie du continent africain par les puissances de l'empire et plus tard par l'établissement du système colonial. La période après 1910 a été essentiellement caractérisée par la consolidation et l'exploitation de ce système. En 1914, à la seule exception de l'Ethiopie et du Libéria, l'Afrique dans son ensemble est soumise à l'Europe et divisée en colonies de proportions variables.  

L'Afrique a été le dernier continent conquis par l'Europe. Ce qui est étonnant, c'est la rapidité et la relative facilité avec lesquelles les nations européennes ont occupé et assujetti un continent de cette taille dans le cadre d'un effort coordonné. Un événement sans précédent dans l'histoire. La rapidité de la conquête s'explique par le fait que les colonisateurs n'étaient pas confrontés à une résistance globale car il y avait rarement une solidarité entre les peuples africains. 

Le continent africain compte aujourd'hui quelque 83 500 km de frontières terrestres politiques, tracées en un court quart de siècle (1885-1909). Ces frontières chancelloriales ont été établies par l'Europe sur des cartes méconnaissables et, surtout, sans reconnaissance préalable du terrain.  Les Etats qui ont participé à leur tirage et par ordre d'influence sont la France (32 %) et le Royaume-Uni (26,8 %), soit près de 60 % à eux deux. Viennent ensuite l'Allemagne (8,7 %), la Belgique (7,6 % : la mention de la Belgique inclut les entreprises de Leopoldo) et le Portugal (6,9 %), soit près de 82 % pour ces 5 États cités. La Turquie ottomane (4 %), l'Italie (1,7 %) et l'Espagne (1,5 %) complètent la carte des frontières africaines. Les Européens ont dressé des cartes des contours géographiques de l'Afrique et ont commencé à y tracer des lignes et à y écrire des noms qu'ils appelaient des pays.

L'Afrique est un continent de 30 310 000 km2 de surface et de plus de 7 000 km2 entre ses extrêmes est-ouest, nord-sud1, dans lequel coexistent 54 États indépendants, dont 48 sont subsahariens et ont donc 54 gouvernements et réglementations différents.
Dans ce document, je vais essayer de faire un très bref rappel de l'histoire de la colonisation africaine, puis de parler des questions de frontières qui sont encore brûlantes aujourd'hui et qui, de plus, sont très liées à la géographie particulière du continent à ses distances, et des répercussions politiques et commerciales que cela représente. 

Les frontières de l'Afrique sont aujourd'hui des frontières africaines 
La Conferencia de Berlín de 1884-1885: Otto von Bismarck, Canciller de Alemania, se ha descrito aquí esgrimiendo un cuchillo sobre una rebanada de pastel, marcado "África". Sus compañeros delegados sentados alrededor de la mesa mirando boquiabiertos. Fecha: 1884 “A cada uno su parte si nos portamos bien “Caricatura de Draner, L’Illuestration,3 janvier 1885
La conférence de Berlin de 1884-1885 : Otto von Bismarck, chancelier d'Allemagne, est décrit ici brandissant un couteau sur une tranche de gâteau, marquée « Afrique ». Ses collègues délégués sont assis autour de la table, bouche bée. Date : 1884 « A chacun son rôle si nous nous comportons bien » - Caricature de Draner, L'Illuestration, 3 janvier 1885

La Conférence de Berlin, de novembre 1884 à février 1885, et les événements qui l'ont suivie visaient non seulement à établir les frontières actuelles de l'Afrique, mais aussi à tenter d'intégrer l'Afrique dans le concept européen de l'État-nation avec des frontières. La conférence de Berlin n'est venue que pour régler le processus impérial de reconquête du territoire. Ces revendications se sont naturellement accompagnées d'une concurrence acharnée entre les puissances européennes car, à cette époque et plus encore qu'auparavant, la notion d'occupation effective du territoire était un facteur à prendre en compte. C'est dans ce contexte que les frontières imposées à l'Afrique ont été conçues pour être exclusives et pour séparer une souveraineté d'une autre. Elles étaient censées refléter les frontières des États-nations d'Europe avec leur double caractéristique d'instrument de paix et de guerre, comme l'a représenté Lord Curzon (1907) dans une citation célèbre : « Les frontières sont clairement considérées comme le fil d'un couteau dont dépendent le sort de la paix et de la guerre, ainsi que la vie et la mort des nations modernes ».  

Réuni à Berlin, le gratin politique et diplomatique de l'époque trace arbitrairement les frontières du continent
Réuni à Berlin, le gratin politique et diplomatique de l'époque trace arbitrairement les frontières du continent

Légende de l'image : Réuni à Berlin, le gratin politique et diplomatique de l'époque trace arbitrairement les frontières du continent 
Au début du XXe siècle, la plupart des frontières africaines ont été établies, annonçant la configuration des prochains États. Voici les paroles de Lord Salisbury, l'un des grands « pâtissiers » africains : « Nous avons entrepris de dessiner sur des cartes des zones où l'homme blanc n'avait jamais mis les pieds. Nous avons divisé les montagnes, les rivières et les lacs, à peine touchés par cette petite difficulté de ne jamais savoir exactement où se trouvaient ces montagnes, rivières ou lacs ».  Pendant les premières années des indépendances africaines, l'une des principales préoccupations des pères fondateurs était la question de la forme à donner aux frontières laissées par la colonisation. Elle a été posée en ces termes : la voie coloniale doit-elle être remise en question et ouvrir la voie à l'incertitude et à l'instabilité, ou doit-elle être acceptée et un climat de sérénité et de paix doit-il être établi dans les relations interétatiques ? La réponse de l'Organisation de l'Union africaine a été la suivante :

« Tous les États membres s'engagent à respecter les frontières existant au moment de leur accession à l'indépendance ». Uti possidetis juris. Les frontières de l'Afrique restent intactes de leur héritage colonial2

Nous savons que, bien que le régime colonial ait disparu, les conséquences de la partition sont toujours là. Disons que, dans un sens politique, l'Afrique d'aujourd'hui a été créée par les Européens de l'époque. L'Afrique, ne l'oublions pas, en 1880, était en marge de tout intérêt d'expansion de la part des forces européennes. Les priorités sont différentes et l'expansion européenne emprunte d'autres voies : celles du Nouveau Monde et de l'Asie en termes de commerce et d'exploitation. Mais c'est à partir de cette date qu'a commencé un processus dans lequel l'Europe a pris le relais et a divisé le continent en moins de 30 ans. Le plus choquant dans la partition de l'Afrique, ce n'est pas ce qui a été fait, mais la légèreté avec laquelle cela a été fait.  

Par rapport à l'Europe et à l'Amérique du Nord, l'Afrique est relativement nouvelle dans le concept westphalien des frontières. Mais cela ne signifie pas que les frontières n'existaient pas en Afrique avant le contact avec les influences étrangères, et en particulier avec l'Europe. Les frontières ont toujours existé en tant que phénomènes sociaux régissant les relations entre les personnes et entre les communautés. De même, les structures et institutions sociopolitiques africaines précoloniales ont leurs propres catégories fonctionnelles qui peuvent être assimilées aux frontières que nous connaissons aujourd'hui. Il existe environ 110 frontières entre les États africains et plusieurs frontières interétatiques qui traversent l'ensemble du continent africain. Les origines de ces frontières remontent à la période coloniale et impériale de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Ce sont donc les traités, les accords, les échanges de notes et les protocoles entre les différentes puissances coloniales qui ont constitué la base juridique des frontières.

Commençons par le début...  

Le casting de l'Afrique. Quand elle a commencé, comment elle a été faite et les raisons pour lesquelles elle a eu lieu.  

Disons qu'entre 1880 et 1914 (34 ans), le plus grand pourcentage de la répartition du continent africain par les Européens a eu lieu. Certaines théories soutiennent que la distribution a commencé en 1879 avec les expéditions françaises au Sénégal, d'autres que 1881 est la date avec les expéditions en Tunisie par Ferry et Gambetta (Traité du Barde du 12 mai 1881 qui a fait de la Tunisie une dépendance de la France). Les Anglais justifient la date 1882 par leur incursion en Égypte et 1884 par l'apparition sur la scène africaine de Bismarck et du roi Léopold de Belgique. Les raisons correspondantes du début de la distribution appartiennent à chacun d'entre eux. Il y a beaucoup de presse et de littérature sur ce sujet, ainsi que sur la différence entre « partition » et « scramble » (partition et carrière) de ce qui s'y est passé. En tout cas, on peut dire que le moulage a eu lieu sur papier dans les années 1880 et le cloisonnement au sol dans les années suivantes.  

En ce qui concerne l'histoire du partage, les cartes étaient la représentation graphique de la répartition et de la fragmentation du terrain africain. Quelles cartes ? Qu'avons-nous vu dans ces cartes ? Simplement ce que les puissances européennes ont décidé artificiellement dans leurs chancelleries respectives. Oui, des traités ont été conclus et des frontières ont été fixées, mais c'était exactement l'inverse de ce qui s'est passé en Europe, c'est-à-dire : en Europe, d'abord on conquiert et ensuite cela se reflète sur une carte ; en Afrique, c'est l'inverse, d'abord on dessine la carte et ensuite on voit ce qu'on peut en faire. La réalité géographique, la réalité du terrain, n'a pas été prise en compte ; ce qui a été montré n'était qu'une simple invention de ceux qui l'avaient conçu artificiellement. En tout cas, et pas seulement pour l'Afrique, les frontières ne sont pas décidées par la nature mais par le pouvoir et la politique3.

Pourquoi cela a-t-il eu lieu, quelles étaient les raisons... Celles-ci étaient très différentes d'un pays à l'autre. N'oublions pas que nous sommes en plein impérialisme et que c'est une conséquence du capitalisme, comme le dit Hobson dans son étude de ce phénomène4. La lutte pour l'investissement des marchés et l'exploitation des matières premières (l'histoire de l'Afrique a très peu évolué dans ce sens), mais aussi des motivations stratégiques et politiques : chaque nation avait les siennes ; voir les exemples du Royaume-Uni en Égypte avec le canal de Suez (les droits des actionnaires devaient être sûrs et c'est pourquoi le canal devait être défendu) ou le conflit de Fachoda au Soudan5.

Fuente: http://www.claseshistoria.com/imperialismo/imagenes/ https://www.retronews.fr/colonies/echo-de-presse/2019/11/24/la-crisede- fachoda-en-1898
Sources: http://www.claseshistoria.com/imperialismo/imagenes/ https://www.retronews.fr/colonies/echo-de-presse/2019/11/24/la-crisede- fachoda-en-1898 ; https://www.retronews.fr/colonies/echo-de-presse/2019/11/24/la-crise-de-fachoda-en-1898
Fuente: https://www.socialist.net/1956-suez-crisis-the-death-of-an-empire.htm
Source: https://www.socialist.net/1956-suez-crisis-the-death-of-an-empire.htm
Fuente:   https://www.socialist.net/1956-suez-crisis-the-death-of-an-empire.htm
Source: https://www.socialist.net/1956-suez-crisis-the-death-of-an-empire.htm

Toutes les parties n'étaient pas guidées par le même motif. Les pays européens avaient des intérêts différents, les hommes politiques avaient des idées très différentes et chaque région africaine avait une signification différente. On peut avancer que l'Angleterre a considéré l'Afrique de l'Ouest comme intéressante pour des raisons commerciales, l'Afrique du Sud pour des raisons financières et l'Afrique de l'Est pour des raisons stratégiques. Nous nous sommes arrêtés à l'Angleterre comme nous aurions pu le faire avec la France (de 1870 à 1914, la politique étrangère française s'est articulée autour du dilemme « le pays doit-il jouer un rôle continental ou ultramarin ? ». En fin de compte, les questions continentales ont prédominé, mais malgré cela, la France a réalisé un énorme empire colonial, le deuxième plus grand du monde, et son rôle a été très important dans la partition de l'Afrique. Que dire de la Belgique avec la question du Congo (un des plus petits pays d'Europe a repris une des plus grandes et des plus riches colonies du continent).    

Fuente: https://www.eulixe.com/articulo/reportajes/genocidios-congolenos
Source: https://www.eulixe.com/articulo/reportajes/genocidios-congolenos

N'oublions pas que le gouvernement belge n'avait aucun intérêt dans l'expansion coloniale, mais Léopold, fidèle à son idée, a changé de méthodologie et a décidé d'agir en tant que particulier soutenu par son prestige de souverain et sa fortune familiale sans tenir compte du parlement de son pays. En d'autres termes, il était un souverain à l'intérieur de la Belgique et un homme d'affaires à l'extérieur. D'ailleurs, Léopold n'a jamais voyagé au Congo6 (voir notes : littérature sur la colonisation du Congo). 

Nous ne pouvons pas ne pas mentionner le mouvement colonial allemand. « Personne ne peut prouver que les colonies sont utiles à l'Empire, mais je ne peux pas non plus prouver qu'elles sont nuisibles » (Otto von Bismarck Chancelier d'Allemagne 1er avril 1815 - 30 juillet 1898).

La naissance de l'empire allemand en Afrique a eu lieu le 24 avril 1984, lorsque Bismarck a proclamé le Reichsschutz (protection de l'empire) sur le « Luderitzland »7. C'est ainsi qu'est née l'Afrique du Sud-Ouest allemande, qui a été suivie plus tard par le Togo et le Cameroun et, un jour après la fin de la conférence de Berlin (27/02/1885), par la région allemande d'Afrique de l'Est.

Quelques mots sur la conférence de Berlin

Les origines de la conférence viennent du côté allemand lorsque Bismarck, après avoir parlé avec l'ambassadeur de France à Berlin, lui a fait savoir que l'Allemagne serait disposée à consulter d'autres pays et en particulier la France sur les affaires coloniales et plus particulièrement sur le traité anglo-portugais. L'Allemagne cherchait à obtenir le soutien de la France contre la politique d'invasion de l'Angleterre dont ce traité était un autre exemple. Bismarck n'a pas confronté Londres directement et a cherché à obtenir le soutien d'autres pays, et la meilleure façon de le faire était d'internationaliser le problème.  

Le Portugal a donc commencé à sonder les réactions possibles à la tenue d'une conférence, ce qui a amené Bismarck à dire qu'un traité bilatéral devrait être ratifié au niveau international, qu'une voie d'eau comme le fleuve Congo devrait être contrôlée au niveau international et que le libre-échange devrait être garanti sur ce territoire afin de mettre fin à l'engagement de respecter les formalités dans les nouvelles occupations sur les côtes africaines. Ce dernier point est peut-être le plus critique des différentes questions traitées, et cela est dû à la tentative de la délégation britannique d'introduire des règles pour l'intérieur du continent.  

Les Allemands et les Français s'y sont opposés, car comment fixer des règles pour un intérieur du continent absolument inconnu ? Où une côte finit-elle par devenir un intérieur ? Et où est-elle à nouveau considérée comme une côte ? Cela nécessiterait un nouvel inventaire des différentes revendications de souveraineté et la mesure des différents territoires. C'est de là que vient la partition de l'Afrique, mais à condition qu'elle se fasse en harmonie et avec la coopération européenne. C'est pourquoi, dans l'acte final de la conférence, il a été établi que « quiconque occupe un nouveau territoire sur la côte ou en fait un protectorat doit en informer les autres pays signataires et doit également veiller à le gouverner, dans la mesure du possible, de manière efficace ». (Article 34 du procès-verbal de Berlin, document signé par les participants à la conférence).

C'est ce que l'on appelle la doctrine des « sphères d'influence », qui a été interprétée comme suit : « La possession d'une partie de la côte entraîne celle de l'intérieur du territoire, sans limite territoriale jusqu'à l'intérieur de celui-ci ». L'article 35 stipule en outre que « l'occupant de tout territoire côtier doit prouver qu'il exerce une autorité suffisante pour faire respecter les droits acquis et la liberté de commerce et de transit dans les conditions où cela a été stipulé ». C'est ce que l'on appelle la doctrine de l'« occupation effective ».  

La délimitation ainsi effectuée n'était pas due à une exigence de cohérence tribale ni à une quelconque légitimité historique des royaumes préexistants, de sorte que les 177 peuples ou ethnies africains étaient répartis entre diverses entités territoriales, tandis que d'autres, connus pour leur hostilité viscérale envers les autres, les établissaient sur le même territoire.  

Ceux qui, parmi les militaires, diplomates ou fonctionnaires indigènes, établissaient les frontières administratives des futurs États africains, étaient comparés à « un tailleur fou qui n'aurait pas prêté attention au tissu ou au dessin du patchwork qu'il assemblait et son travail aux divagations d'un géomètre devenu fou ».  

La seule restriction imposée aux puissances signataires de l'Acte de Berlin était l'impératif de ne pas envahir la zone d'influence des autres et de développer leur lot territorial en fonction de leurs propres besoins militaires et stratégiques. En d'autres termes, les puissances européennes avaient les mains libres pour façonner les frontières de l'Afrique comme elles l'entendaient.  

Après les indépendances, l'Afrique a donc été confrontée à un dilemme cornélien en matière de frontières : maintenir les frontières héritées du colonialisme, en enterrant les frontières arbitraires déstabilisantes dans des périodes plus ou moins courtes, ou ouvrir la « boîte de Pandore », au risque de provoquer des guerres fratricides. En ce qui concerne les principes, il convient de noter que l'acte constitutif de la conférence a préféré ne pas répéter la référence à « la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance » et l'a remplacée par « le respect, les limites existant au moment de l'indépendance ». Pour l'histoire de l'Afrique, ce fut le résultat essentiel de la conférence.

Les frontières de l'Afrique et leur retour
Ejemplo Puesto fronterizo en África Commission de l’Union Africaine / Département Paix et Sécurité
Commission de l’Union Africaine / Département Paix et Sécurité (Programme Frontières de l’Union Africaine) - Exemple de poste frontalier en Afrique
Foto panoramica del puesto fronterizo nº1 de la frontera de Argelia-Túnez
Commission de l’Union Africaine / Département Paix et Sécurité (Programme Frontières de l’Union Africaine) - Photo panoramique du poste frontalier n°1 à la frontière  algéro-tunisienne 

« À l’heure de l’intégration, rien ne justifie le fait que les frontières soient sources de conflits. Elles doivent plutôt être facteur de paix et d’échanges entre les populations des différents pays concernés ».

N’Faly Sanoh, Directeur du département libre circulation de la CEDEAO

Depuis l'indépendance, les frontières héritées de la colonisation ont été une source récurrente de tensions, de conflits et même de crises entre plusieurs pays africains8. Les dirigeants africains ont pris un certain nombre de mesures politiques et juridiques pour résoudre le problème des frontières de l'Afrique. Il s'agit notamment de : « La première session de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) tenue en juillet 1964 au Caire (Égypte) et l'article 4 (b) de l'Acte constitutif de l'Union africaine (UA), qui a adopté le principe du respect des frontières dans l'État où ils se trouvaient lorsqu'ils ont accédé à l'indépendance ».   

Toujours à titre de référence, il convient de noter la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de juillet 2002 à Durban, en Afrique du Sud, qui a appelé à la délimitation et à la démarcation des frontières en Afrique, là où elles n'ont pas encore été réalisées, et la recommandation de poursuivre les exercices de fixation et de démarcation des frontières en tant que facteurs favorables à la paix, à la sécurité et au progrès économique et social. Enfin, la 8e session ordinaire de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine, qui s'est tenue en janvier 2007 à Addis-Abeba (Éthiopie), a adopté une déclaration encourageant la Commission à poursuivre ses efforts de prévention des conflits structurels, notamment par la mise en œuvre du programme frontalier de l'Union africaine (PFK/PFU).

Exemple de certains progrès de l'UFP : 

L'achèvement de la démarcation des 413 km restants de la frontière entre le Burkina Faso et le Mali ; l'achèvement de la délimitation de la frontière maritime entre les Comores, les Seychelles et la Tanzanie ; les exercices de réaffirmation entre le Mozambique et la Zambie (330 km) ; la mise en œuvre des exercices de réaffirmation entre la Zambie et le Malawi (805 km) ; les exercices de réaffirmation en cours entre le Mozambique et la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi, et le Mali et le Sénégal.  

Sans aller jusqu'à recenser tous les litiges territoriaux qui ont eu lieu dans l'histoire des relations africaines contemporaines, nous nous contenterons de rappeler les plus notoires, en distinguant ceux qui ont une dimension de sécession, ceux qui ont eu lieu entre États africains et ceux qui font l'objet d'un arbitrage ou d'un règlement judiciaire.

Conflits de sécession : En Angola (Cabinda entre 1991 et 1994, entre 1996 et 1998, entre 2004 et 2007 et 2009), aux Comores (Anjouan 1997), en Ethiopie (Erythrée, Ogaden, Afar, Oromia), au Mali (Touaregs en 1990 et entre 2007 et 2009), en Namibie (Caprivi Band 1999), au Niger (Touaregs 1992, 1994, 1997), au Nigeria (Biafra et Delta du Niger en 1990, 1997, 1998), au Sénégal (Casamance), en Somalie (Somaliland) et au Soudan (Sud-Soudan 1990-2004 et indépendance en 2011). 

Les conflits interétatiques : Mali-Mauritanie (1961-1964), Maroc-Algérie (1963), Somalie-Kenya (nord du Kenya) (1967), Ouganda-Tanzanie (partie de Tanza) (1972-1979), Mali-Burkina Faso (région d'Agacha) (1974 - 1987), Libye - Bande Aouzou du Tchad (1973-1994), Somalie - Région d'Ogaden en Éthiopie (1977-1978), Nigeria - Cameroun - Île de Bakasi (1994), Éthiopie - Érythrée (1998-2000).

Différends frontaliers soumis à l'arbitrage ou à la Cour internationale de justice (CIJ) : affaire du plateau continental Tunisie-Libye (1982), affaire Guinée-Bissau-Sénégal (1984), affaire Burkina Faso-Mali (1986), affaire Libye-Tchad (1973-1994), affaire Cameroun-Nigeria (1991) et affaire Botswana-Namibie (1995).  

De cette liste non exhaustive, il faut distinguer deux situations qui ont conduit à la création d'États souverains : l'Érythrée, née d'une séparation d'avec l'Éthiopie en 1993, et le Sud-Soudan, qui s'est séparé du Nord en 2011. Malheureusement, ce phénomène de sécession est loin d'être terminé, comme le montre la déclaration unilatérale d'indépendance du mouvement national pour la libération de l'Azawad, faite le 6 avril 2012 et retirée le 14 avril 2013.

C'est pourquoi, afin d'enrayer cette dangereuse tendance, l'Union africaine a adopté en 2007 le Plan frontalier pour faciliter et soutenir la démarcation et la délimitation des frontières africaines, développer la coopération transfrontalière et renforcer la capacité des États membres à gérer leurs frontières. Pour mettre en œuvre ce plan, l'Union africaine a demandé le soutien des anciennes puissances européennes - France, Belgique, Allemagne et Portugal - dont les deux premières ont fourni des copies numérisées des traités couvrant la période 1845-1956 à une vingtaine de pays des régions nord, est et ouest du continent africain d'ici 2013.  

À l'heure où les nationalismes et les revendications identitaires se développent dans le monde entier, les frontières africaines risquent de subir de profonds changements. Ils peuvent emprunter la voie de l'intégration sur la base de la résolution des conflits et de la complémentarité économique ou celle de la désintégration à la suite de l'application débridée du droit à l'autodétermination.  

Le rôle de premier plan de l'Union africaine devrait être décisif. 

Frontera Malawi-Zambia sobre la meseta de Nyka. La línea amarilla representa una aproximación del trazado de la frontera
Frontière entre le Malawi et la Zambie sur le plateau de Nyka. La ligne jaune représente une approximation de la disposition de la frontière 

Un commentaire sur le lancement de la Zone de libre-échange continentale en juillet 2019 : elle pourrait être gravement affectée par l'épidémie de coronavirus et pourrait être en passe de tout remettre sur les rails9 (Lire « ACCORD PORTANT CRÉATION DE LA ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE CONTINENTALE AFRICAINE »

Cumbre africana

Il est vrai que le coronavirus pourrait représenter une menace pour ce projet continental, mais les dirigeants peuvent aussi y voir une opportunité de renforcer la collaboration. Si les dirigeants accélèrent certaines politiques, cela pourrait aussi être une opportunité. Des avantages pourraient être obtenus rapidement en consolidant les initiatives d'intégration régionale déjà en place.

Les fermetures de frontières, par exemple, peuvent être vues sous un autre angle. Lorsque les dirigeants des pays voisins ferment leurs frontières, comme l'ont fait le Portugal et l'Espagne, c'est un symbole de partenariat dans la lutte contre la pandémie. Réduire la circulation des personnes en maintenant les frontières ouvertes aux marchandises est une reconnaissance de l'importance des activités économiques et commerciales pour permettre aux gens de poursuivre leur vie quotidienne. En Afrique, ce partenariat sera crucial, en particulier pour les seize pays enclavés du continent. L'Union africaine a déjà déclaré que l'Afrique sera plus forte si les pays sont plus unis par la naissance de la zone de libre-échange continentale africaine. Un engagement aussi fort en faveur d'une action commune des dirigeants du continent serait certainement bénéfique pour la lutte contre la pandémie de coronavirus et ses conséquences économiques pour l'Afrique.  

Imagen comercio transfronterizo en África
PHOTO/ICTSD - Image du commerce transfrontalier en Afrique

L'épaisseur des frontières en Afrique rend les coûts commerciaux très élevés. Les coûts liés au transport et à la logistique pour le transfert des marchandises font partie de cette épaisseur de frontière et c'est précisément ce qui pèse sur une région donnée du continent. L'animation des frontières africaines est alimentée par les échanges de produits de base, les trafics plus ou moins licites et les flux frauduleux, ainsi que la contrebande institutionnalisée. Tout un monde vit sur ces asymétries frontalières (commerçants, transporteurs, douaniers et militaires) et des dizaines de millions d'habitants vivent sur ces frontières. Pour toutes ces raisons, je m'interroge sur la véracité des statistiques officielles, si l'on considère l'économie telle qu'elle fonctionne, et pas seulement l'économie formelle, car il existe de nombreux domaines où les échanges commerciaux se moquent des frontières10.

Les données et les statistiques commerciales sont essentielles pour l'échange de biens et de services par-delà les frontières, car la différence de prix et de qualité doit être suffisante pour compenser le coût en termes de temps et de transport. Les systèmes d'information commerciale modernes du monde entier fournissent aux décideurs, aux importateurs, aux exportateurs, aux détaillants et aux investisseurs des informations actualisées et rentables qui contribuent à améliorer le commerce mondialisé. Le manque de données et de statistiques commerciales actualisées et fiables a été reconnu comme l'un des facteurs contribuant au faible niveau du commerce intra-africain officiel (estimé à environ 14 % pour les importations et 18 % pour les exportations en 2015), ainsi qu'à la part limitée de l'Afrique dans les exportations mondiales (environ 2,6 %) en 2017. Il existe des situations où des biens et des services, qui pourraient être fournis par d'autres pays africains, sont importés par des pays africains. 

Conclusion  

Par conséquent, la question n'est pas les tracés, mais leur contrôle et la bonne utilisation de ce qui entoure la frontière comme charnière dans le processus d'intégration régionale.

« Le période postcolonial est terminé également sur le plan politique. Il est impératif qu’une doctrine de règlement négocié des contentieux politiques s’impose, de l’intérieur, condition de la transformation de la croissance et du développement ». Michel Foucher (Les frontières africaines). 

Note de bas de page 

Justification des citations et des sources 

1. Le territoire africain est vaste, mais les cartes lui rendent rarement justice. 

2. Conférence de l'Organisation de l'Union africaine (OUA) sur le règlement des différends frontaliers entre États africains, juillet 2014, adoptée par la Conférence des chefs d'État et de gouvernement réunis au Caire du 17 au 21 juillet 1964. Article III, paragraphe 3 de la Charte de l'OUA de 1963. 

3. Les frontières ne sont généralement pas déterminées pour la nature, mais par le pouvoir, c'est-à-dire par la politique. « Le partage de l'Afrique », Henri Wesseling/folio histoire 1991 

4. « Imperialism : A Study » est le titre d'un discours politique et économique écrit par John A. Hobson en 1902.

5. Le conflit d'intérêts entre la France et la Grande-Bretagne a entraîné des frictions qui ont failli déboucher sur un conflit armé. Un exemple en est l'incident ou la crise à Fachoda (aujourd'hui Kodok), une ville du Soudan, où les Français et les Britanniques se sont mis d'accord sur la construction d'une voie ferrée pour relier une partie de leurs colonies africaines respectives. Afin de dégager la voie et de défendre leurs positions, les Français envoient une armée de l'Ouest sous le commandement du commandant Marchand, tandis que les Britanniques font de même avec des troupes incorporées d'Egypte sous le commandement du général Kitchener. Le retrait des Français face à l'infériorité numérique de leurs troupes a permis aux Britanniques de contrôler la région du Soudan, réalisant ainsi une domination presque ininterrompue des territoires qui relient l'Afrique du Nord et l'Afrique du Sud. Les souhaits de Cecil Rhodes sont donc presque satisfaits, puisque seuls les territoires d'Afrique de l'Est sous souveraineté allemande font obstacle.

6. Henri Wesseling le partage de l'Afrique. Pierre-Luc Plasman Léopold II, POTENTAT CONGOLAIS. L'action royale face à la violence coloniale, LÉOPOLD II LE PLUS GRAND CHEF D'ETAT DE L'HISTOIRE DU CONGO Jean-Pierre Nzeza Kabu Zex-Kongo, Du sang sur les lianes : Léopold II et son Congo, Daniel Vangroenweghe, El sueño del celta Mario Vargas Llosa, etc. 

7. Lüderitz est une ville portuaire de Namibie, située à Karas, la région la plus méridionale du pays. Elle compte 12 900 habitants. Elle a été fondée en 1883 par Adolf Lüderitz, après l'achat d'Angra Pequeña et de ses environs, à un chef Nama local. La ville a commencé comme une usine avec une activité de pêche et de collecte de guano. C'était la ville principale de la Compagnie coloniale du Sud-Ouest africain allemand.

8. En ce qui concerne l'effet stabilisateur du principe de l'inviolabilité des frontières en Afrique, il suffit de mentionner que plus de 61 % des populations africaines ont subi une guerre depuis 1963, ce qui correspond au pourcentage de temps que le Conseil de sécurité des Nations unies a consacré aux conflits africains et que 57 % des litiges frontaliers dont ils sont saisis sont d'origine africaine. Réaliser l'impact très limité du principe de l'intangibilité des frontières sur la paix, la sécurité et les relations de voisinage en Afrique En fait, plus d'un demi-siècle après que l'OUA a adopté le principe du respect des frontières hérité du colonialisme, la réalité montre que le problème des frontières reste la cause centrale de l'instabilité et de la violence inter et intra-étatique sur le continent.

9. Paul Kagame, le président rwandais qui a été président de l'Union africaine, est chargé de mettre en orbite la zone de libre-échange continentale (ZLE), embryon d'un marché unique sur le continent africain, en 2018. L'objectif est d'établir un marché intégré de plus de 1,2 milliard de personnes pour les biens et les services, y compris la libre circulation des personnes et des capitaux. 22 parlements nationaux l'ont ratifié. Cet accord est l'aboutissement d'une longue histoire, née avec le panafricanisme de l'indépendance, le rêve de Kwame Nkrumah d'une « Union des États africains ». S'il est effectivement mis en œuvre, le FTAC serait le plus grand au monde. Au cours de périodes successives, cette initiative pourrait devenir un accord contraignant et fonctionnel.

10. Los desafíos de África de Rafael Gómez-Jordana Moya (Thomson Reuters Aranzadi. Las relaciones internacionales del siglo XXI : Transformar el mundo. Chapitre IV p. 137-153)

Références bibliographiques 

- A legal and Diplomatic Encyclopedia by Ian Brownlie 

- Le retour des frontières et les frontières africaines de Michel Foucher 

- Atlas historique de l’Afrique de Bernard Lugan 

- La partage de l’Afrique Henri Wesseling 

- Prisoners of Geography by Tim Marshall  

- L’Afrique défis, enjeux et perspectives en 40 fiches, Philippe Hugon  

- L’artificialité des frontières en Afrique subsaharienne Turbulences et fermentation sur les marges, Christian Bouquet 

- Délimitation et Démarcation des Frontières en Afrique, Commission de l’Union Africaine, Département de Paix et Sécurité, Addis-Abeba, septembre 2013 

- Los desafíos de África SEI, Rafael Gómez-Jordana Moya 

- L’Afrique depuis 1940, Frederick Cooper 

- L’Afrique pour les nuls, Jean-Joseph Boillot et Rahmane Idrissa  

- L’Afrique noire est-elle maudite ? Moussa Konaté 

Annexes 

Cartes d'Afrique 

Anexo mapa 1 antes de la colonización

ANexo mapa África 2

Anexo mapa África 3 reparto colonial

Portraits d'explorateurs en Afrique 

Exploradores