PUBLICIDAD

Iberdrola

Les Gardiens de la révolution ne sont pas visés par le nouveau train de sanctions de l'UE

L'Allemagne et le Royaume-Uni ont vu leurs demandes de mise sur liste noire des Gardiens de la révolution dans l'Union européenne ignorées
josep-borrell-union-europea

AFP/KENZO TRIBOUILLARD  -   Le Haut Représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell

La répression par le gouvernement iranien des manifestations qui ont inondé les rues de Téhéran depuis la mort de Mahsa Amini a déclenché une nouvelle vague de sanctions contre des responsables et des entités iraniennes. Il s'agit du quatrième train de sanctions adopté par les ministres des Affaires étrangères, réunis cette fois à Bruxelles. Jusqu'à 37 responsables et entités iraniens ont été ajoutés à une liste de gels d'avoirs et d'interdictions de visa dans le cadre d'une action coordonnée avec le Royaume-Uni et les États-Unis, qui ont intensifié leurs actions contre le régime des ayatollahs.
 
Toutefois, l'un des appels lancés par le Royaume-Uni lui-même et l'Allemagne en vue d'inscrire le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) sur la liste des groupes terroristes n'a pas abouti. Selon le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, l'IRGC ne peut être ajouté à la liste des organisations terroristes sans une décision judiciaire préalable. "Il y a beaucoup d'opinions intéressantes à ce sujet, mais c'est quelque chose qui ne peut être décidé sans une décision de justice préalable", a déclaré Borrell à son arrivée au Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE.

iran-mujeres-protestas-mahsa-amini
AP/HAWRE KHALID - Manifestations en Iran après la mort en garde à vue de la jeune femme kurde Mahsa Amini.

"Il faut qu'un tribunal d'un État membre émette une déclaration juridique, une condamnation spécifique, et ensuite nous travaillons au niveau européen, mais il faut d'abord qu'il y ait une décision judiciaire", a expliqué l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères. Ainsi, l'Allemagne et les Pays-Bas ont vu leur demande rejetée, suite à des déclarations dans lesquelles Borrell lui-même a dit que "vous ne pouvez pas dire que je vous considère comme un terroriste parce que je ne vous aime pas". La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a appelé l'UE à "clarifier" les questions juridiques liées à la désignation des Gardiens de la révolution comme groupe terroriste.
 
Les nouvelles sanctions visent principalement les représentants du gouvernement et du parlement iraniens, ainsi que les personnalités politiques et médiatiques. Bien qu'elles ne puissent pas viser directement l'IRGC, des sanctions ont été appliquées à l'encontre de ses membres de haut rang, tels que les généraux de brigade Ahmad Kadem, Mohammad Nazar Azimi et Mohammad Karami, qui sont accusés d'être responsables de la brutalité de la répression, ainsi que du meurtre de plusieurs manifestants. Le ministre des Sports et de la Jeunesse, Hamid Sajjadi, figure également parmi les personnes touchées par le train de sanctions.

protestas-iran-mahsa-amini_0
PHOTO/AFP - Manifestations en Iran après la mort en garde à vue de la jeune Kurde Mahsa Amini.

Ces nouvelles mesures s'ajoutent à celles déjà imposées à plus de 60 responsables et entités iraniens, notamment la police des mœurs - dont le démantèlement a été annoncé par le gouvernement de Téhéran -, les commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique et les médias d'État. Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, estime que "les personnes sanctionnées aujourd'hui, depuis les figures judiciaires qui utilisent la peine de mort à des fins politiques jusqu'aux voyous qui frappent les manifestants dans les rues, sont au cœur de la répression brutale du régime contre le peuple iranien".
 
La situation en Iran devient plus complexe chaque jour qui passe. Les protestations contre la dictature qui assujettit la population depuis plus de quatre décennies sont intervenues à un moment où les relations avec l'Occident étaient à un point délicat. L'enlisement des discussions sur un nouvel accord nucléaire mettait à mal les liens avec Téhéran, qui continue d'enrichir de l'uranium depuis la rupture du plan d'action global conjoint (JCPOA) après la sortie unilatérale des États-Unis en 2018. Ainsi, les sanctions contre l'Iran ne sont qu'un signe supplémentaire que les positions avec le pays présidé par Ebrahim Raisi ne pourraient être plus éloignées aujourd'hui.