Les groupes terroristes se battent pour le contrôle du Sahel

Daech, Al-Qaïda et Boko Haram se battent pour gagner en influence dans la région
Atalayar_yihadismo Sahel

AFP PHOTO/AGENCIA DE NOTICIAS AAMAQ  -   Des membres de Daesh au Niger, le daesh a revendiqué le 16 mai 2019 une embuscade contre une patrouille de l'armée au Niger dans laquelle au moins 28 soldats ont été tués.

Les luttes de pouvoir accentuent la crise humanitaire et le flux de personnes déplacées.

Depuis que Daech a été vaincu en Syrie et en Irak, de nombreux terroristes qui ont réussi à s'échapper ont fui vers des endroits comme la Libye, puis vers le Sahel. Cependant, les groupes djihadistes sont toujours actifs au Moyen-Orient, même si leur influence est moindre qu'il y a quelques années.

L'arrivée de ces cellules terroristes de Daech au Sahel a entraîné une augmentation des organisations djihadistes dans la région, où des groupes tels que Boko Haram (Nigeria) et d'autres affiliés d’Al-Qaïda opéraient déjà. Le Front de soutien à l'islam et aux musulmans, l'une des organisations terroristes loyales à Al-Qaïda, est l'un des principaux rivaux de Daech.  

Boko Haram s'est retrouvé sous les projecteurs des médias en 2014 après avoir enlevé 276 filles à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Cependant, ce groupe est né en 2002 sous la direction de Mohammed Yusuf, un prédicateur salafiste. A ses débuts, elle était chargée de dénoncer la corruption et les inégalités, qu'elle imputait directement au colonialisme britannique. Cependant, au fil des ans, il a commencé à se battre pour l'imposition de la "charia" ou loi islamique au Nigeria. Abubakar Shekau a succédé à Yusuf après sa mort et, avec lui, la période la plus sanglante et la plus violente de l'organisation a commencé. "J'aime tuer toute personne que Dieu m'ordonne de tuer, tout comme j'aime tuer des poulets et des béliers", a-t-il déclaré dans une vidéo de 2012, deux ans avant l'enlèvement qui a mobilisé toute la communauté internationale. Sous le slogan "Bring Back Our Girls", des acteurs, des chanteurs et des personnalités influentes telles que Michelle Obama ont commencé à dénoncer les actes infâmes de Boko Haram contre les enfants, en particulier les filles. Des actions justifiées par Shekau ; "les filles ne devraient pas être scolarisées, mais servir d'épouses", a-t-elle déclaré dans une vidéo revendiquant l'enlèvement. 

Atalayar_yihadismo Sahel
PHOTO/REUTERS - Un fonctionnaire accompagne une jeune fille qui a été enlevée dans un pensionnat de l'État de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigeria, alors qu'elle passe une visite médicale après sa libération à Zamfara, au Nigeria, le 2 mars 2021.

En plus d'enlever des mineurs pour les endoctriner et en faire des enfants soldats ou des esclaves sexuels, Boko Haram a mené des attaques et des massacres dans tout le pays. Selon les Nations unies, plus de 35 000 personnes ont été tuées par le groupe terroriste. Ils sont également responsables de 40% des attaques terroristes dans la région du Sahel. Ces meurtres ont également provoqué un nombre élevé de personnes déplacées. Médecins sans frontières prévient que la province de Zamfara, au nord du Nigéria, à la frontière avec le Niger, est en proie à une crise humanitaire. Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), la région comptait plus de 124 000 réfugiés en février, un nombre en forte hausse depuis l'été 2020. 

Atalayar_yihadismo Sahel
AFP/AFP - Carte montrant les principaux enlèvements massifs au Nigeria et dans d'autres régions menacées par différents conflits, insurrections ou groupes criminels.

"Nos équipes à Zamfara ont été témoins d'une augmentation alarmante des maladies évitables liées au manque de nourriture, d'eau potable, d'aliments et de vaccins", a averti Godwin Emudanohwo, médecin dans un hôpital géré par la MFS. Un autre problème majeur parmi les femmes déplacées est celui des agressions sexuelles qu'elles ont subies aux mains du groupe djihadiste. "Ils arrivent généralement dans les cliniques trop tard pour éviter les maladies sexuellement transmissibles, avec de graves traumatismes et ayant désespérément besoin de protection", explique Noble Nma, un médecin MSF. "On nous dit qu'il y a plus de survivants qui ont peur de voyager ici, donc ce que nous voyons n'est que la partie émergée de l'iceberg", a ajouté le médecin.  

En 2014, Boko Haram proclame un califat sur le continent africain et, un an plus tard, jure allégeance à Daech. Cependant, en 2016, après des désaccords religieux et stratégiques, une scission au sein de l'organisation terroriste se produit, donnant naissance à l'ISWAP (État islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest). La partie de Boko Haram dirigée par Shekau s'est éloignée de Daech au Moyen-Orient, tandis que l'ISWAP bénéficiait de son soutien. 

Atalayar_terrorismo yihadismo
AFP/MARCO LONGARI - Sur cette photo d'archive prise le 6 juillet 2019, un groupe de miliciens peuls se tient prêt avec ses armes, dans un camp de démobilisation informel à Sevare géré par Sekou Bolly, un homme d'affaires peul local dont l'objectif est d'orienter les jeunes hommes peuls loin des morse djihadistes.
L'assassinat de Shekau donne à l'ISWAP les coudées franches pour accroître son influence

Finalement, après des années de disputes, Shekau a été tué en mai dernier dans une embuscade organisée par des chefs de Daesh venus de Syrie. Le leader de Boko Haram était trop violent pour Daesh, qu'ils accusent de "s'en prendre sans discernement aux croyants". La mission de mettre fin à sa vie a été confiée à ISWAP, dirigé par Abu Musab al-Barnawi, fils du fondateur de Boko Haram, Mohammed Yusuf. Selon le média nigérian HumAngle, Shekau est mort après plusieurs semaines d'affrontements entre les groupes rivaux dans la forêt de Sambisa, dans le nord-est du pays et principal refuge de Boko Haram. Avant d'être attrapé, Shekau a fait exploser un gilet explosif, mourant sur place et tuant certains de ses ennemis. "Shekau a préféré être humilié dans l'au-delà que sur terre", a déclaré Al-Barnawi dans un message confirmant la mort du leader de Boko Haram. Le chef de l'ISWAP a critiqué Shekau pour avoir "commis un terrorisme inimaginable".

Atalayar_terrorismo yihadismo
AFP PHOTO/BOKO HARAM - Cette capture d'écran de fichier du 2 octobre 2014 d'une vidéo publiée par le groupe extrémiste islamiste nigérian Boko Haram et obtenue par l'AFP montre le chef du groupe extrémiste islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, dans un lieu non divulgué au Nigeria.

Les autorités nigérianes, comme d'autres pays, tentent de tuer Shekau depuis des années. Au cours de la dernière décennie, il a été présumé mort au moins cinq fois. Pour Washington, le chef djihadiste figurait sur une liste des terroristes internationaux les plus recherchés, allant jusqu'à offrir une compensation pour son arrestation. "Hé, les gens de Daech. Pour clarifier : non, vous ne pouvez pas bénéficier de la récompense en échange d'informations sur son identité ou sa localisation. Ce n'est pas comme ça que le programme fonctionne", a annoncé le ministère américain de la Justice sur Twitter. 

Les experts et les analystes s'attendent à de futures luttes au sein de Boko Haram pour la direction du groupe, car Shekau n'a pas préparé de successeur. Le pouvoir accru de l'ISWAP, qui gagnera en influence dans les zones précédemment contrôlées par Boko Haram, est toutefois plus préoccupant. Depuis quelques mois, "l'organe de propagande de l'ISWAP consacre plus de 70% de ses publications à l'Afrique, qui est devenue un lieu de positionnement très important pour ce groupe, car nous voyons ce qui se passe au Mozambique, au lac Tchad et ailleurs", explique Bakary Sambé, directeur du "think tank" Timbuktu Institute. 

Atalayar_terrorismo yihadismo
AFP PHOTO / BOUREIMA HAMA - Prison de Koutoukale, La prison de Koutoukale est considérée comme la prison la plus sécurisée du Niger, car elle détient les détenus les plus dangereux du pays, principalement des djihadistes issus de groupes actifs dans la zone désertique du Sahel et du groupe islamiste Boko Haram, basé au Niger.

Sambé met également en garde contre une éventuelle expansion de l'ISWAP après avoir pris le pouvoir dans la région. "Les pays de la côte africaine sont la cible. Les djihadistes s'étendent vers le sud et cherchent maintenant à affaiblir le Burkina Faso pour avoir accès aux pays côtiers comme le Bénin, le Togo ou la Côte d'Ivoire. Ils ne s'arrêteront pas", dit-il. 

La mort de Shekau a provoqué des divisions parmi ses partisans. Comme le note Jacob Zenn du Terrorism Monitor de la Fondation Jamestown, les membres de Boko Haram se demandent s'ils doivent rejoindre ou combattre l'ISWAP. "Il semble qu'il va y avoir une période chaotique maintenant", dit-il.

Le groupe d'Al-Barnawi profitera du chaos qui règne au sein de son groupe rival pour accroître son influence. L'ISWAP pourrait s'imposer comme une menace encore plus grande pour les autorités nigérianes, car elle ne provoque pas autant de terreur que Boko Haram parmi la population du pays africain. "Ils assurent un certain degré d'ordre public dans le lac Tchad, et les civils y vont pour faire des affaires ou pour vivre parce qu'il y a des ressources naturelles telles que des terres agricoles très productives", déclare Vincent Foucher, analyste au Centre français de recherche scientifique. 

Atalayar_terrorismo sahel
AFP/AFP - Carte des zones d'influence des groupes armés au Sahel

Contrairement à Boko Haram, qui tuait ceux qui ne rejoignaient pas ses rangs, l'ISWAP préfère gagner la confiance des civils, et n'a pas été impliqué dans des massacres ou des pillages à grande échelle, comme son rival. "Jusqu'à présent, l'efficacité de l'ISWAP a consisté à créer un écosystème dans lequel ils exercent un contrôle et une forte influence sur l'économie, la justice, l'éducation et la sécurité. L'organisation a un contrôle total et peut gouverner avec une opposition très limitée", explique Yan Saint-Pierre, analyste dans une société de conseil en sécurité.

Les liens entre les groupes terroristes et le trafic de drogue 

D'autre part, l'ISWAP doit faire face à des milices liées à Al-Qaïda dans la région, comme le Front pour le soutien de l'islam et des musulmans. Ce groupe est également aidé par d'autres organisations djihadistes au Maghreb. Les deux parties, Daech et Al-Qaïda, sont à la recherche de nouvelles sources de financement, c'est pourquoi elles se battent pour des zones disposant de grandes réserves de ressources naturelles ou pour des points géographiques d'importance stratégique. Certains de ces sites clés sont situés sur des itinéraires de commerce illégal, comme le trafic de drogue ou d'êtres humains. Comme ce fut le cas à partir des années 1990 en Afghanistan et au Pakistan, où la circulation de l'opium était liée aux talibans d'Al-Qaïda, les terroristes du Sahel peuvent avoir des liens avec le commerce de la drogue

En 2009, trois Maliens ont été arrêtés pour narcoterrorisme aux États-Unis, invoquant des liens entre les FARC et les cartels de la cocaïne et Al-Qaïda au Maghreb islamique. Toutefois, les groupes djihadistes ont critiqué le trafic de drogue, allant jusqu'à brûler des cargaisons de cigarettes et de haschisch. 

Atalayar_yihadismo Sahel
AFP/ISSOUF SANOGO - Une photo prise le 21 septembre 2012 montre un groupe d'islamistes armés rassemblés à Gao, la plus grande ville du nord du Mali.

Dans les années 1980, en raison de l'instabilité, le flux de drogues dans le Golfe de Guinée a augmenté, s'étendant au fil du temps aux zones voisines. En 2009, l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a indiqué que 60 % de la cocaïne entrant en Europe passait par les routes du Sahel. Des routes qui sont encore utilisées aujourd'hui selon divers analystes. Selon un rapport de 2018 de l'ONUDC, les trafiquants paient des groupes terroristes pour protéger leurs cargaisons lors de la traversée du Sahel et du Sahara.  Outre le trafic de drogue, il ne faut pas oublier la traite des êtres humains, qui est l'un des moyens de financement des groupes terroristes.

Paris met fin à l'opération Barkhane dans l'attente d'une plus grande présence internationale

La France est l'un des pays les plus impliqués dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Emmanuel Macron a exhorté à plusieurs reprises ses partenaires européens et ses alliés internationaux à accroître leur présence dans la région africaine. L'opération Barkhane est l'un de ses principaux instruments pour faire face au djihadisme, bien que Paris ait récemment annoncé une réduction des troupes. Le gouvernement français a qualifié cette mesure d'"évolution" et non de retrait, laissant la voie libre à une "force internationale" pour s'impliquer dans la zone. Pour l'instant, la Grèce, la Serbie et l'Italie se sont engagées à envoyer des troupes. 

Lors du récent sommet du G7 au Royaume-Uni, Macron a eu un entretien bilatéral avec son homologue américain, Joe Biden, pour discuter de questions d'intérêt commun. L'un des sujets abordés par les dirigeants était la lutte contre le terrorisme au Sahel. Washington pourrait donc décider de s'impliquer dans cette région à l'avenir. 

Atalayar_Macron Sahel
​​PHOTO/FRANCOIS MORI - Le président français Emmanuel Macron lors d'une réunion par vidéoconférence avec les dirigeants des nations du G5 du Sahel ouest-africain, à Paris, en France, le 16 février 2021.

Cette décision intervient après le coup d'État militaire au Mali, désormais gouverné par Assimi Goïta. La France a actuellement 5 100 soldats déployés au Sahel, des troupes qui coopèrent avec les forces nationales affaiblies de chaque pays. 

"Il est évident que la France ne va pas rester éternellement au Sahel. C'était connu depuis le début", a déclaré Jean-Yves Le Drian. Le ministre français des affaires étrangères a également assuré que ce sont "les Africains qui doivent garantir la sécurité des pays africains"

Les secteurs les plus anti-français du continent ont salué la décision de Paris, qu'ils continuent de considérer comme une puissance colonialiste. Toutefois, d'autres pays, comme le Tchad, où des groupes d'insurgés ont assassiné leur président, pourraient se sentir peu rassurés par l'initiative de Macron.

Atalayar_Francia Sahel
AP/JEROME DELAY - Des soldats français de la force Barkhane qui ont terminé leur mission de quatre mois au Sahel montent à bord d'un avion de transport C130 de l'US Air Force et quittent leur base à Gao, au Mali, mercredi 9 juin 2021.

La ministre de la Défense, Florence Parly, a déclaré que ce retrait vise une "européanisation et une internationalisation de la lutte contre le terrorisme au Sahel". Toutefois, le ministère a assuré que "l'engagement militaire de la France restera très important" pour mettre fin à ce fléau. En effet, les forces armées françaises ont signalé la capture d'un membre de haut rang de l'État islamique du Grand Sahara. Par ailleurs, ce vendredi, les troupes françaises présentes dans la région ont annoncé la mort de l'homme responsable de l'assassinat de deux journalistes en 2013. 

L'instabilité politique, l'influence des groupes terroristes, en plus de leurs propres luttes de pouvoir, font du Sahel l'une des régions les plus dangereuses de la planète. La population de cette zone doit faire face à une crise humanitaire qui, en raison du climat difficile, s'accentue de plus en plus. Selon un rapport de l'Institut pour l'économie et la paix (IEP) sur l'indice de paix mondial présenté vendredi, les nouveaux conflits au Sahel, ainsi que ceux de la Corne de l'Afrique et de l'Afrique subsaharienne, représentent plus de 65 % du nombre total de conflits violents dans le monde. 

Atalayar_yihadismo Sahel
AFP/ ANNIE RISEMBERG - Un homme regarde les titres annonçant une réduction importante de la présence militaire française au Sahel, où les forces combattent les insurgés djihadistes depuis près d'une décennie, à Bamako le 11 juin 2021.

La montée du djihadisme et de l'insécurité peut affecter directement l'Afrique du Nord. Une fois au Maghreb, cette menace serait de plus en plus réelle pour l'Europe. C'est pourquoi les pays européens devraient s'impliquer davantage dans la région, faute de quoi cette instabilité pourrait finir par affecter le vieux continent, même s'il ne faut pas oublier que des milliers de personnes en souffrent déjà.