Les intérêts du Qatar et de la Turquie en Afrique du Nord

Le pétrole de la Libye est considéré comme l'un des attraits de la monarchie du Golfe et du pays eurasien
Le Premier ministre libyen Fayez Sarraj rencontre le ministre turc de la défense Hulusi Akar et son homologue qatari Khalid bin Mohammed al-Attiyah dans la capitale Tripoli le 17 août 2020

PHOTO/AFP  -   Le Premier ministre libyen Fayez Sarraj rencontre le ministre turc de la défense Hulusi Akar et son homologue qatari Khalid bin Mohammed al-Attiyah dans la capitale Tripoli le 17 août 2020

Le Qatar et la Turquie continuent de s'intéresser à l'Afrique du Nord, en particulier avec le conflit actuel en Libye. La dernière réunion des ministres de la défense turc et qatari, respectivement Hulusi Akar et Khalid bin Mohammed al-Attiyah, avec le Premier ministre du gouvernement libyen de l'Accord national (GNA), Fayez Sarraj, a montré l'importance que le pays du Golfe et l'Eurasie attachent à la zone nord-africaine.

La nation ottomane et la monarchie du Golfe participent à la guerre civile de la Libye en faveur de le GNA, surtout après l'accord signé à la fin de l'année dernière par Fayez Sarraj et Recep Tayyip Erdogan, le président de la Turquie, qui a assuré l'assistance militaire turque et distribué des zones économiques dans l'arc méditerranéen, où la Turquie vise l'exploitation du gaz et du pétrole. Dans le cadre du conflit libyen, on spécule maintenant sur les préparatifs de la bataille de Syrte, une enclave importante au nord de la Libye qui pourrait représenter un tournant dans la guerre entre la GNA et l'Armée nationale libyenne (LNA), Ce dernier est lié à l'autre exécutif oriental de Tobrouk et reçoit un soutien extérieur de l'Arabie Saoudite, de l'Egypte, du Bahreïn (ces grands rivaux du Qatar, sous embargo depuis 2017), de la France et de la Russie. Précisément, le Caire avait fixé Syrte comme une ligne rouge inviolable qui, si elle était touchée, provoquerait l'intervention de la puissante armée égyptienne. 

Les forces de Haftar avaient la situation à peu près sous contrôle depuis la dernière offensive lancée le 4 avril 2019 sur la capitale de Tripoli, un bastion de la GNA (soutenu depuis 2016 par les Nations Unies), mais l'intervention turque a renversé la situation et les milices associées à Sarraj ont regagné beaucoup de terrain et d'importantes enclaves comme Sabratha, Sorman et l'aéroport Al-Watiya. Les groupes armés, y compris les mercenaires payés liés à des groupes autrefois liés à des entités terroristes comme Al-Qaida et Daesh, envoyés de Syrie par la Turquie, qui est également impliquée dans la guerre civile syrienne avec ces éléments, comme l'ont rapporté les médias. Tout cela avec le soutien financier du pays qatari dirigé par l'émir Tamim bin Hamad al-Thani. En ce sens, le blocus subi par le Qatar depuis 2017, imposé par les nations saoudienne, égyptienne et bahreïnienne, a été motivé par le fait que ces pays ont dénoncé la monarchie du Golfe pour son soutien au terrorisme transfrontalier. Les médias libyens et turcs ont déjà rapporté que le ministre de la défense du Qatar, Khaled Al-Attiyah, est arrivé à Tripoli lundi, ce qui coïncide avec la visite du ministre turc de la défense Hulusi Akar et du ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas.

El ministro de Defensa de Qatar, Khalid bin Mohammed al-Attiyah, espera la llegada de su homólogo turco para reunirse con el primer ministro del Gobierno de Libia, Fayez Sarraj, en la capital Trípoli, el 17 de agosto de 2020
PHOTO/AFP - Le ministre qatari de la défense Khalid bin Mohammed al-Attiyah attend l'arrivée de son homologue turc pour rencontrer le Premier ministre libyen Fayez Sarraj dans la capitale Tripoli le 17 août 2020

La visite d'Al-Attiyah est intervenue trois jours après que l'émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, ait contacté le président de la République de Tunisie, Kais Saied, et proposé de financer des projets de développement dans les régions intérieures du territoire tunisien, dans une mesure qui a été considérée comme une tentative de protéger l'influence du Qatar en Tunisie, en particulier à la lumière des spéculations croissantes au sein du pays nord-africain sur la probabilité que la présidence du pays étende ses pouvoirs et prérogatives aux dépens du Parlement au cours de la période à venir. Un tel changement marquerait le début d'un déclin du rôle et de l'influence du premier allié de Doha en Tunisie, à savoir le mouvement islamiste Ennahda dirigé par Rached Ghannouchi, qui a des liens étroits avec le Qatar et les Frères musulmans, une organisation qualifiée de terroriste par plusieurs pays occidentaux. 

En Libye, la visite d'Al-Attiyah, qui est la première visite d'un haut fonctionnaire qatari en Libye depuis des années, montre clairement la position du Qatar avec la Turquie dans ce conflit. 

Cette mesure reflète l'échec des efforts diplomatiques menés par les États-Unis pour créer une zone démilitarisée autour de Syrte et des terminaux pétroliers, qui obligerait la LNA à Haftar à se retirer au-delà d'Ajdabiya, et ce sans fournir de garanties que les mercenaires et les milices impliqués dans la guerre n'entreraient pas dans la zone. 

Fotografía de archivo el presidente de Túnez, Kais Saied (R), da la bienvenida al emir de Qatar, el jeque Tamim bin Hamad al-Thani, a su llegada a la capital tunecina el 24 de febrero de 2020
AFP/FETHI BELAID - Photo d'archive du président tunisien Kais Saied (à droite) accueillant l'émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à son arrivée dans la capitale tunisienne le 24 février 2020

Selon les observateurs, la visite d'Al-Attiyah à Tripoli renouvelle l'intérêt du Qatar pour la Libye, après près de trois ans de clandestinité pour faire croire à la communauté internationale qu'elle avait cessé de soutenir les groupes extrémistes dans le pays.

La plupart des Libyens estiment que l'intervention du Qatar dans les affaires intérieures de la Libye depuis 2011 a alimenté le conflit armé et entraîné la Libye dans une guerre civile avec le soutien de Doha pour le coup d'État mené par la milice islamiste Dawn of Libya pour renverser les résultats des élections législatives de 2014, provoquant une rupture politique permanente dans le pays, comme l'a rappelé The Arab Weekly. 

Selon des sources libyennes, Al-Attiyah et Akar seraient arrivés en Libye pour discuter des plans de bataille pour la campagne de Syrte et les terminaux pétroliers, une démarche bénie par les États-Unis sous le prétexte d'une inquiétude croissante à Washington quant à l'influence de Moscou en Libye. L'intérêt de la Russie pour l'Afrique, qui cherche à obtenir des bénéfices économiques sur le continent africain, est bien connu. 

Un membre de la Chambre des représentants libyenne, Muhammad Amer al-Abani, a estimé que la visite d'Al-Attiyah amplifie l'ampleur de la présence turque et de sa machine militaire stationnée dans l'ouest de la Libye, espérant ainsi pouvoir effectuer les derniers préparatifs de l'assaut sur Syrte et Jufra et encourager Ankara à poursuivre son hégémonie.

A son tour, un membre du Conseil suprême des tribus libyennes, le cheikh Adel al-Faidi, a déclaré à The Arab Weekly que « ce n'est pas un hasard si la visite d'Al-Attiyah coïncide avec le contrôle turco-qatari du port d'Al-Khums et sa transformation en base navale pour les multiples opérations d'Ankara et de Doha en Libye ». « Le port est maintenant géré par une centaine de Turcs, et deux navires (turcs) y sont amarrés, ce qui indique que des préparatifs sont en cours pour d'autres mouvements militaires afin de fournir aux mercenaires et aux terroristes un soutien accru en vue de la bataille de Syrte et de Jufra », a-t-il déclaré.

El ministro de Defensa de Turquía, Hulusi Akar, se reúne con el viceministro de Defensa de GNA, Salahedin al-Namroush, y con el ministro de Defensa de Qatar, Khalid bin Mohammed al-Attiyah, en Trípoli, Libia, el 17 de agosto de 2020
PHOTO/Ministère de la défense de la Turquie via REUTERS - Le ministre turc de la défense Hulusi Akar rencontre le ministre adjoint de la défense de la GNA Salahedin al-Namroush et le ministre qatari de la défense Khalid bin Mohammed al-Attiyah à Tripoli, en Libye, le 17 août 2020

Al-Faidi a ajouté que la présence d'Al-Attiyah en ce moment représente un défi évident à la volonté internationale et une sorte d'insistance sur la poursuite de l'intervention du Qatar parallèlement à l'approfondissement de l'invasion de la Turquie, au mépris des positions internationales condamnant l'ingérence étrangère. La visite de l'officiel qatari affirme que Doha est en Libye pour y rester et qu'elle n'a plus besoin de rester dans l'ombre d'Ankara ou de se retourner secrètement dans son orbite. Doha est désormais déterminé à soutenir ouvertement les extrémistes et les terroristes.

Alors que la Russie soutient clairement le LNA, la position américaine semble confuse, car la Maison Blanche semble avoir adopté une position neutre sur la Libye, bien qu'elle ait également des intérêts dans le pétrole libyen. Le Département d'État américain soutient le gouvernement de Tripoli, qui est dominé par les islamistes et qui est basé sur les mercenaires syriens susmentionnés, attachés à des groupes liés à des entités terroristes telles que Daesh et Al-Qaida, comme l'ont indiqué divers experts. 

Les observateurs mettent en garde contre les conséquences de la poursuite de politiques d'escalade dans le cas de Syrte et des terminaux pétroliers, qui pourraient déclencher une bataille à plus grande échelle si l'Égypte y participe enfin, un pays pour lequel Syrte et Jufra signifiaient une ligne rouge à ne pas franchir. 

Lors de sa visite à Tripoli lundi, Heiko Maas a mis en garde contre le « calme trompeur » qui règne actuellement dans un pays en pleine tourmente. Le diplomate allemand a souligné que « les deux parties et leurs alliés internationaux continuent à faire entrer des armes dans le pays et s'accrochent à leurs conditions préalables à un cessez-le-feu ».