Les Jeux olympiques de Tokyo se dérouleront à huis clos en raison d'un pic de cas de maladie après l'instauration d'un nouvel état d'urgence.

Elle entrera en vigueur le lundi 12 juillet afin de freiner l'augmentation des cas de COVID-19 dans la capitale japonaise
primer ministro-japon-yoshihide suga-juegos olimpicos

PHOTO/KYODO NEWS via AP  -   Le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, s'adresse aux médias devant les mascottes olympiques

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a décidé jeudi de déclarer à nouveau l'état d'urgence dans la région de Tokyo, une alerte qui sera en vigueur jusqu'au 22 août et coïncidera avec la célébration des Jeux olympiques. Immédiatement après que les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo aient décidé aujourd'hui de tenir l'événement sans public dans les tribunes en raison du pic d'infections dans la capitale, et en revenant sur la mesure annoncée il y a deux semaines d'avoir jusqu'à 10 000 spectateurs dans les stades.

Le ministre japonais en charge des Jeux, Tamayo Marukawa, a annoncé cette restriction sans précédent pour des Jeux olympiques à l'issue d'une réunion jeudi entre les organisateurs et les représentants des comités olympiques et paralympiques internationaux.

La décision d'interdire la présence de spectateurs à Tokyo a été prise peu après que le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, a annoncé la mise en place d'un nouvel état d'urgence sanitaire par coronavirus dans la capitale, qui coïncidera avec la célébration des Jeux.

Le chef du comité d'organisation, Seiko Hashimoto, a déclaré au cours de la réunion que pour empêcher une expansion des infections "il est nécessaire d'envoyer un message fort et clair", et a déclaré que les responsables de l'événement ont dû "prendre une décision difficile".

juegos-olimpicos-tokio-2020
PHOTO/KYODO NEWS via AP - Le Japon place Tokyo en état d'urgence à partir de la semaine prochaine et pendant toute la durée des Jeux olympiques

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré que les organisateurs "ont fait preuve de responsabilité depuis le jour où les Jeux ont été reportés" et a affirmé qu'il soutiendrait "toutes les mesures nécessaires pour que les Jeux olympiques et paralympiques soient sûrs pour le peuple japonais et tous les participants".

M. Bach a participé à la réunion par voie télématique après son arrivée à Tokyo jeudi, et alors qu'il observe une quarantaine de trois jours à son hôtel avant d'assister à la dernière ligne droite des préparatifs des Jeux, dont l'ouverture est prévue le 23.

Le 21 juin, les organisateurs ont annoncé que les Jeux se dérouleraient avec un maximum de 10 000 spectateurs dans les tribunes, tout en précisant qu'ils se réservaient la possibilité de tenir les compétitions à huis clos en cas de pic de contagion.

Cette mesure allait à l'encontre des recommandations des experts, qui ont averti que le mouvement des personnes qui apporteront les Jeux, combiné à la circulation de nouvelles variantes du virus, poserait un risque excessif, et ont donc recommandé de tenir l'événement sans public.
 

 

juegos-olimpicos-tokio
AP/KOJI SASAHARA - Des personnes portant des masques faciaux empruntent un escalator avec des bannières pour promouvoir les Jeux olympiques de Tokyo

La décision d'aujourd'hui concerne Tokyo et trois autres préfectures voisines qui accueilleront l'essentiel des compétitions, ainsi que Hokkaido (nord), bien que le ministre des Jeux ait déclaré que le public pourrait être autorisé à pénétrer dans d'autres sites à Shizuoka, Fukushima et Miyagi, qui accueilleront des sports tels que le cyclisme, le baseball et le football.

Les organisateurs, qui ont également décidé il y a plusieurs mois d'interdire aux visiteurs étrangers d'entrer dans le pays pendant les Jeux, prévoyaient de tirer environ 800 millions de dollars (670 millions d'euros) de la vente de billets pour les Jeux.

L'état d'urgence entrera en vigueur le lundi 12 juillet afin de freiner l'augmentation des cas de COVID-19 dans la capitale, a déclaré M. Suga à l'issue d'une réunion avec le comité gouvernemental chargé de la gestion de la pandémie, même si, dans la pratique, cette mesure n'entraînera pas beaucoup de changements par rapport à la situation actuelle, hormis un renforcement des restrictions pour les entreprises.

Le pays asiatique a également décidé d'étendre le niveau d'alerte dans la région d'Okinawa (sud-ouest), où il était déjà actif, et de maintenir certaines restrictions dans les préfectures de Chiba, Saitama et Kanagawa, voisines de Tokyo et où se dérouleront également les compétitions des Jeux.

Dans la préfecture d'Osaka (ouest), les mesures seront également maintenues, tandis que dans cinq autres provinces (Hokkaido, Kyoto, Aichi, Hyogo et Fukuoka), elles seront levées à partir de lundi.
 

juegos-olimpicos-tokio-2020
AFP/KAZUHIRO NOGI - Des anneaux olympiques sont vus à côté de policiers (à gauche et à droite) dans le hall des arrivées de l'aéroport international de Tokyo, le 8 juillet 2021

Les organisateurs de l'événement, dont l'ouverture est prévue le 23 juillet, n'ont jamais exclu de tenir des compétitions à huis clos en fonction de la situation épidémique, mais ils ont récemment annoncé leur intention d'autoriser jusqu'à 10 000 spectateurs, soit la moitié de la capacité des sites. La décision d'organiser les Jeux sans le public met fin à l'incertitude et est causée par l'augmentation du nombre de contagions.

Des représentants du comité d'organisation japonais, des comités internationaux olympique et paralympique, des autorités de Tokyo et du gouvernement central japonais doivent se réunir dans le courant de la semaine pour discuter de la question et prendre une décision.

Le gouvernement japonais avait initialement prévu de maintenir certaines restrictions sans déclarer le niveau d'alerte maximal pendant la compétition sportive internationale atypique, reportée d'un an par la pandémie, mais il a été contraint de changer de position en raison de la forte augmentation des infections dans la capitale.

Tokyo a enregistré jeudi un chiffre quotidien de 896 nouveaux cas de COVID, après en avoir compté 920 la veille, un nombre jamais enregistré depuis mai, lorsque le précédent état d'urgence était encore en vigueur dans les zones les plus peuplées du territoire.