PUBLICIDAD

Iberdrola

Les juristes du monde entier considèrent les élections au Venezuela comme "nulles et non avenues

S'abstenir ou voter, dernier appel pour les élections vénézuéliennes
Les juristes du monde entier considèrent les élections au Venezuela comme "nulles et non avenues

 -  

L'Association mondiale des juristes a publié samedi une déclaration signée par plus de 1 000 professionnels du droit de plusieurs pays, dénonçant le fait que les élections législatives du 6 décembre au Venezuela "ne présentent pas les garanties nécessaires pour être considérées comme des élections valides".

Selon l'avis de ces professionnels, les élections, qui n'ont été reconnues ni par l'Union européenne (UE) ni par l'Organisation des États américains (OEA), seront "nulles et non avenues".

La WJA (World Jurist Association), basée à Washington et présidée par l'Espagnol Javier Cremades, veut "mettre en garde l'opinion mondiale contre les tentatives de Nicolas Maduro d'élire une nouvelle Assemblée nationale par un appel qui ne répond pas aux exigences démocratiques minimales. 

Après "cinq ans de mépris de l'Assemblée nationale par un exécutif illégitime, les élections convoquées se dérouleront dans un contexte de manque de transparence et de harcèlement des quelques candidats indésirables au gouvernement", ajoute-t-il. 

Les signataires attirent l'attention sur le fait que la Cour suprême de justice, "en violation de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela, a nommé les cinq recteurs du Conseil national électoral, leur permettant de modifier les lois électorales à leur discrétion.

Javier Cremades, abogado español, presidente de la Asociación Mundial de Juristas
Javier Cremades, abogado español, presidente de la Asociación Mundial de Juristas

Parmi les signataires figurent Álvaro Rodríguez Bereijo, président émérite de la Cour constitutionnelle espagnole et rapporteur de la Charte des droits fondamentaux de l'UE, et Viviane Reding, ancienne vice-présidente de la Commission européenne et ancienne commissaire à la justice.

David Mills, professeur de droit à la Stanford Law School, Augusto Trujillo, président de l'Académie colombienne de jurisprudence, et Johann Kriegler, ancien juge de la Cour constitutionnelle d'Afrique du Sud jusqu'en 2002 et considéré comme une autorité en matière de processus électoraux, ont également signé la déclaration.

Au Venezuela, "nous sommes témoins des mesures prises par une vieille démocratie pour renforcer une dictature", a déclaré M. Kriegler, qui a été le président de la Commission électorale indépendante qui allait organiser les premières élections au suffrage universel réel en Afrique du Sud après l'"apartheid" et qui a été un collaborateur de Nelson Mandela.

Sur la base des informations fournies, et en l'absence des garanties politiques et juridiques mentionnées ci-dessus, qui sont nécessaires pour que les élections soient considérées comme libres et démocratiques, les signataires de la déclaration considèrent que "ces élections ne sont pas valables et rejettent leur tenue". 

Par conséquent, ils considèrent que, pour garantir la protection des droits de l'homme dans ce pays, la légitimité de l'actuelle Assemblée nationale du Venezuela "doit être préservée jusqu'à la tenue d'élections véritablement libres, inclusives et démocratiques". 

Reunion de la Asociación de Juristas Mundiales

Au-delà des questions sur sa transparence, les élections de demain se dérouleront au milieu d'une crise très grave qui place 80 % des citoyens vénézuéliens dans une situation d'extrême pauvreté et de la pandémie de coronavirus, qui a fait 912 morts dans ce pays d'Amérique du Sud.

Un peu plus de 20 millions de Vénézuéliens sont appelés à choisir 277 membres du Parlement parmi quelque 14 400 candidats. Les chefs traditionnels de l'opposition ne figurent pas parmi les candidats, car ils ont choisi de s'abstenir de participer aux élections parce qu'ils les jugeaient frauduleuses.

Bien que les grands noms de l'opposition ne se présentent pas aux élections, certains de leurs partis le feront, avec l'intervention de la Cour suprême de justice (TSJ).

Elecciones en Venezuela

Abstention ou vote, dernier appel pour les élections vénézuéliennes

Samedi, les Vénézuéliens ont tenu leur dernière journée de réflexion avant les élections législatives, au milieu des appels de Chavismo à voter "pour la paix" et des forces d'opposition dirigées par Juan Guaidó, qui ont demandé aux citoyens de rester chez eux et de s'abstenir de participer.

"Il reste 12 heures avant un beau lever de soleil et le début du processus de vote populaire (...), si vous voulez la paix, si vous voulez la démocratie, exercez votre droit de vote demain, dimanche", a déclaré aujourd'hui le président vénézuélien Nicolás Maduro lors d'un événement de travail diffusé sur la télévision publique VTV.

M. Maduro a également présenté l'ancien président bolivien Evo Morales, qui dirige une délégation de personnalités politiques de ce pays qui sera observée par des parlementaires vénézuéliens.

Avec le président vénézuélien, son épouse et candidate à l'un des 277 sièges de l'Assemblée nationale (NA, Parlement) monocamérale, Cilia Flores, a soutenu l'appel à la participation lancé par le dirigeant pro-Chávez et a déclaré que la carte électorale offre des options "pour tous les goûts".

"Il y a des partis d'opposition" dans les élections, a déclaré Flores, que Maduro appelle publiquement la première combattante pour éviter de la désigner comme la première dame.

Elecciones en Venezuela

Cartes "kidnappées

Mais le candidat n'a pas précisé que les principaux partis d'opposition - comme l'historique Acción Democrática - participeront à ces élections après que la Cour suprême de justice (TSJ) ait suspendu ses anciennes directives, qui appelaient à l'abstention, et en ait imposé d'autres.

En outre, et comme prévu, les leaders historiques de ces groupes d'opposition restent en marge des élections, qu'ils rejettent, et ont appelé ce samedi même à un nouveau boycott de celles-ci.

"Ce 6 décembre, voter pour la carte kidnappée de l'Action démocratique (AD), c'est voter pour le régime. Ne soyez pas dupes, l'AD ne participe pas à la fraude", a écrit sur Twitter le leader de l'opposition Henry Ramos, qui s'identifie sur le réseau social comme le secrétaire général national de l'AD, une position dans laquelle le Conseil national électoral reconnaît Bernabé Gutiérrez, un ancien collaborateur de Ramos.

"Nous sommes à quelques heures d'une nouvelle fraude électorale au Venezuela ( ?), les vrais militants démocratiques ne sortent pas pour cautionner cette farce électorale", a déclaré le député Carlos Prósperi, collaborateur de Ramos.

Elecciones en Venezuela

Rester à la maison

De son côté, M. Guaidó a de nouveau demandé aux Vénézuéliens de ne pas participer aux élections, ce qu'il a qualifié de "farce" pour montrer le "rejet" de l'administration Maduro, un ancien chauffeur de bus qui dirige cette nation sud-américaine depuis 2013.

"L'appel aux Vénézuéliens est de rester chez eux ( ?), demain (dimanche) est un jour de rejet, de répudiation (du gouvernement de Nicolás Maduro)", a-t-il déclaré.

Le leader de l'opposition a également déclaré que les élections législatives ont pour but "d'anéantir l'alternative démocratique" au Venezuela.

"C'est l'intention de la dictature, ils ne sont pas intéressés par la légitimité", a-t-il ajouté.

Plus de 20,7 millions de Vénézuéliens sont appelés aux urnes ce dimanche 6 décembre pour renouveler le Parlement vénézuélien monocaméral, seul pouvoir contrôlé par l'opposition.

Prêt à fonctionner

Le ministre de la Défense, Vladimir Padrino, a déclaré aujourd'hui que les forces armées sont "déployées" dans une opération connue sous le nom de Plan República, qui garantit la sécurité des équipements et des centres de vote dans les plus de 29 600 bureaux de vote.

"Tout va très bien, la Force armée nationale bolivarienne (est) déployée sur tout le territoire national ( ?), tout est en place, tu manques, cher frère, chère sœur, nous t'attendons demain, participer est très important", a insisté le ministre dans une vidéo diffusée sur Twitter.

En réponse aux élections, Guaidó a demandé la tenue d'un référendum entre le 7 et le 12 décembre, auquel les citoyens répondront s'ils rejettent les élections législatives, s'ils demandent "la fin de l'usurpation" de la présidence par Maduro et s'ils "ordonnent" que les mesures nécessaires soient prises pour "sauver" la démocratie.

M. Guaidó a déclaré aujourd'hui que la participation à cette consultation constituera un "défi" pour le gouvernement de Maduro, qu'il a qualifié de "dictature", et a prédit la persécution, dans les prochains jours, des dirigeants de l'opposition qui promeuvent ce mécanisme.