PUBLICIDAD

Iberdrola

Les liens militaires entre Israël et le Maroc avant les Accords d'Abraham

Les deux pays étaient en contact au préalable et le Royaume a acheté trois drones à son désormais allié pour combattre le Front Polisario
cooperacion-israel-marruecos

FOTO/ARCHIVO  -   Drapeaux d'Israël et du Maroc

Les Accords d'Abraham ont été un point de stabilité dans l'histoire du monde. Sous la supervision des États-Unis, Israël et plusieurs pays arabes se sont engagés à mettre fin à leur hostilité et à s'engager sur la voie de la coopération et de la paix. L'une de ces nations était le Maroc et, depuis lors, elles sont liées par divers liens et sont de très bons alliés, mais un rapport vient de révéler que cette relation a commencé bien avant la signature des mémorandums de paix historiques.

Selon plusieurs rapports britanniques publiés par le quotidien israélien Haaretz, l'État hébreu aurait vendu en 2014 plusieurs systèmes de défense, dont des drones, des avions, des chars, etc. au Royaume avant la normalisation de leurs relations bilatérales. Le document du journal indique que le pays d'Afrique du Nord a acheté trois drones Heron, créés et exploités par les industries aérospatiales israéliennes

Ces machines auraient été mises en vente pour cinquante millions de dollars et le royaume alaouite aurait accepté le paiement. Haaretz affirme que le Maroc a fait cet achat pour lutter contre le Front Polisario, qui était à l'époque très actif et les conflits entre mouvements pro-marocains ou indépendantistes étaient beaucoup plus fréquents qu'aujourd'hui. Cependant, ils ont été mis en service il y a quelques années seulement et le royaume maghrébin les a utilisés pour moderniser son système de défense
 

dron-israel-marruecos
AFP/ISAAC BREKKEN -  Image de drone

C'est une nouvelle plutôt surprenante. Il semble que les deux pays aient mis leurs différends derrière eux bien plus tôt que nous ne le savons et cela pourrait constituer un précédent pour la manière dont ils s'entendent aujourd'hui. La coopération est désormais monnaie courante entre les deux territoires, et tout porte à croire que leurs liens vont continuer à se renforcer.

En 2020, le Maroc est devenu le troisième État à établir des relations diplomatiques officielles avec Israël, après l'Égypte et la Jordanie. Ce que l'on appelle "l'Accord du siècle" a entraîné des avantages majeurs pour les deux pays, qui se concrétisent encore deux ans plus tard. Premièrement, Israël a reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental en échange de l'établissement de liens.

Aujourd'hui, le Maroc et Israël sont liés par plus qu'un lien de coopération. Les deux pays sont unis par des liens géopolitiques et culturels. Le Maroc possède une forte tradition juive, avec des bâtiments, des monuments, des cimetières et toutes sortes d'éléments du patrimoine juif, ainsi que la plus grande communauté juive d'un pays arabe dans le royaume lui-même. Israël, pour sa part, abrite l'une des plus grandes communautés marocaines résidant à l'étranger.  

embajador-israel-marruecos
FOTO/ ARCHIVO - Le ministre israélien des affaires étrangères, Yair Lapid

Les deux parties coopèrent dans de nombreux secteurs, tels que l'éducation, le tourisme, les investissements, les énergies renouvelables, etc., mais les plus actifs sont la sécurité et l'économie. Les liens de sécurité entre les deux régions remontent à plusieurs décennies, bien qu'ils aient été mis de côté avec les différentes Intifadas, jusqu'à aujourd'hui. Après les Accords d'Abraham, sous la direction de l'ancien président américain Donald Trump, le Maroc a acheté de nombreuses armes à son allié pour renforcer son système militaire. Notamment le Dôme de Fer, un système de défense aérienne avec des missiles et des récepteurs intégrés qui peuvent contrer toute attaque venant de l'air. Israël lui a également vendu des drones Harop, caractérisés par leur attaque kamikaze, des hélicoptères, des avions, des drones, des missiles de croisière, etc. Ils se sont même associés pour construire des bases militaires à des endroits précis du territoire marocain, ce qui confirme une amélioration de leurs relations et de leur potentiel militaire.

Haaretz affirme que les deux pays développent actuellement un autre domaine de coopération. Le journal indique que le Royaume et l'État poursuivent des projets dans le domaine cybernétique et cite le logiciel espion israélien comme exemple de leur travail mutuel. Ce système, développé par la société hébraïque NSO, aurait été utilisé par le Maroc pour pirater les téléphones de journalistes et de militants des droits de l'homme du Front Polisario, tant au Maroc même que dans d'autres pays comme l'Espagne. Mais malgré cela, rien ne permet d'accuser la nation maghrébine et les autorités marocaines nient depuis des mois l'utilisation de ce système à leur avantage.