PUBLICIDAD

Iberdrola

Les manifestations en Iran et leurs éventuelles répercussions

Les manifestations actuelles ont marqué un tournant dans le pays. Les analystes suggèrent un possible durcissement des lois ou, au contraire, le début des réformes
iran-protestas-mujeres

 -  

Les protestations massives suscitées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, ébranlent les fondements du régime iranien. Dix jours après le meurtre de la jeune femme aux mains de la Police de la moralité, des femmes et des hommes iraniens continuent de réclamer justice et un changement politique malgré la réponse violente des autorités. Selon les médias d'État, au moins 41 manifestants ont été tués, mais d'autres sources indiquent que le chiffre réel est beaucoup plus élevé.

Iran Human Rights (IHR), une organisation basée en Norvège, a estimé le nombre de morts à 57, tout en notant que les pannes d'Internet en cours rendent difficile la confirmation de ces données. Le gouvernement a restreint l'accès à Internet, bloquant les réseaux sociaux tels qu'Instagram et WhatsApp. Le portail de surveillance NetBlocks signale également des restrictions sur LinkedIn et Skype. En termes d'arrestations, AP rapporte que plus de 1 200 manifestants ont été détenus par les forces de sécurité

Les manifestations ont débordé les frontières du pays. De Toronto à Istanbul en passant par le siège des Nations unies à New York, les Iraniens de la diaspora expriment également leur rejet du meurtre d'Amini et des violations flagrantes des droits des femmes.

A Paris et à Londres, il y a eu des moments de tension entre les manifestants et la police.  Dans la capitale française, les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes contre des centaines de personnes pour les empêcher de s'approcher trop près de l'ambassade d'Iran, rapporte l'AFP.

La réponse des autorités françaises a été condamnée par les militants iraniens. Sur son compte Twitter, Masih Alinejad a dénoncé l'utilisation de gaz lacrymogènes à Paris "alors qu'Emmanuel Macron serrait la main du président meurtrier de l'Iran", faisant allusion à la rencontre entre le dirigeant français et Ebrahim Raisi à l'Assemblée générale de l'ONU.

Quelque chose de similaire s'est produit à Londres. Les manifestations ont donné lieu à 12 arrestations et cinq agents ont été blessés après que des manifestants - portant le drapeau national prérévolutionnaire et scandant "mort à la République islamique" - ont tenté de franchir les barrières protégeant la mission diplomatique iranienne au Royaume-Uni.  Le maire de la capitale britannique, Sadiq Khan, a qualifié les émeutes de "totalement inacceptables". "La minorité égoïste qui a tenté de prendre le contrôle d'une manifestation pacifique doit être traduite en justice", a-t-il déclaré, selon la BBC

En plus de manifester devant les ambassades ou les consulats, les Iraniens de l'étranger appellent à des mesures plus fermes contre Téhéran. "Nous ne voulons pas qu'ils nous sauvent, nous voulons qu'ils cessent de sauver le régime", a déclaré Alinejad lors d'une manifestation devant l'ONU. Les États-Unis ont déjà pris des mesures et ont décidé de sanctionner la police des mœurs, la brigade responsable de la mort d'Amini, ainsi que sept chefs des forces de sécurité.

De son côté, Téhéran, en plus de répondre par la violence contre les manifestants, a accusé l'Occident de "s'ingérer" dans les affaires intérieures. Pour cette raison, elle a convoqué les ambassadeurs britannique et norvégien, tout en accusant les États-Unis de soutenir les "émeutiers"

Le ministère des Affaires étrangères, dirigé par Hossein Amirabdollahian, a convoqué le chef de la mission diplomatique britannique dans le pays en raison de la "nature hostile" des médias farsi basés à Londres. Le Royaume-Uni a réagi à cette décision en condamnant la "répression des manifestants, des journalistes et de la liberté de l'internet" par l'Iran, rapporte The Guardian. Entre-temps, l'ambassadeur norvégien a été convoqué pour expliquer la "position interventionniste" du président de son parlement, Masud Gharahkhani, qui est d'origine iranienne et a exprimé son soutien aux protestations.

"Tournant"

Depuis 2019, l'Iran n'a jamais connu une aussi forte vague de protestations. À l'époque, la société iranienne était descendue dans la rue pour protester contre la hausse du prix de l'essence. Les autorités ont réagi d'une manière similaire à celle d'aujourd'hui : en coupant l'internet et en utilisant la violence contre les citoyens.

"La réponse des autorités est similaire à celles de 2009 ou 2019. Cependant, maintenant, les gens manifestent dans les quartiers, par intermittence, et le soir. Avant, ils étaient concentrés dans les villes. Cela use les forces armées", explique à Atalayar l'analyste iranien Daniel Bashandeh.

Un certain nombre d'analystes et d'experts soulignent les effets et les conséquences importants des protestations. "C'est un tournant. C'est une réponse populaire aux trois crises que vit la population : crise institutionnelle, économique et surtout sociale", note Bashandeh.

Au think tank Council on Foreign Relations, l'analyste Ray Tekeyh souligne le rôle actuel des femmes dans les manifestations. "Les femmes iraniennes ont participé à des manifestations antérieures, mais celles-ci se distinguent par la véhémence avec laquelle elles s'opposent aux politiques du régime", note-t-il. Toutefois, Tekeyh souligne que les protestations actuelles doivent être considérées comme "faisant partie d'un large éventail de préoccupations", telles que la situation économique des enseignants, des retraités ou des agriculteurs.

Manuel Férez, professeur d'études sur le Moyen-Orient et le Caucase à l'université Alberto Hurtado au Chili, partage cet avis et souligne que les manifestations "sont des expressions sociales au niveau national contre les injustices et les inégalités sociales structurelles du régime". "Le chômage des jeunes, la répression quotidienne et la corruption de l'élite politique ne font qu'aggraver cette situation déjà mauvaise", ajoute-t-il. 

À cet égard, Bashandeh affirme que "l'impact des sanctions imposées à la population iranienne par l'Occident doit également être précisé". "De manière générale, avec les sanctions, la qualité de vie s'est dégradée, l'inflation a augmenté et la monnaie a été dévaluée. Ce sont les raisons qui expliquent en partie la situation actuelle de l'Iran", dit-il.

En ce qui concerne un éventuel changement concernant les droits des femmes, Bashandeh suggère deux scénarios possibles. "Soit un renforcement des mesures sociales conformément aux déclarations de Raisi pour faire face aux protestations. Ou l'initiation de réformes graduelles qui auront un impact immédiat sur les citoyens". Sur ce dernier point, on envisage la possibilité "d'assouplir les exigences du voile et de mettre la politique morale en veilleuse". 

En août dernier, le président Raisi a renforcé le code vestimentaire des femmes dans un nouveau décret. Une décision qui, selon Tekeyh, a été soutenue par la plupart des religieux conservateurs qui contrôlent actuellement les institutions. Par ailleurs, au milieu des protestations et des critiques internationales, le président iranien a refusé une interview à New York avec la journaliste de CNN Christiane Amanpou après que celle-ci ait refusé de couvrir ses cheveux. Comme l'a dit Amanpou sur Twitter, "aucun président précédent n'a exigé cela lorsque je les ai interviewés en dehors de l'Iran".

Toutefois, Bashandeh estime qu'"un équilibre pragmatique pourrait être trouvé". "En raison de la situation, renoncer à vos principes vous coûterait très cher, car cela amènerait les gens à vouloir plus de réformes. Mais, avec des mesures "discrètes", il gagnerait du temps, comme à l'époque de Rohani ou de Khatami, lorsque le voile n'était pas aussi étroitement contrôlé". Toutefois, l'analyste iranien souligne que "le problème sous-jacent demeurerait : une génération post-révolutionnaire qui ne s'identifie pas au régime actuel"

Férez estime que "ce cycle de protestations, de répression et de promesses de réformes sera permanent jusqu'à la chute du régime". Férez affirme qu'il existe certains "problèmes et injustices" qu'ils sont "incapables de réformer", comme le genre (femmes et homosexualité), les minorités ethniques et la dissidence politique.

Férez met également en avant le rôle des femmes et leur combat. "J'ai dit à d'autres occasions que ce que le régime iranien craint le plus, c'est une révolution féministe", souligne-t-il. C'est pourquoi il insiste pour "repenser notre vision du Moyen-Orient afin de l'adapter à cette révolution culturelle dans laquelle les femmes sont un élément central, modernisateur et démocratisant".