PUBLICIDAD

Iberdrola

Les masques marocains qui récoltent un succès foudroyant au monde

Les exportations de ce matériel médical ont atteint 18,5 millions au début du mois de juin
Les employés d'une usine à Casablanca (Maroc) emballent des masques

PHOTO/REUTERS  -   Les employés d'une usine à Casablanca (Maroc) emballent des masques

De la pénurie à l'exportation de près de 20 millions de masques. C'est le chemin que le Maroc a suivi d'avril à début juin. Le pays a réussi à faire de la nécessité une vertu et a atteint l'objectif de fournir des masques faciaux à toute la population. Mais la production a également connu un tel succès que les masques marocains ont été exportés dans 11 pays à travers le monde, dont la France, l'Italie, l'Allemagne, le Mexique et la Belgique. Jusqu'au 9 juin, 18,5 millions d'unités ont été vendues à l'étranger, selon des données traitées par le ministère de l'Industrie et du Commerce et recueillies ce dimanche par le journal Al-Ain News.

Ministro de Industria
PHOTO/REUTERS - Le ministre de l'industrie et du commerce, Moulay Hafid Elalamy, visite une fabrique de masques à Casablanca (Maroc)

Le succès des masques marocains est aussi pour l'économie du pays à un moment très critique pour l'ensemble de l'économie mondiale. Selon le journal Al-Ain News, l'exportation de ce matériel procure au royaume alaouite un revenu en devises étrangères très juteux, provenant principalement d'achats européens.  

Au total, 300 entreprises sont actuellement autorisées au Maroc par le ministère de l'Industrie à produire des masques. Chaque jour, ils produisent 10 millions de masques jetables et quatre millions d'unités réutilisables. Les entreprises ne sont pas les seules à s'être jointes à l'énorme effort de fabrication. Les condamnés qui purgent leur peine apportent également leur aide et 20 000 masques sont sortis des prisons chaque jour, selon les données fournies par l'administration pénitentiaire et recueillies par le journal Al-Ain News.  

Une opportunité pour l'innovation 

Le mot « crise » vient du grec et désigne l'instant où une rupture se produit. En médecine, elle est utilisée pour décrire un moment où le patient n'a plus que deux options : mourir ou aller mieux. L'économie marocaine est passée par un processus similaire. L'organisme statistique officiel du Maroc, le Haut-Commissariat au Plan (HCP), a publié un chiffre effrayant à la mi-mars. Jusqu'à 142 000 entreprises ont été contraintes de suspendre leur activité temporairement ou définitivement en raison de la pandémie. Ce chiffre représente 57 % du tissu productif du pays, constitué de petites entreprises. La fabrication d'équipements médicaux s'avère être une main tendue pour stimuler la production nationale et la reprise économique.  

Fábricas mascarillas
PHOTO/REUTERS - Ligne de production d'une usine axée sur la fabrication de masques pour approvisionner la population pendant la pandémie de coronavirus

« Aujourd'hui, l'industrie nationale fait un saut technologique en matière de qualité. Le Maroc a montré qu'il avait la capacité de produire et de fabriquer très efficacement », a déclaré le ministre de l'Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, dans des déclarations recueillies par Al-Ain News. Ce politicien pense que la veine de production de matériel sanitaire que le Maroc a trouvé sera une source très importante d'opportunités d'emploi pour les Marocains, ce qui fournit également un revenu dans les réserves de devises étrangères très important pour les finances de la nation

Respirador
AFP/FADEL SENNA - Un technicien fabrique un respirateur dans une usine à Nouacer (Maroc), à 30 kilomètres de Casablanca
Au-delà des masques

Outre l'industrie, les instituts de recherche et de développement ont également redoublé d'efforts face au défi posé par la pandémie. Le Maroc a également réussi à fabriquer ses propres respirateurs artificiels 100 % faits maison et un appareil de mesure de la température pour les patients souffrant du COVID-19, grâce au travail et à l'expertise des chercheurs de l'Université polytechnique Mohammed VI. Les respirateurs ont été fabriqués à partir de composants marocains et ont été distribués dans tout le pays, selon la société de conseil Oxford Business Group.