Les ministres des Affaires étrangères turc et grec mettent en scène leurs divergences lors d'une conférence de presse commune

Les ministres turc et grec des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoglu et Nikos Dendias, ont échangé de vives critiques après un sommet bilatéral à Ankara
El ministro de Asuntos Exteriores turco, Mevlut Cavusoglu, y su homólogo griego, Nikos Dendias, en una rueda de prensa en Ankara, Turquía, el 15 de abril de 2021 PHOTO/Ministerio de Asuntos Exteriores de Turquía  via REUTERS

PHOTO/Ministère des affaires étrangères de la Turquie via REUTERS  -   Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et son homologue grec, Nikos Dendias, lors d'une conférence de presse à Ankara, en Turquie, le 15 avril 2021.

Recep Tayyip Erdogan a reçu le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, jeudi à Ankara. Dans la même salle et sur le même canapé sur lequel Ursula von der Leyen était assise lors du sommet entre l'Union européenne et la Turquie, qui s'est terminé par une rebuffade du président turc à l'encontre du président de la Commission européenne, avec la complicité du président du Conseil européen, Charles Michel.

Le président turc a convoqué le chef de la politique étrangère de son gouvernement, Mevlüt Çavuşoglu, à cette réunion. Les dirigeants ont une nouvelle fois passé en revue les nombreux fronts ouverts entre eux, qui vont de l'exploitation des ressources énergétiques dans les eaux de la Méditerranée orientale au contrôle politique de Chypre, en passant par la violation des frontières aériennes et maritimes et leurs divergences sur les questions de migration. 

Cette visite a constitué le premier rapprochement formel entre les représentants directs des deux pays après la menace de confrontation en Méditerranée. Les deux alliés de l'OTAN ont déployé l'ensemble de leur arsenal maritime l'été dernier après que la Turquie a envoyé un navire de recherche énergétique dans des zones maritimes relevant de la souveraineté grecque. Bien que les tensions se soient apaisées en janvier après un premier contact. 

El presidente turco Tayyip Erdogan, acompañado de su ministro de Asuntos Exteriores, Mevlut Cavusoglu, se reúne con el ministro de Asuntos Exteriores griego, Nikos Dendias, en Ankara, Turquía, el 15 de abril de 2021 PHOTO/ Oficina de Prensa Presidencial via REUTERS
PHOTO/ Bureau de presse présidentiel via REUTERS-Le président turc Tayyip Erdogan, accompagné de son ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, rencontre le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias à Ankara, en Turquie, le 15 avril 2021.

Les délégations respectives de la Grèce et de la Turquie ont mené une série de négociations, d'abord à Istanbul, puis à Athènes, sans réaliser de progrès significatifs. En ce sens, la visite de M. Dendias vise à encourager le dialogue et à faciliter un futur sommet entre les chefs d'État des deux pays. Cependant, les deux pays sont engagés dans un conflit diplomatique depuis 1970 et ont tenu plus de 60 sommets depuis 2000.

Les représentants de la politique étrangère de leurs pays respectifs, Nikos Dendias et Mevlüt Çavuşoglu, ont fait un compte rendu de la réunion dans la salle de presse après la rencontre. L'atmosphère pacifique initiale de la conférence de presse s'est rapidement transformée en une dure dispute dialectique entre les deux dirigeants. C'est le ministre grec qui a lancé les hostilités : "La Turquie a violé le droit international en mer Égée et en Méditerranée orientale".

Le différend sur la violation de la souveraineté grecque a été l'un des points critiques de la comparution. "La Turquie a également violé notre souveraineté après avoir survolé la Grèce 400 fois, au-dessus du sol grec, Mevlüt, au-dessus du sol grec !", a affirmé Nikos Dendias. Le ministre grec a déclaré que c'est l'une des raisons qui entravent l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. 

"Vous venez ici et essayez d'accuser la Turquie, de donner un message à votre pays. Il n'est pas possible pour vous de l'accepter", a rétorqué Çavuşoglu. "Si vous accusez durement mon pays et mon peuple devant la presse, je dois être en mesure d'y répondre". Çavuşoglu lui-même a souligné à cet égard que les incursions turques en Méditerranée orientale sont "totalement légales."

Mapa del Mediterráneo occidental con las reivindicaciones de fronteras marítimas de Turquía, Grecia y Chipre AFP/AFP
AFP/AFP-Carte de la Méditerranée occidentale avec les revendications de frontières maritimes de la Turquie, de la Grèce et de Chypre.

Le ministre turc des Affaires étrangères a également réitéré ses appels à la démilitarisation de plusieurs îles grecques de la mer Égée, et a qualifié son homologue grec en réponse aux commentaires de M. Dendias sur les violations du traité de Lausanne - l'accord qui délimite la frontière entre les deux pays : "Vous n'évoquez que ce qui vous arrange." M. Dendias, pour sa part, a souligné que les îles sont militarisées pour une raison évidente, puisqu'il y a des forces militaires turques sur la côte opposée.

Frictions à Chypre et crise migratoire

Lors des négociations précédentes, la Turquie a soulevé une résolution concernant la situation de la minorité musulmane dans la région grecque de Thrace. Les autorités ottomanes ont préconisé la création de comités conjoints pour la restauration des monuments ottomans dans le pays hellénique. Ankara a en outre accusé Athènes d'avoir expulsé 18 000 immigrants, ce que M. Dendias a rejeté.

Çavuşoglu a fait valoir que la Grèce "ne reconnaît la minorité musulmane turque qu'en tant que musulmane et ne lui permet pas d'exprimer ses racines turques, pas même en donnant des noms turcs à ses enfants", et a défendu le droit des musulmans de Thrace à s'appeler Turcs", quel que soit le nom que leur donnent les traités de Lausanne. "Il y a une minorité musulmane en Grèce, elle est reconnue par le traité de Lausanne, c'est l'opinion de l'État grec", a reconnu le ministre Dendias à cet égard.

Cependant, la question clé en termes politiques se situe à Chypre. Erdogan a exigé une solution à deux États sur l'île, qui est divisée depuis l'invasion de la Turquie en 1974 en réaction à un coup d'État soutenu par la Grèce. L'UE et l'ONU soutiennent la création d'une fédération à deux États pour résoudre le conflit, et M. Dendias a admis que "la seule solution acceptée par l'ensemble de la communauté internationale est la fédération bi-zonale-bi-communautaire à Chypre. Il doit y avoir une abstention des actions qui violent les droits de la République de Chypre".

Les dirigeants ont partagé des accusations sur la crise migratoire. Les garde-côtes turcs, ainsi que de nombreuses organisations de défense des droits des réfugiés, ont accusé les garde-côtes grecs de procéder à des expulsions sommaires illégales. Selon Çavuşoglu, la Grèce a renvoyé 80 000 migrants en mer Égée en quatre ans, "poussant même à la mer ceux qui n'ont pas réussi à passer par la Turquie."

El buque turco de investigación sísmica Oruc Reis en el Bósforo en Estambul REUTERS/YORUK ISIK
REUTERS/YORUK ISIK-Le navire de recherche sismique turc Oruc Reis sur le Bosphore à Istanbul.

De son côté, la Grèce nie avoir procédé à des refoulements et accuse la Turquie de ne pas avoir pris de mesures contre les passeurs de migrants opérant depuis ses côtes. "En ce qui concerne l'immigration, la Turquie ne devrait pas donner de leçon à la Grèce après les événements de mars", a défendu le ministre Dendias. 

Au cours de la demi-heure de comparution, ni Çavuşoglu ni son homologue grec n'ont capitulé. Chacun a défendu son camp avec véhémence, mais le ton dur s'est dissipé dès la fin de la série de questions. "J'espère que notre désaccord ne vous a pas conduit à annuler l'invitation à dîner. Parce que j'ai exceptionnellement faim", a reconnu M. Dendias, faisant référence à l'Iftar, le repas de rupture du jeûne du Ramadan qu'ils devaient célébrer ensemble.

"Une condition nécessaire à l'amélioration des relations bilatérales entre la Grèce et la Turquie est la réduction des tensions et l'évitement des actions provocatrices", a prévenu le ministre grec.  "La Grèce est prête à entamer lentement un programme positif avec la Turquie. Cela ne signifie pas l'abandon du droit international, de l'acquis européen. L'UE n'est pas une tierce partie. C'est notre famille, l'exemple le plus fier d'États vivant ensemble dans l'histoire."

"Nous avons accepté de poursuivre le dialogue avec Dendias. Nous avons discuté des questions bilatérales, des problèmes de notre famille, de la lutte contre le terrorisme, de l'immigration et des questions régionales, a informé le ministre turc. "Nous attendons de la Grèce une attitude plus sincère et constructive".