PUBLICIDAD

Iberdrola

Les négociations complexes visant à relancer l'accord sur le nucléaire iranien ont désormais une date

Alors que le stock d'uranium enrichi de l'Iran continue de croître, le négociateur en chef de la République islamique annonce que les négociations sur l'accord reprendront le 29 novembre à Vienne
Vue du réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran

PHOTO/WANA (Agence de presse de l'Asie occidentale  -   Vue du réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran

Le 3 novembre, le diplomate iranien et adjoint au ministère iranien des Affaires étrangères, Ali Bagheri Kani, a publié sur son compte Twitter que les négociations sur le Plan d'action global conjoint (JCPOA) reprendraient le 29 novembre à Vienne. Cependant, les espoirs de sauver l'accord nucléaire s'amenuisent. 

D'une part, l'annonce du responsable israélien s'est accompagnée de mises en garde du président israélien Ebrahim Raisi, qui a souligné que son gouvernement n'accepterait pas les demandes " excessives " des pays occidentaux. "Nous ne quitterons pas la table des négociations", a-t-il déclaré, "mais nous nous opposerons aux demandes excessives qui nuisent aux intérêts du peuple iranien", selon le journal La Vanguardia, qui a rapporté les déclarations du président lors de l'un des événements commémorant le 42e anniversaire de l'occupation de l'ambassade américaine à Téhéran. 

Face à cela, la position des pays occidentaux doit maintenant considérer les violations continues des clauses incluses dans l'accord. Des clauses que l'Iran a systématiquement violées depuis que les États-Unis ont abandonné unilatéralement le traité en 2018. Certaines des mesures établies par le JCPOA en 2015 étaient la limitation des réserves d'uranium enrichi à 300 kg enrichi à un faible niveau ou la restriction de la recherche nucléaire. 

El presidente de Irán, Ebrahim Raisi
AFP/ATTA KENARE - Le président iranien Ebrahim Raisi

En outre, les centrales nucléaires du pays ne sont pas autorisées à enrichir l'uranium au-delà de 3,67 % et il a été décidé que les équipes d'inspection nucléaire de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) auraient un accès régulier à toutes les installations nucléaires sur le territoire iranien. En contrepartie, les sanctions économiques auxquelles l'Iran est soumis par le Conseil de sécurité, les États-Unis et l'UE seraient levées pour la durée de l'accord. 

Ainsi, alors que Bagheri Kani annonce la réactivation des négociations sur l'accord, l'agence Europa Press publie des données montrant que l'Iran a doublé ses réserves d'uranium enrichi à 20 % en un mois seulement. Alors qu'en octobre de cette année, le pays disposait de 120 kg, il en a maintenant plus de 210. Il en va de même pour l'uranium enrichi à 60 %, qui représente aujourd'hui 25 kg, et dont le simple stockage constitue déjà une violation de l'accord nucléaire. Le niveau d'enrichissement requis pour fabriquer des armes nucléaires est de 90%. 

En plus de tout cela, l'AIEA est confrontée à des complications croissantes dans la surveillance et le contrôle de l'activité nucléaire du pays. Selon un rapport publié par Rafael Grossi, directeur général de l'organisation, le 12 septembre, ce "manque d'accès (aux installations) compromet sérieusement la capacité technique à maintenir la connaissance de la situation". 

El secretario general adjunto del Servicio Europeo de Acción Exterior (SEAE), Enrique Mora, y el adjunto iraní en el Ministerio de Asuntos Exteriores, Abbas Araghchi
PHOTO/DÉLÉGATION DE L'UE À VIENNE - Le secrétaire général adjoint du Service européen d'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le député iranien au ministère des Affaires étrangères, Abbas Araghchi

Le développement de l'énergie nucléaire par l'Iran suscite, depuis des décennies, une énorme inquiétude chez ses voisins arabes et dans les pays occidentaux. Toutefois, l'Iran a toujours affirmé qu'il ne cherchait pas à développer d'armes nucléaires et que toute l'énergie produite était destinée à un usage civil. 

Néanmoins, ces hypothèses ont été remises en question par la communauté internationale. Des inquiétudes qui n'ont été que renforcées par des déclarations telles que celle de Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, qui a récemment déclaré que le pays "a produit 25 kg d'uranium enrichi à 60 %", ce que seuls les "États dotés d'armes nucléaires" avaient réussi jusqu'à présent. 

De leur côté, plusieurs analystes occidentaux estiment que le comportement de l'Iran pourrait faire partie d'une stratégie visant à renforcer sa position de négociation, et que la gestion du volume croissant d'uranium enrichi ne serait qu'une monnaie d'échange à utiliser pour parvenir à un accord. 

La Organización de Energía Atómica de Irán muestra máquinas centrífugas en la instalación de enriquecimiento de uranio de Natanz en el centro de Irán
PHOTO/Organisation iranienne de l'énergie atomique via AP - L'Organisation iranienne de l'énergie atomique présente des centrifugeuses dans l'usine d'enrichissement de l'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran.
Renégociation américaine pour revenir à l'accord

La position du géant américain sur le JCPOA est l'autre axe sur lequel repose la viabilité de l'accord. Depuis la décision unilatérale de l'ancien président américain Donald Trump en 2018 de quitter le pacte, l'autorité des autres membres - France, Allemagne, Russie, Chine, Royaume-Uni et Union européenne - est remise en question. 

La sortie des États-Unis a été justifiée par le président de l'époque après que les autres signataires aient refusé de renégocier les clauses. L'administration Trump a exigé la fin du point qui a permis à l'Iran de relancer son programme nucléaire, ainsi que la limitation du programme balistique et l'arrêt de l'ingérence de Téhéran dans la région. Face à ce refus, Donald Trump a annoncé que depuis sa sortie du pacte, il appliquerait le plus haut niveau de sanctions économiques à l'Iran. Des sanctions que Bagheri Kani a qualifiées d'"injustes" et d'"inhumaines". 

Cependant, l'arrivée au pouvoir de Joe Biden au début de l'année 2021 semble rendre un accord à nouveau possible. Bien que le président n'approuve pas les exigences de l'Iran - qui comprennent la levée de toutes les sanctions américaines à l'encontre du pays - il a déclaré que, tant que l'Iran "respecte" les mesures convenues, les États-Unis seraient disposés à négocier son retour au Plan d'action global conjoint.