Les négociations nucléaires se poursuivent après la victoire de Raisi en Iran

Le gouvernement iranien actuel espère parvenir à un accord avant que Raisi ne prenne ses fonctions en août
Atalayar_negociaciones acuerdo nuclear

Delegación de la UE en Viena via REUTERS  -   Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le député du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, au début d'une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne

La victoire du clerc ultraconservateur Ebrahim Raisi crée une nouvelle scène politique en Iran. Sur le plan interne, il s'est engagé à lutter contre la corruption et à améliorer la situation économique des jeunes. Il a également déclaré que son gouvernement allait stimuler la production grâce à une "gestion efficace". Le nouveau président devra faire face à la grave crise économique que traverse le pays, accentuée par les sanctions américaines et la pandémie de coronavirus.

En matière de politique étrangère, les négociations sur l'accord nucléaire de 2015 sont au centre des préoccupations de la communauté internationale. Ces pourparlers ont débuté en avril dans le but d'amener les États-Unis à revenir sur l'accord et l'Iran à le respecter intégralement. L'ancien président Donald Trump a décidé de quitter l'accord en 2018. Depuis lors, Téhéran ne l'a pas respecté, enrichissant de l'uranium avec une pureté de 60 %, bien au-delà de ce qui est autorisé (3,67 %). De plus, ce pourcentage est proche de celui requis pour produire une bombe nucléaire (90 %).

Le nouveau président, Raisi, s'est rangé aux côtés des secteurs iraniens opposés au pacte nucléaire, même si, pendant la campagne, il a promis de respecter tout compromis accepté par l'administration précédente. Il a toutefois annoncé son intention de former un gouvernement "fort" pour orienter l'accord dans "la bonne direction".

Atalayar_Ebrahim Raisi
PHOTO/Majid Asgaripour/WANA REUTERS -  Ebrahim Raisi

Malgré la récente victoire de Raisi et l'incertitude entourant l'accord de 2015 avec le nouveau gouvernement, les négociations nucléaires se poursuivent. Ce dimanche, les cinq grandes puissances, l'Allemagne, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie, se sont à nouveau réunies à Vienne avec l'Iran. Ce sommet est le sixième cycle de réunions sur l'accord nucléaire.

Les États-Unis ont exprimé leur volonté de continuer à progresser dans les négociations malgré le changement de présidence. "Nous aimerions poursuivre les progrès significatifs qui ont été réalisés au cours des derniers cycles de négociations à Vienne", a déclaré un porte-parole du département d'État. Washington s'est également exprimé sur la victoire de Raisi, déplorant que les citoyens iraniens aient été privés "d'un processus électoral libre et équitable". Malgré les critiques, les États-Unis se sont engagés à poursuivre le processus de négociation.

Israël, le grand ennemi de l'Iran, a suivi la ligne américaine, qualifiant la victoire de Raisi de "grand défi pour Israël et l'Occident". De même, le Mossad a assuré que l'élection du religieux "radicalise la conduite de l'Iran en matière de politique étrangère, nucléaire et terroriste".

Atalayar_programa nuclear iraní
PHOTO/AFP - Un embargo sur les armes imposé par les Nations unies à l'Iran pendant dix ans, qui l'empêchait d'acheter des armes étrangères telles que des chars et des avions de combat.

Amnesty International s'est également montrée critique à l'égard du nouveau président iranien. L'organisation a demandé une enquête sur les crimes présumés contre l'humanité. Elle accuse Raisi d'être impliqué dans une série d'exécutions de milliers d'opposants politiques dans les années 1980. Human Rights Watch le désigne également comme un "superviseur de certains des crimes les plus odieux de l'histoire récente de l'Iran".

L'administration de Rohani veut conclure des accords avant de quitter le pouvoir

L'exécutif iranien actuel, qui restera au pouvoir jusqu'à l'entrée en fonction de Raisi en août, espère qu'une résolution sera trouvée avant la formation officielle du nouveau gouvernement. "Il y a de bonnes chances que nous parvenions à un accord avant la fin de notre mandat", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. "Le texte est de plus en plus propre", a ajouté Zarif.

Atalayar_Zarif
PHOTO/REUTERS - Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères de l'Iran

Cependant, tous les pays menant les négociations ne sont pas d'accord avec le ministre iranien. "Un accord pour restaurer le pacte nucléaire est à notre portée, mais il n'a pas encore été conclu", a déclaré le négociateur russe Mikhaïl Ulyanov. "Certaines questions difficiles nécessitent beaucoup de temps et restent non résolues", a-t-il ajouté. Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères, est d'accord avec Ulinanov, affirmant qu'il existe encore des "désaccords importants".

Malgré les divergences de vues, les négociateurs disposent encore de plusieurs semaines pour parvenir à un accord avant le transfert de pouvoir à Téhéran.