PUBLICIDAD

Iberdrola

Les Nations unies entrevoient un accord possible sur le barrage éthiopien

La directrice du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Inger Andersen, s'est montrée optimiste quant à une éventuelle résolution du conflit sur la DIRD
La presa del Gran Renacimiento de Etiopía REUTERS/TIKSA NEGERI

REUTERS/TIKSA NEGERI  -   Le grand barrage de la Renaissance éthiopienne

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) fait l'objet de litiges depuis le lancement du projet par les autorités éthiopiennes, il y a plus de dix ans. Le Caire et Khartoum ont accusé Addis-Abeba d'unilatéralisme en prenant des décisions sur une infrastructure qui affecterait les réserves d'eau des deux pays.

Après l'échec de multiples négociations, les Nations unies ont annoncé jeudi dans un communiqué qu'elles étaient prêtes à "soutenir l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan dans leurs efforts pour résoudre le conflit". L'organisation est optimiste et voit un accord possible dans le cadre du dialogue.

"Un accord peut être trouvé", a déclaré la directrice du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Inger Andersen. "La coopération entre les trois pays n'a jamais été aussi importante alors que la demande en eau augmente", a-t-elle ajouté.

Anger Andersen, directora ejecutiva del Programa de las Naciones Unidas para el Medio Ambiente (PNUMA) AP/SALVATORE DI NOLFI
AP/SALVATORE DI NOLFI-Anger Andersen, directeur exécutif du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)

"Dans le même temps, ils sont également confrontés à la menace d'une augmentation des inondations et de sécheresses plus intenses en raison du changement climatique", a déclaré Andersen. L'économiste et environnementaliste danois a souligné l'importance pour les parties de travailler ensemble : "La confiance, la transparence et un engagement ouvert seront essentiels pour parvenir à un accord".

Le Conseil de sécurité de l'ONU a tenu une session difficile jeudi à la demande de l'Égypte et du Soudan pour rouvrir le débat. Le Caire et Khartoum se sont tous deux tournés vers cet organe de 15 membres et ont envoyé leurs représentants de politique étrangère à New York après la décision de l'Éthiopie de procéder au deuxième remplissage du barrage. 

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a qualifié le projet de barrage de "menace existentielle" pour des millions de personnes et a prévenu que ce deuxième remplissage violait un accord signé en 2015. 

El ministro de Asuntos Exteriores de Egipto, Sameh Shukri AFP/ FETHI BELAID
AFP/ FETHI BELAID-Le ministre égyptien des affaires étrangères Sameh Shukri

Le ministre des Affaires étrangères a également exigé que le Conseil de sécurité adopte une résolution immédiate : "Nous n'attendons pas du Conseil qu'il formule des solutions aux questions juridiques et techniques en suspens, et nous ne demandons pas non plus qu'il impose les termes d'un accord. Cette résolution est de nature politique et son but est de relancer les négociations", a déclaré Shoukry.
 
Pour sa part, son homologue soudanaise Mariam al-Mahdi a exhorté l'organisme à agir et a prévenu que le silence serait interprété comme un feu vert pour que l'Éthiopie continue à remplir le réservoir du barrage. 

Le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, Seleshi Bekele Awulachew, s'en est pris à ses voisins, affirmant que, contrairement à l'Égypte et au Soudan, "l'Éthiopie ne dispose pas d'importantes réserves d'eau souterraine". Pour Addis-Abeba, Le Caire et Khartoum, la seule prétention est d'empêcher à tout prix le pays de se développer.

El Ministro de Agua, Riego y Energía de Etiopía, Seleshi Bekele, da una conferencia de prensa con el Ministro de Asuntos Exteriores de Etiopía el 3 de marzo de 2020 en la capital etíope, Addis Abeba AFP/ MICHAEL TEWELDE
AFP/ MICHAEL TEWELDE-Le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie, Seleshi Bekele, tient une conférence de presse avec le ministre éthiopien des Affaires étrangères, le 3 mars 2020, dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba.

"L'UA s'est approprié la question et facilite habilement nos négociations", a conclu le représentant éthiopien. Cependant, le rôle de l'UA dans la gestion de la crise a été résiduel et inefficace. 

C'est ce qu'a reconnu l'envoyé spécial des Nations unies pour la Corne de l'Afrique, Parfait Onanga-Anyanga, qui a constaté l'incapacité de l'UA à progresser lors des dernières négociations parrainées par l'UA. À cet égard, même la Ligue arabe a soutenu l'intervention du Conseil de sécurité.

La seule proposition formelle, émise avant la session de jeudi, provenait de la Tunisie. La feuille de route proposée par les autorités tunisiennes prévoit l'arrêt du remplissage du barrage par l'Éthiopie et un accord contraignant entre les parties sur l'exploitation du barrage dans un délai de six mois.

En tout état de cause, cette résolution briserait le processus de médiation mené par l'Union africaine. Depuis Addis-Abeba, l'institution africaine est considérée comme le seul arbitre légitime pour résoudre le différend, de sorte que l'Éthiopie tente d'éviter toute "ingérence" de la part d'autres organismes.

Mapa de África Oriental que muestra el Nilo y la Gran Presa del Renacimiento Etíope AFP/AFP
AFP/AFP-Carte de l'Afrique de l'Est montrant le Nil et le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne.
Ressources finies

En avril 2011, l'Éthiopie a commencé la construction du barrage sur le Nil Bleu, l'un des plus importants affluents du Nil, ce qui a marqué le début du différend. À l'époque, l'objectif d'Addis-Abeba était de développer le plus grand projet hydroélectrique du continent africain. 

L'Éthiopie a besoin de produire de l'électricité, pas tant pour l'exportation que pour son usage domestique, et justifie le projet pour garantir l'accès à l'électricité à la majorité de sa population. Il convient de noter que plus de la moitié des 120 millions d'habitants de l'Éthiopie n'ont pas l'électricité.

De nombreux Éthiopiens ont contribué au projet à hauteur de millions de dollars en achetant des obligations d'État. Les autorités espèrent pouvoir stocker 74 milliards de mètres cubes d'eau et produire plus de 5 000 mégawatts d'électricité une fois le projet achevé.

La construction de la DIRD est en voie d'achèvement. Le barrage est achevé à 80 % et devrait atteindre sa pleine capacité en 2023.

PHOTO/GIOIA FORSTER - Construcción de la Gran Presa del Renacimiento Etíope en el noroeste de Etiopía
PHOTO/GIOIA FORSTER - Construction du barrage de la Grande Renaissance éthiopienne dans le nord-ouest de l'Éthiopie.

Dans ce contexte, le réservoir derrière le barrage a commencé à se remplir pour la première fois il y a un an, et lundi dernier, Addis-Abeba a notifié à l'Égypte que la deuxième phase de remplissage du réservoir avait commencé.

Il devrait permettre de capter 13,5 milliards de mètres cubes d'eau pendant les fortes pluies de juillet et août. Alors que l'Égypte et le Soudan soutiennent que tout remplissage supplémentaire doit se faire dans le cadre d'un accord.

L'Égypte craint que le barrage ne réduise ses réserves. Cependant, le Caire a été pendant des siècles le seigneur et le maître du Nil, une position dont il a perdu les droits exclusifs. Le Soudan, pour sa part, a exprimé des inquiétudes quant à la sécurité du barrage et à ses effets sur ses propres barrages et stations d'eau. Yasir Abbas, ministre soudanais de l'irrigation, a déclaré que le barrage éthiopien pourrait affecter le fonctionnement du barrage national de Roseires.

Le problème sous-jacent est la rareté des ressources en eau. Il n'y a pas assez d'eau pour répondre aux besoins des 11 nations qui dépendent du bassin du Nil. Quelque 260 millions de personnes vivent dans cette région et l'Égypte est de loin le pays dont le plus grand nombre de citoyens dépendent des eaux du Nil - quelque 86 millions de personnes, soit 94 % de sa population.