PUBLICIDAD

Iberdrola

Les pays concernés par le gazoduc Nigeria-Maroc connaîtront un essor économique important

Selon l'expert Younes Maamar dans un entretien avec la MAP, la construction de l'oléoduc représente une grande opportunité pour stimuler les économies de ces nations
AFP/PHILIP OJISUA – El presidente nigeriano Muhammadu Buhari (Derecha) estrecha la mano del rey de Marruecos, Mohamed VI, a su llegada al palacio presidencial en Abuja

AFP/PHILIP OJISUA  -   Le président nigérian Muhammadu Buhari (à droite) serre la main du roi du Maroc Mohammed VI à son arrivée au palais présidentiel à Abuja

La construction du gazoduc Nigeria-Maroc est en cours et tout indique que ce projet aura des conséquences très positives. Younes Maamar, un expert marocain en énergie et en développement, a été interviewé par l'agence de presse officielle marocaine, MAPNews, où il a déclaré que le gazoduc sera bénéfique à tous égards. 

Maamar affirme que le gazoduc sera principalement positif dans les pays qu'il traversera. Ces nations verront leur économie s'améliorer et, par conséquent, leurs attentes économiques croîtront et entraîneront une amélioration du niveau de vie de leurs citoyens. Il convient de rappeler que le gazoduc traversera le Bénin, le Ghana, le Togo, le Liberia, la Côte d'Ivoire, la Sierra Leone, la Guinée, la Gambie, la Guinée-Bissau, le Sénégal et la Mauritanie, ainsi que le Nigeria et le Maroc, où il commence et termine son parcours. Enfin, le gaz sera transporté du pays alaouite vers l'Espagne. 

"L'importance de ce projet est le développement d'une infrastructure gazière régionale au profit de tous les pays que ce gazoduc traversera, car il permettrait de faire trois choses. Premièrement, cela consoliderait les petits marchés de tous ces pays qui, seuls, n'ont pas la masse critique pour développer une infrastructure gazière pour leur propre marché", explique l'expert en énergie. 

Ces pays, qui auront leur part de gaz, pourront faire évoluer leur mix énergétique. De cette façon, l'énergie sera payée à un coût moindre et certains secteurs, comme ceux de l'électricité et de l'industrie, seront soulagés de leurs paiements de consommation élevés. Ceci, à son tour, permettra aux marchés de s'unir et de mobiliser des financements pour le développement du projet. 

REUTERS/WOJCIECH KARDAS  -   El gasoducto marroquí-nigeriano está cada vez más cerca de hacerse realidad. El proyecto ya toma forma por el impulso de las autoridades marroquíes y nigerianas
REUTERS/WOJCIECH KARDAS  -   Le gazoduc maroco-nigérian est en passe de devenir une réalité. Le projet prend déjà forme grâce à l'impulsion des autorités marocaines et nigérianes

D'autre part, les pays concernés auront également la possibilité de développer leur propre potentiel géologique. Au fur et à mesure que l'industrie se développe, les gisements de gaz et autres seront dynamisés et commenceront à fonctionner plus efficacement. De plus, en ayant un pipeline, chacune de ces nations sera en possession d'une taxe de transit qui encouragera le financement et la circulation des citoyens entre les territoires. 

La construction du gazoduc servira de lien entre tous les pays qu'il traversera. C'est ce qu'ont assuré Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, et son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama. 

Il y a un mois, lors de la première réunion ministérielle des États africains de l'Atlantique, les deux dirigeants ont eu l'occasion de discuter de l'avancement du projet et de la manière dont il affectera chacune des régions qu'il traversera. Ils ont convenu que le gazoduc sera le moteur d'une congrégation amicale entre tous les pays d'Afrique de l'Est, car ils en tireront des avantages économiques.

"C'est un projet qui va de l'avant, qui sera un modèle d'intégration régionale et qui changera le visage de l'Atlantique et de l'Afrique de l'Est", a déclaré Bourita lors de l'événement.

PHOTO/ARCHIVO  -   El gasoducto, promovido por la Oficina Nacional de Hidrocarburos y Minas de Marruecos (ONHYM) y la Corporación Nacional de Petróleo de Nigeria (NNPC) conecta
PHOTO/ARCHIVO  -   Le gazoduc, promu par l'Office National des Hydrocarbures et des Mines du Maroc (ONHYM) et la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), relie les autorités marocaines et nigérianes aux gazoducs marocains et nigérians

Le gazoduc Nigeria-Maroc serait le plus long gazoduc du monde. Il sera long de 7 000 km et reliera économiquement 15 pays. Ce méga-projet, promu à la fois par le roi Mohammed VI du Maroc et le président nigérian Muhammadu Buhari, est en cours depuis des années. La conception, la construction et l'exploitation sont assurées par plusieurs entreprises réputées pour leur expérience dans ce type d'idées énergétiques, comme la société Worley. Il bénéficie également de l'aide d'institutions telles que l'Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM) et la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), qui sont les principaux moteurs du pipeline.

À ce stade, le projet n'en est encore qu'à ses débuts. Les premières esquisses et la conception technique ont déjà été réalisées, mais il faudra encore un certain temps avant que le projet ne devienne réalité. Malgré cela, tous les pays concernés ont donné leur feu vert pour que les travaux commencent dès que possible.

Sa construction promet de résoudre plusieurs problèmes auxquels est actuellement confrontée la crise énergétique. La guerre en Ukraine et le blocus de la Russie amènent tous les pays à chercher une alternative en attendant que la situation se calme. Ce gazoduc serait une réponse très judicieuse et les pays qu'il traverse verront une réduction drastique de leurs importations de gaz et de pétrole brut.