Les pourparlers avec les États-Unis se heurtent à des obstacles difficiles mais pas impossibles à surmonter, selon l'Iran

Les négociations entre Téhéran et Washington en vue de reprendre le pacte nucléaire de 2015 se poursuivent
Atalayar_ portavoz del gobierno iraní, Ali Rabiei

PHOTO/AFP  -   Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabiei

L'Iran affirme que les négociations avec les États-Unis ne sont pas dans l'impasse, mais que des questions difficiles subsistent. Il estime que les obstacles à la relance de l'accord de 2015 avec les puissances mondiales ne sont pas insurmontables, mais qu'ils sont compliqués. Le porte-parole iranien Ali Rabiei a démenti que les négociations aient ralenti. Mercredi, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que les principales questions opposant Téhéran et Washington avaient été résolues lors des négociations nucléaires en cours à Vienne, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA.

Des négociations sont en cours depuis avril en Autriche entre l'Iran et les six puissances pour que Téhéran et Washington élaborent, respectivement, des mesures sur les activités nucléaires et les sanctions, afin que le pacte de 2015, officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint (JCPOA), puisse être repris. "Aujourd'hui, nous avons assisté à la résolution de questions importantes avec les États-Unis", a déclaré Rohani lors de la réunion du cabinet.

"Il n'y a pas d'impasse dans les pourparlers de Vienne", a déclaré le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabiei, lors d'une conférence de presse diffusée en direct sur un site Internet d'État. "Les négociations ont atteint un stade où certaines questions clés doivent être décidées, et ces questions exigent une attention appropriée, du perfectionnisme et du temps.

Atalayar_El presidente iraní, Hasan Rohaní
PHOTO/WEB OFFICIEL DE LA PRESIDENCE IRANIENNE VIA REUTERS - Le président iranien Hasan Rohani

Les grands projets économiques inaugurés récemment et qui seront ouverts dans un avenir proche en Iran sont les "signes" de l'échec des pressions économiques anti-iraniennes de l'ancien président américain Donald Trump, a noté le président iranien. Il a salué ce qu'il a appelé la "victoire" de son administration face aux défis posés par les États-Unis, en les reliant à la patience et à la prudence du peuple iranien, ainsi qu'aux conseils de son administration.

En mai 2018, Trump a retiré Washington du JCPOA et a réimposé unilatéralement des sanctions à l'Iran. En réponse, Téhéran a progressivement cessé de mettre en œuvre certaines parties de ses engagements au titre du JCPOA à partir de mai 2019.

Depuis lors, Téhéran s'est lancé ces trois dernières années dans des contre-mesures, notamment des menaces d'enrichissement de l'uranium, une voie potentielle vers la bombe nucléaire. "Il est naturel qu'en raison des complexités créées par les nombreuses sanctions de l'administration Trump et les mesures de l'Iran [...] de nombreux détails doivent être pris en compte, mais aucun de ces obstacles n'est insurmontable", a déclaré le porte-parole du gouvernement iranien.

Atalayar_Joe Biden, presidente electo Estados Unidos
AP/CAROLYN KASTER - Le président élu des États-Unis, Joe Biden

Par ailleurs, deux diplomates occidentaux et un responsable iranien ont déclaré que les discussions allaient probablement s'interrompre jeudi pour des consultations dans les capitales respectives. Il n'est toutefois pas certain qu'elles reprennent avant l'élection présidentielle iranienne du 18 juin, au cours de laquelle un partisan de la ligne dure devrait remplacer le pragmatique président sortant. Lundi, le vice-ministre des affaires étrangères et principal négociateur nucléaire de l'Iran a exprimé des doutes quant à la possibilité que le cycle actuel de négociations soit le dernier.

Il a également noté que des "progrès satisfaisants" avaient été réalisés dans les pourparlers de Vienne ; toutefois, les négociations ont atteint un stade où certaines questions clés doivent être tranchées, et ces questions requièrent une attention, une finesse et un temps adéquats.

Le président américain Joe Biden a déclaré que Washington reviendrait sur le pacte si Téhéran recommençait d'abord à respecter ses limites strictes en matière d'enrichissement de l'uranium.

Atalayar_Mohammad Javad Zarif, ministro Asuntos Exteriores Irán, Agencia Internacional Energía Atómica
WANA/MAJID ASGARIPOUR - Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (G) rencontre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi (D) à Téhéran, en Iran, le 21 février 2021

En outre, la France, signataire de l'accord, a exprimé son inquiétude après qu'un rapport publié lundi par l'organisme de surveillance nucléaire de l'ONU ait montré que l'Iran n'avait pas fourni d'explications sur les traces d'uranium trouvées dans plusieurs sites non déclarés. La porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Agnès von der Muhll, a demandé si Paris souhaitait ressusciter une résolution critiquant l'Iran auprès de l'agence de surveillance nucléaire de l'ONU (AIEA) pour ne pas avoir clarifié la question de l'uranium. À cet égard, elle a déclaré : "Nous appelons fermement l'Iran à fournir ces réponses dans les meilleurs délais."

Il y a trois mois, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont abandonné le projet, soutenu par les États-Unis, d'un conseil des gouverneurs de l'AIEA composé de 35 pays, qui prévoyait d'admonester l'Iran pour n'avoir pas pleinement expliqué l'origine des particules. Les trois ont fait marche arrière alors que le chef de l'organisation, Rafael Grossi, annonçait de nouveaux pourparlers avec l'Iran.

La Commission mixte du JCPOA a commencé à se réunir hors ligne le 6 avril à Vienne pour poursuivre les discussions sur un éventuel retour des États-Unis au JCPOA et sur la manière de garantir une mise en œuvre complète et efficace de l'accord nucléaire.