PUBLICIDAD

Iberdrola

Les principaux candidats aux élections en Libye

Parmi les candidats à la présidence figurent le maréchal Khalifa Haftar, l'actuel Premier ministre Abdul Hamid Dbeibe et le fils de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Gaddafi, Saif al-Islam
Unas personas comprueban sus nombres para recibir sus tarjetas de votante dentro de un colegio electoral en Trípoli, Libia, el 8 de noviembre de 2021

REUTERS/HAZEM AHMEDAR  -   Des personnes vérifient leur nom pour recevoir leur carte d'électeur dans un bureau de vote à Tripoli, en Libye, le 8 novembre 2021.

Depuis que la Commission électorale libyenne a annoncé l'ouverture de la période d'enregistrement pour les prochaines élections, plusieurs candidats de premier plan ont déposé leur candidature. Les élections, prévues le 24 décembre, sont les premières à se tenir en Libye depuis son indépendance de l'Italie en 1951. Ils pourraient également inaugurer une nouvelle ère en Libye, plongée dans l'instabilité depuis la chute de Mouammar Gaddafi en 2011. Depuis cette année-là, la société libyenne n'a connu que violence et insécurité. De même, la population civile a vu comment son pays est devenu un échiquier pour certaines puissances internationales qui tentent d'accroître leur influence dans la région. À cet égard, il convient de noter le nombre élevé de mercenaires étrangers en Libye, un problème auquel le prochain gouvernement devra s'attaquer.  

Cependant, au milieu de cette situation chaotique, en octobre 2020, un événement a eu lieu qui a redonné espoir à la population libyenne. Le gouvernement d'entente nationale (GNA) et l'armée nationale (LNA), dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, ont convenu d'un cessez-le-feu permanent. Les Nations unies ont considéré cette évolution comme une "étape fondamentale vers la paix et la stabilité". Aujourd'hui, avec les prochaines élections de décembre, la Libye espère poursuivre sur cette voie de l'harmonie et de la sécurité. 

Parmi les candidats figurent des figures clés de la scène politique libyenne. Il y a des prétendants des deux côtés et même l'ancien régime de Gaddafi est présent à travers son fils. 

elecciones libias
AFP/MAHMUD TURKIA - Photo d'archive, bureau de vote à Tripoli le 8 novembre 2021.
Khalifa Haftar  

Le maréchal libyen et leader de la LNA a démissionné de son poste militaire en septembre dernier afin de pouvoir se présenter aux élections. Selon une loi adoptée par le président du Parlement, Aguilah Saleh, qui est également candidat aux élections, les aspirants doivent quitter leur poste trois mois avant les élections. S'ils ne parviennent pas à obtenir les votes nécessaires pour devenir président, ils pourront retourner à leurs postes respectifs.  

Bien qu'il ait annoncé sa démission en septembre, Haftar a officiellement présenté sa candidature le 16 novembre. S'exprimant lors d'une émission de télévision, le maréchal a déclaré qu'il se présentait pour "conduire notre peuple à la gloire, au progrès et à la prospérité". Haftar a déclaré qu'il ne "court pas après le pouvoir". Le maréchal est le seul capable de sortir la Libye de la crise qui a englouti le pays depuis les soulèvements qui ont renversé Gaddafi.  

Ce général de 78 ans, originaire d'Ajdabiya (Cyrénaïque), a été présent à plusieurs moments clés de l'histoire de la Libye. Il a soutenu Kadhafi pendant la révolution verte de 1969 contre le roi Idris Ier, mais a également vécu la fin de l'ancien dirigeant libyen.  

Après avoir renversé Idris Ier, Gaddafi a nommé Haftar chef d'état-major de l'armée. Le maréchal est diplômé de l'académie universitaire militaire de Benghazi en 1966, bien qu'il ait également été formé en Union soviétique. Par la suite, pendant le conflit entre la Libye et le Tchad, entre 1978 et 1987, il a été le commandant des forces nationales.  

haftar
AFP/ABDULLAH DOMA -Haftar s'est inscrit le 16 novembre pour se présenter aux élections du 24 décembre.

Cependant, cette guerre a été sa chute de grâce. Haftar a été vaincu et capturé par les forces tchadiennes soutenues par la France. En plus d'être prisonnier de guerre, le maréchal est accusé de tradition par son propre pays pour avoir abandonné les troupes. Après plusieurs années de prison, il est libéré en 1990 et s'exile aux États-Unis, plus précisément dans l'État de Virginie, à proximité de la CIA à Langley. C'est pourquoi les analystes et les experts ont affirmé que Haftar a commencé à coopérer avec l'agence de renseignement pour faire tomber le régime de Gaddafi.  

Le maréchal a décidé de rentrer dans son pays via l'Égypte en 2011, lorsque les soulèvements qui allaient entraîner la fin de Kadhafi ont commencé. Après la chute du leader libyen, la piste d'Haftar s'est perdue pendant quelques années, jusqu'en 2014, lorsqu'il a annoncé son plan pour "sauver la nation". Cette année-là, il a lancé l'opération Dignité dans la ville de Benghazi, dans l'est du pays, contre des groupes islamistes et liés aux Frères musulmans. L'objectif de Haftar était de "mettre fin au contrôle de l'État par les islamistes". Le LNA a réussi à les chasser de la ville et d'autres bastions clés en 2016. Dans le cadre de ce conflit, Haftar a reçu le soutien de plusieurs pays, dont la Russie, les Émirats arabes unis, la Jordanie, l'Égypte et la France.  

Ayant vaincu une grande partie des factions islamistes du pays, Haftar aspire désormais à devenir président. "J'appelle tous les Libyens à prendre la bonne décision, une décision qu'ils ne regretteront pas", a-t-il déclaré après avoir présenté sa candidature. 

Abdul Hamid Dbeibe 

L'actuel premier ministre du GNA a également choisi de se présenter aux élections, malgré les obstacles juridiques. Comme indiqué ci-dessus, les candidats doivent se retirer trois mois avant les élections, mais Dbeibe reste en poste.  

dbeibe
AFP/MAHMUD TURKIA - Le Premier ministre libyen par intérim, Abdulhamid Dbeibah, s'exprime lors d'une réunion des hauts fonctionnaires du ministère de l'Intérieur sur le thème des "élections sûres", au siège du ministère de l'Intérieur dans la capitale Tripoli, le 23 octobre 2021.

Cet homme d'affaires et ingénieur de 62 ans est issu d'une famille aisée de la ville côtière de Misurata. Dbeibe a fait ses études à l'université canadienne de Toronto et, avant la chute de Kadhafi, il dirigeait un certain nombre d'entreprises liées au pétrole, rapporte l'AFP. Il était également responsable de la société de développement et d'investissement et supervisait des projets de construction dans des endroits tels que Al Jufrah et Syrte, la ville natale de Gaddafi. 

Après le triomphe de la révolution contre l'ancien dirigeant, Dbeibe a décidé de se lancer dans la politique. Ce parcours l'a conduit à devenir Premier ministre en 2021 pour une période de 10 mois, jusqu'à l'organisation d'élections.  

Comme la LNA, le gouvernement de Dbeibe (GNA) a reçu un soutien étranger. Dans ce cas, principalement la Turquie et le Qatar. L'actuel Premier ministre entretient de bonnes relations avec Ankara, qu'il a qualifiée d'"alliée de notre pays". "La Turquie est un allié, un ami et un État fraternel, et elle dispose d'énormes capacités pour aider les Libyens à atteindre leurs véritables objectifs", a-t-il déclaré dans une interview accordée à l'agence turque Anadolu en février. Dbeibe a également rappelé que la Turquie "était le seul pays où les Libyens pouvaient voyager librement pendant la guerre". Il a également appelé à une coopération économique et commerciale entre les deux pays.  

D'autre part, Dbeibe a déclaré en août qu'il n'avait aucune objection à rencontrer son challenger, Haftar, pour autant que le maréchal le reconnaisse comme chef de l'exécutif, comme le rapporte Europa Press. Concernant Saif al-Islam Gaddafi, Dbeide a déclaré qu'"il est un citoyen libyen et le fils d'une tribu importante en Libye". Le Premier ministre a souligné qu'il n'avait "aucune objection à la candidature de tout citoyen qui n'a pas de problèmes juridiques" lors d'une interview accordée au Libya Observer. Le fils de Gaddafi est accusé par la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité. 

Saif al-Islam Gaddafi 

Les spéculations sur une éventuelle candidature du fils de l'ancien dirigeant libyen ont commencé en juillet, à la suite d'une interview dans le New York Times. Lors de la conversation avec le journal américain, il s'est présenté comme "le sauveur du pays" et a accusé les politiciens libyens de "n'apporter que la misère". Quatre mois plus tard, Saif al-Islam a présenté sa candidature au bureau de gestion électorale de Sabha, dans le sud du pays. Cette ville est considérée comme le fief de la tribu Qadhadhafa, liée à la famille de Gaddafi.  

Saif Al-Islam
AFP PHOTO / HO / PAGE FB DE LA HAUTE COMMISSION ÉLECTORALE NATIONALE LIBYE - Seif al-Islam Gaddafi (G), fils du dictateur libyen assassiné Kadhafi, s'inscrit pour participer aux élections présidentielles de décembre, dans la ville de Sebha, dans le sud de la Libye.

Saif al-Islam est né en 1972 et a étudié à la prestigieuse London School of Economics. Lorsque la révolution contre Kadhafi a commencé, il a participé à la campagne de répression des manifestations, bien qu'il soit connu à l'époque pour ses opinions réformistes.  

Cette candidature a créé une controverse en raison des affaires judiciaires qui se déroulent dans le dos de Saif al-Islam. Le fils de Gaddafi a été condamné à mort en 2015 pour avoir " tué des manifestants pendant le soulèvement libyen ", mais il a été épargné car les milices qui l'ont capturé l'ont remis à Haftar. Par la suite, des affaires plus récentes comprennent des mandats d'arrêt du bureau du procureur libyen pour un lien présumé avec des mercenaires russes. Plusieurs rapports américains ont accusé la Russie de soutenir Saif al-Islam.  

Outre les affaires nationales, il fait l'objet depuis 2011 d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. Ce mandat est toujours en place bien qu'il se soit présenté aux élections, selon le porte-parole de la CPI.  

Aguilah Saleh 

Depuis 2014, Saleh est le premier président de la Chambre des représentants de Libye. L'avocat, diplômé de l'université de Benghazi, est devenu procureur en chef en 1974. Par la suite, en 1999, il est devenu chef du département de l'inspection judiciaire à la cour d'appel de la ville côtière orientale de Derna. Après les soulèvements de 2011, il a rejoint la commission judiciaire pour enquêter sur les affaires de corruption de l'ère Gaddafi, jusqu'à ce qu'il soit élu président de la Chambre des représentants.  

aguilah saleh
REUTERS/ESAM OMRAN AL-FETORI - Le chef du Parlement, Aguila Saleh, participe à une session pour discuter de l'approbation du nouveau gouvernement, à Sirte, en Libye, le 8 mars 2021.

Saleh soutient le maréchal Haftar, bien que des rumeurs fassent état de possibles divergences entre eux. L'Egypte a joué le rôle de médiateur entre les deux pays en organisant plusieurs sessions pour rapprocher leurs points de vue. Parmi ces réunions, la plus importante a eu lieu en juillet dernier et a été décrite comme une réunion de "réconciliation soudaine". 

Fathi Pasha Agha 

Pasha Agha, originaire de Misura, a été nommé ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Fayez al-Sarraj en 2019. Avant sa carrière en politique, il a été nommé instructeur de pilotage, mais a également travaillé dans le secteur commercial avec des entreprises telles que International Trading Company.  

fathi pasha agha
AFP/MAHMUD TURKIA - Fathi Bashagha, ancien ministre de l'intérieur de la Libye, Bashagha a été le premier candidat à se présenter officiellement à l'élection présidentielle libyenne, prévue le 24 décembre.

L'ancien ministre a survécu à une tentative d'assassinat en février 2021 à Tripoli ; plus tôt dans son mandat, il avait été arrêté en août 2020, accusé d'avoir violemment réprimé des manifestations en cours dans la capitale. 

Aref Ali Nayed 

L'ancien ambassadeur de Libye aux Émirats arabes unis a annoncé sa candidature sur sa page Facebook en octobre dernier. Nayed était à Abu Dhabi de 2011 à 2016, et est un partisan de Haftar

aref ali nayed
PHOTO/ARCHIVO - Aref Ali Nayed, ancien ambassadeur libyen aux EAU

Le diplomate né à Benghazi possède une vaste expérience internationale. Il a étudié la philosophie, la théologie et la religion islamiques à l'université de Toronto et à l'université grégorienne de Rome. Dans la capitale italienne et aux Émirats arabes unis, il a également enseigné la philosophie, la théologie et la religion islamiques. Il a également participé au programme de dialogue interconfessionnel de l'université de Cambridge.