PUBLICIDAD

Iberdrola

Les réfugiés syriens en Turquie sont au cœur d'une crise qui ne cesse de s'aggraver

La dette accumulée par les réfugiés syriens a augmenté jusqu'à 50% au cours de l'année écoulée
refugiados-sirios-turquía-grecia

AFP/ BULENT KILIC  -   Des migrants attendent dans la zone tampon à la frontière entre la Turquie et la Grèce, près du poste frontière de Pazarkule à Edirne

La situation des réfugiés syriens en Turquie est très compliquée car la plupart d'entre eux ne sont pas autorisés à travailler légalement, ce qui les oblige à chercher des emplois informels dans des secteurs tels que la construction, l'hôtellerie ou l'agriculture. Cette réalité complexe a été aggravée par la pandémie de COVID-19 qui a durement frappé les réfugiés dans le pays présidé par Recep Tayyip Erdogan. La dette accumulée par les réfugiés a augmenté jusqu'à 50% en un an seulement, manifestement accrue par les ravages causés par la crise résultant de la pandémie.

La grande majorité des quelque 4 millions de Syriens qui ont été contraints de quitter leur pays pour chercher une nouvelle vie en Turquie vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui a entraîné une dette qui ne fait que croître. "En conséquence (de la fermeture de l'hospitalité), cela a limité la capacité des gens à gagner et ensuite à payer les produits de première nécessité, que ce soit l'eau, les soins médicaux, l'électricité. Et par conséquent, le risque de tomber dans des mesures plus difficiles, qu'il s'agisse de s'endetter, ce qui est l'une de nos principales conclusions, en est la conséquence", a déclaré Jonathan Brass, responsable des opérations en Turquie pour la Fédération internationale de la Croix-Rouge, dans une interview accordée à Voice of America.

refugiados-sirios-turquía-grecia
AFP/MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR TURC - Camps de migrants à la frontière turco-grecque près d'Edirne

Des recherches menées par le Croissant-Rouge turc et la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge préviennent que "les ressources et les stratégies d'adaptation des réfugiés ont été épuisées, les niveaux d'endettement augmentent et, si les restrictions se poursuivent, les besoins des réfugiés pourraient augmenter de façon spectaculaire". Par conséquent, si les restrictions imposées par le gouvernement Erdogan aux réfugiés en matière de travail ne sont pas assouplies, la situation des réfugiés ne fera qu'empirer et, par conséquent, leur dette sera encore plus importante.

La Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge fournit une assistance en espèces aux réfugiés en Turquie, en utilisant l'argent de l'Union européenne, qui a été convenu dans le cadre de l'accord conclu entre Bruxelles et Ankara en 2016 pour endiguer le flux de réfugiés en Europe. Cependant, l'arrivée de la pandémie a complètement changé la perception de la situation et le plan d'action de l'Union européenne et des Turcs. C'est pourquoi la vaccination sera essentielle pour l'avenir proche des réfugiés et le gouvernement d'Erdogan essaie de rendre le processus aussi rapide que possible. 

refugiados-sirios-turquía-grecia
AFP/BULENT KILIC - Des réfugiés attendent à la frontière entre la Turquie et la Grèce, près du poste frontière de Pazarkule à Edirne, en Turquie

En outre, les réfugiés auront accès à la vaccination même si le président n'a dû le faire qu'à contrecœur. "Le lancement des vaccins est un facteur très important, et bien que les réfugiés aient pleinement accès aux vaccins, aux soins médicaux, il y a toutes sortes de barrières auxquelles ils sont confrontés en ce qui concerne la langue ou les informations sur la manière d'accéder à ces vaccins", a expliqué Jonathan Brass à propos des difficultés rencontrées par les réfugiés et que les gens d'Erdogan ne semblent pas se soucier de résoudre.

Le pays est ouvert depuis le 1er juin, mais l'apparition des différentes souches a entraîné la suspension de certains vols. Aucune liaison avec le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Inde, le Bangladesh, le Népal et le Sri Lanka ne sera assurée jusqu'à nouvel ordre, ce qui a suscité des inquiétudes au sein du gouvernement turc quant à un éventuel recul de la reprise de l'économie et du tourisme. Toutefois, la Fédération internationale de la Croix-Rouge reste optimiste quant à la situation des réfugiés et espère que les restrictions seront bientôt assouplies, offrant ainsi aux réfugiés davantage de possibilités de trouver d'autres sources de revenus.