Les réseaux sociaux et les artistes émergents

Les avantages et les inconvénients du partage de l'art par le biais de plateformes sociales
Las ventajas y desventajas de compartir arte a través de las plataformas socialesLas redes sociales y los artistas emergentes 	•	Las ventajas y desventajas de compartir arte a través de las plataformas sociales Mariam Azarkan Las redes sociales son criticadas duramente entre los más adultos y algunos jóvenes. Algunas veces puede parecer un escaparate de nuestros sentimientos, nuestra personalidad y, sobre todo, nuestro físico. Tendemos a creer que la red social de una persona es un libro abierto sobre su vi

 -  

Les réseaux  sociaux sont très critiqués par les adultes et certains jeunes. Elle peut parfois sembler être une vitrine de nos sentiments, de notre personnalité et, surtout, de notre physique. Nous avons tendance à croire que le réseau social d'une personne est un livre ouvert sur sa vie, mais c'est loin d'être la vérité.

Twitter, Instagram, Facebook et le nouveau TikTok apportent de nombreux avantages, malgré leurs inconvénients, et pour les artistes qui les utilisent, c'est une occasion parfaite d'atteindre leurs objectifs. Une bonne chose de la viralisation est la facilité de reconnaissance du travail d'une personne qui débute dans le monde de l'art.

Aimer et commenter peut parfois sembler idiot, cependant, pour les personnes qui veulent évoluer dans le monde de l'art, il est utile et bénéfique pour leur travail que les gens partagent et donnent leur avis sur leur travail.

Après des années de travail et de pratique, de nombreux artistes ont trouvé l'endroit idéal pour présenter leurs créations et les faire accueillir. Les réseaux  sociaux ont profité à de nombreux artistes qui sont aujourd'hui plus éloignés qu'ils n'auraient pu l'imaginer, comme le chanteur Justin Bieber, qui doit sa renommée à YouTube, et le poète Rupi Kaur, qui a commencé sa carrière sur Tumblr et Instagram.

Illustrations numériques

Ces dernières années, les illustrations numériques ont gagné en importance dans l'art et ne sont plus simplement des portraits exacts des personnes qu'elles représentent. Dans le cas d'Inés Pérez, plus connue sous le nom de @Ine8s (sur Instagram et Twitter), le dessin numérique est devenu un outil permettant d'aller au-delà des personnes et des personnages de fiction sur lesquels elle se concentre habituellement.

Cet artiste se concentre sur la partie la plus représentative et la plus reconnaissable du visage d'une personne et la transforme en une illustration unique et incomparable. Dès que vous verrez une première œuvre d'Inés, vous pourrez toujours les différencier des autres. Ces derniers mois également, l'illustrateur est allé plus loin et a créé des illustrations émouvantes de chanteuses comme Rihanna ou Lady Gaga dans différentes phases de leur vie musicale. Elle a également expérimenté la création de deux bandes dessinées basées sur les chansons de la chanteuse Taylor Swift : Betty et No Body, No Crime.

Ces innovations ont attiré l'attention de milliers de personnes et Inés compte actuellement près de 58 000 adeptes sur le réseau social Instagram, qui est le réseau social à travers lequel elle partage son travail. Bien que dans TikTok nous puissions voir et suivre le processus de création de cet artiste.

Les réseaux sociaux, selon ce que Mme Pérez nous a dit dans une interview exclusive pour Atalayar, lui ont été bénéfiques et "presque 100% du travail d'illustrateur que j'ai réalisé est passé par eux". Cependant, elle ajoute qu'"il est vrai qu'ils peuvent imposer une pression de devoir produire des choses nouvelles et intéressantes qui vont être appréciées en permanence, ce qui, si vous ne savez pas comment y faire face, peut finir par aller à votre encontre".

L'illustratrice a son compte depuis 2016, mais dit que "vers 2019, j'ai commencé à grandir pas mal" après que l'actrice, chanteuse, danseuse, mannequin et productrice américaine Zendaya ait partagé son travail sur son Instagram. "Depuis cette année-là, j'ai aussi eu des tweets sur Twitter qui ont été vus par plus de 2 millions de personnes, c'est fou", ajoute Ines.

Quant à son travail, elle dit que "j'aime beaucoup le portrait, capturer des émotions face aux personnages et peindre la lumière. Je suis inspiré par les films, la musique, les séries télévisées...". Et ce qu'il aime transmettre avec ses illustrations est "d'évoquer des émotions" ; "J'essaie souvent d'intensifier ce que je vois dans les photos que j'utilise comme référence avec l'utilisation de la couleur", explique-t-elle.

Après un tel "boom" des réseaux sociaux, Inés a vu d'autres artistes qui ont réalisé des œuvres similaires vendre des tirages de leurs œuvres et "quand les gens m'ont demandé si je vendais mes dessins, j'ai décidé d'ouvrir une boutique". Les dernières œuvres sont épuisées en quelques heures et chaque commande est envoyée avec une carte de remerciement.  

Malgré tous ces avantages, dans les réseaux sociaux, "il est très difficile de s'assurer qu'ils ne volent pas votre travail, plus vous avez de portée, plus c'est courant", nous dit-elle. En outre, elle dénonce le fait que "de temps en temps, ils m'envoient des liens vers des magasins qui vendent des T-shirts avec mes dessins sans ma permission et je les signale, mais la plupart du temps, il n'y a pas grand-chose d'autre à faire".

Las redes sociales y los artistas emergentes

L'art du maquillage

Ces dernières années, une manière différente et innovante de faire de l'art a été incorporée au spectre artistique, l'art du maquillage. Qui est présent dans les réseaux sociaux tels que Instagram, Twitter et TikTok, ce qui permet à ces artistes de parcourir le monde sur nos écrans.

Dans le cas de Fatima Zahra, une maquilleuse qui maquille les défilés de mode, les mariages, les séances photos, parmi tant d'autres clients qui sont venus à son service pour ses finitions parfaites et son maquillage original.

Fatima a commencé à remarquer son impact sur les réseaux sociaux dès le moment où elle a décidé d'entrer dans ce monde et a commencé à travailler pendant sa formation. "Je dois dire que les réseaux sociaux m'ont beaucoup aidé, et cela est dû au fait que je partageais mon travail scolaire, les pratiques que je faisais, etc. et quand j'ai voulu le réaliser, je travaillais déjà professionnellement", dit notre protagoniste à Atalayar.

Mais selon elle, si les réseaux sociaux en bénéficient dans 50% des cas, ils n'en bénéficient pas dans un autre 50%. Elle pense qu'il faut "savoir très bien gérer" les réseaux sociaux de manière à "pouvoir en tirer profit" et que "cela demande beaucoup de temps, d'efforts et surtout de persévérance". Cependant, il arrive qu'il n'y ait aucun bénéfice et que cela "conduise à un épuisement émotionnel". Elle affirme que "dans de nombreux cas, le nombre d'adeptes vous conditionne, même si vous vous démarquez quelle que soit votre profession".

Les réseaux que notre artiste utilise pour partager son travail et "rester en contact et interagir avec mes clients" sont WhatsaApp et Instagram ; cependant, elle n'exclut pas l'utilisation d'autres réseaux sociaux. Ces plateformes "vous permettent de partager vos connaissances, votre façon de travailler, votre style et votre talent. Cela m'aide à la fois à atteindre un certain public et mes clients, avec un certain intérêt pour mon travail".

Dans le monde de l'art, on commence à assimiler que le maquillage est une autre forme d'art, mais beaucoup n'ont pas fini de le concevoir comme tel. Pour Fatima, l'art en général est infini. "Il commence à comprendre qu'il s'agit plutôt d'une forme d'art, mais la pratique du maquillage a commencé il y a de nombreuses années, à l'époque préhistorique, et l'époque qui se distingue le plus par son importance est celle de l'Égypte".

"Tout type d'art sert à s'exprimer émotionnellement, à raconter une histoire ou simplement à transmettre un message et à nous faire sentir bien, dans ce cas la toile est le visage ou le corps. De même, le maquillage consiste à mettre en valeur la beauté, et non à la créer, et toute beauté est un art", dit-elle.

L'incertitude et l'ignorance de certaines personnes les poussent à s'énerver en voulant faire payer le maquillage et à supposer qu'elles n'ont pas à payer. Et sinon, selon Zahra, ils essaient aussi de marchander le prix. Elle souligne que "ce qu'ils ne savent pas, c'est que derrière ce "hobby", il y a beaucoup d'efforts, de travail et de formation".

L'intérêt de notre artiste pour le maquillage a commencé très tôt, et elle était fascinée par le maquillage et la coiffure de ses poupées, "plus tard, lors d'anniversaires ou de fêtes, je proposais toujours de coiffer et de maquiller mes amies, j'adorais ça parce que ça me plaisait tellement, en gros, j'étais la "maquilleuse" du groupe".

Des années plus tard, elle a suivi une formation dans une école de maquillage professionnel et elle aime maintenant travailler comme maquilleuse. "La phrase que je ne cesserai jamais de répéter est qu'il n'y a pas de sentiment plus gratifiant que de faire de sa passion son métier."

Las redes sociales y los artistas emergentes

Le monde à travers une lentille

La photographie est l'art de capturer ce que nos yeux voient et d'aller au-delà de ce qu'ils ne peuvent pas voir. Avec un appareil photo à la main et une ville qui offre des paysages irrésistibles, Carlos Sanchez partage sur les réseaux sociaux l'essence qu'il capture de New York.

Sa carrière photographique commence sur les réseaux sociaux puisque Sanchez est l'auteur d'un guide photographique de New York (guiaNY.com) qui est né directement de la RRSS. "C'est une compilation de photographies que j'ai partagées sur les réseaux sociaux. Et il répond aux questions que l'on me pose habituellement à chaque fois que je publie une photographie", nous dit-il dans l'interview accordée à Atalayar.

Ainsi, ce photographe dans les réseaux sociaux a trouvé l'impact de ses travaux photographiques réalisés non seulement dans le temps de travail, mais aussi dans son temps libre. Twitter a été la clé de la viralisation de ses projets et, selon l'artiste, c'est un peu paradoxal puisque "Twitter, qui n'est pas un réseau qui tourne autour de la photographie, me donne beaucoup plus de flexibilité qu'Instagram pour raconter des histoires à partir de mes photos".

"Je suis un concepteur de produits numériques. Mon amour pour la photographie a commencé il y a environ 12 ans. Au début, j'avais juste mon appareil photo avec moi quand je voyageais", dit-il à propos de sa carrière professionnelle. "Aujourd'hui, c'est ce que je passe le plus clair de mon temps à faire après le travail. Et qui sait, peut-être qu'un jour je pourrai vivre de projets liés à la photographie", ajoute-t-il.

New York est une ville immense et nous nous sommes demandé ce qui attire l'attention de Carlos Sanchez pour donner une touche personnelle à ses images. Il mentionne que "ma photographie essaie simplement de capturer des moments qui sont spéciaux pour une raison quelconque". Et que son intérêt réside dans la photographie "surtout la photographie de nuit, la photographie de la lune et de la voie lactée. Mais j'aime aussi la photographie de paysages urbains et de la vie sauvage".

Las redes sociales y los artistas emergentes

La personnalisation portée à un autre niveau

À ce stade du XXIe siècle, comme par le passé, vous pouvez commander une toile personnalisée, mais vous pouvez désormais avoir n'importe quel type de vêtement selon vos goûts en un clic. Dans le cas de Hajar Tarchoun Arrahman, ses pièces ont reçu un grand intérêt pour leur originalité.

Nous continuons à voir avec cet artiste les avantages que les réseaux sociaux donnent quand il s'agit de partager l'art. Tarchoun, connue dans les réseaux sociaux sous le nom de @nasyaiam, avec chaque portrait de n'importe quelle célébrité (principalement du monde du rap anglo-saxon) qu'elle télécharge sur les réseaux sociaux reçoit des centaines d'appréciations et plus de commentaires chaque jour.  

L'une des particularités et caractéristiques qui mettent en valeur cet artiste est la personnalisation des produits. Les clients demandent, par exemple, de simples baskets blanches, principalement de marque Nike Air Force, et elle les peint comme le client le demande. Une façon très originale de faire de l'art et de faire plaisir aux autres.

"En ce moment, les commandes que je reçois le plus sont pour des baskets personnalisées", nous dit Hajar. Cependant, c'est une artiste qui ne se consacre pas seulement à la personnalisation de produits et à la réalisation de portraits, et elle mentionne que "je suis très flexible quand il s'agit de peinture, j'aime expérimenter, donc je fais plus de choses en dehors des portraits".

En regardant sa carrière artistique, Hajar nous dit qu'elle peint depuis son enfance et qu'à l'école primaire elle a commencé à dessiner des mangas et "à un moment donné au lycée, j'ai commencé à essayer le réalisme, pendant ces 4 années de lycée j'ai réalisé que j'aimais ça, donc après avoir terminé le lycée j'ai obtenu un baccalauréat artistique".

Aujourd'hui, les réseaux sociaux lui permettent de partager cet art qu'elle pratique depuis son enfance. Lorsqu'on lui demande quel réseau social lui profite le plus, Hajar répond que "pour l'instant, ceux sur lesquels je vois le plus de numéros sont Instagram et Twitter, je suppose que c'est grâce aux fidèles adeptes que j'ai". Il ajoute qu'il a le sentiment qu'avec TikTok, son travail touche plus de gens car "c'est un réseau social qui vous fait littéralement toucher des gens qui ne vous suivent même pas et littéralement de n'importe où dans le monde, ainsi qu'interagir en commentant et en partageant".

D'autre part, un désavantage que Hajar reconnaît dans les réseaux sociaux est "le plagiat et la viralisation d'une œuvre qui ne porte pas les crédits de l'artiste". Toutefois, il mentionne qu'elles peuvent contribuer à la diffusion de son travail et toucher davantage de personnes, et qu'il a donc "la possibilité d'obtenir des clients et de recevoir davantage de points de vue".

Comme on peut le constater, les inconvénients des réseaux sociaux ne sont rien en comparaison de leurs avantages. La technologie aide encore une fois le progrès des gens et dans ces cas-là, nous venons de voir qu'elle aide les artistes. Pour apporter notre contribution à l'amélioration de la situation de ces personnes, nous devrions partager ce qui nous plaît et toujours rendre à César ce qui nous revient.