Les relations entre la Chine et l'Afrique mises à rude épreuve par le coronavirus

Les attaques contre les populations africaines dans les villes chinoises ont déclenché un conflit diplomatique potentiel entre Pékin et les nations africaines, ouvrant une brèche dans leurs relations
Le président chinois Xi Jinping (à l'avant) prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture du Forum sur la coopération sino-africaine au Grand Hall du peuple à Pékin le 3 septembre 2018

AFP/ MADOKA IKEGAMI  -   Le président chinois Xi Jinping (à l'avant) prononce un discours lors de la cérémonie d'ouverture du Forum sur la coopération sino-africaine au Grand Hall du peuple à Pékin le 3 septembre 2018

En biologie, le mutualisme est connu comme l'interaction biologique entre des individus d'espèces différentes, où à la fois ils bénéficient et améliorent leur aptitude biologique. C'est ainsi que nous pourrions décrire la relation entre la Chine et l'Afrique ces dernières années, où le géant asiatique, pour étendre son influence géopolitique, est devenu le principal partenaire du continent africain, alors que ce dernier a bénéficié de ces investissements. Pékin a tissé une toile d'araignée dans les pays africains, augmentant son influence économique, politique et culturelle.

El presidente de China Xi Jinping (en el centro) y los líderes africanos posan para una foto de grupo durante el Foro de Cooperación entre China y África en el Gran Salón del Pueblo en Pekín el 3 de septiembre de 2018
AFP/ HOW HWEE YOUNG - Le président chinois Xi Jinping (au centre) et les dirigeants africains posent pour une photo de groupe lors du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tient dans le Grand Hall du peuple à Pékin le 3 septembre 2018

L'Afrique a été le continent oublié de l'Europe et des États-Unis. En 2000, la Chine a adhéré à l'Organisation mondiale du commerce et les relations bilatérales ont connu une croissance exponentielle, devenant en 2009 le premier partenaire commercial de Pékin en Afrique et le plus grand importateur de pétrole, qu'elle obtient principalement du Soudan et de l'Angola. En outre, l'uranium de Namibie et du Niger, le coltan de la République démocratique du Congo et le fer, le cuivre et le zinc d'une poignée d'autres pays sont les principales matières premières fournies au géant asiatique.

Dès 1955, la célèbre conférence afro-asiatique de Bandung s'est tenue en Indonésie, où l'Afrique et la Chine ont renforcé leurs liens, en tant qu'exemples de pays non alignés. Mais les investissements chinois en Afrique ne sont pas seulement dirigés vers l'exploitation des minerais, mais aussi vers les industries, la construction et le secteur des services. Des ports, des aéroports, des routes, des hôpitaux ou des écoles ont été construits par des entreprises chinoises. Selon l'université Johns Hopkins, 81 % des investissements chinois au Kenya sont allés au secteur des transports, 59 % au Maroc à l'énergie et 71 % au Tchad à l'industrie.

En esta foto de archivo tomada el 6 de febrero de 2009 un supervisor chino da instrucciones a sus compañeros de trabajo en la obra de construcción del Estadio Nacional en Zimpeto, Maputo
PHOTO/AFP - Dans ce dossier, photo prise le 6 février 2009, un superviseur chinois donne des instructions à ses collègues sur le chantier du Stade national de Zimpeto, à Maputo

Tous ces chiffres ont été traduits en emplois, mais cette action chinoise ne peut pas être idéalisée, car la corruption et les mauvaises conditions de travail dans lesquelles se trouvent ces travailleurs sont également discutables dans cette stratégie. 

En outre, il convient de noter que ce n'est pas seulement au niveau économique que les relations sino-africaines sont résumées. La stratégie à long terme de Xi Jinping avec le continent africain comprend la formation de soldats africains dans des académies chinoises ou la première base militaire chinoise à Djibouti, un pays très bien placé géostratégiquement dans la Corne de l'Afrique.

Esta foto, tomada el 1 de agosto de 2017, muestra al personal del Ejército de Liberación del Pueblo Chino asistiendo a la ceremonia de inauguración de la nueva base militar de China en Yibuti
PHOTO/AFP - Cette photo, prise le 1er août 2017, montre le personnel de l'Armée populaire de libération de la Chine assistant à la cérémonie d'ouverture de la nouvelle base militaire chinoise à Djibouti
Fossé dans les relations par COVID-19 

Toutefois, il convient de noter que cette « lune de miel » vécue par Pékin et l'Afrique pourrait être fortement compromise par les récents événements. La pandémie de coronavirus ne met pas seulement en péril les systèmes de santé mondiaux, mais aussi les économies et les modes de vie des pays. 

Les relations diplomatiques sont également mises à mal. L'Union africaine (UA) et différents gouvernements du continent ont rendu publique une série de protestations officielles à l'égard de la Chine pour le traitement que les Africains reçoivent dans ce pays asiatique, en particulier dans la ville de Guangzhou.

Cette ville chinoise, située dans le sud du pays, a un noyau urbain d'environ 15 millions d'habitants, où l'on trouve un grand nombre d'Africains sédentaires, principalement des Nigérians. En avril dernier, alors que les conséquences de la pandémie s'atténuaient en Chine et que plusieurs villes retrouvaient déjà une certaine normalité, la crainte d'une nouvelle flambée a mis la communauté africaine dans l'œil du cyclone et les attaques racistes et discriminatoires se sont multipliées. Les attaques de la communauté chinoise contre ce groupe ont été motivées par la rumeur selon laquelle la population africaine était le nouveau foyer de la maladie. Cependant, selon les chiffres, seuls 22 des 183 cas importés de la province provenaient d'immigrants africains.  

Un envío de suministros médicos donados por el hombre de negocios chino Jack Ma llegó a Nigeria y fue entregado al Gobierno nigeriano
AFP/KOLA SULAIMON - Une cargaison de fournitures médicales offerte par l'homme d'affaires chinois Jack Ma est arrivée au Nigeria et a été livrée au gouvernement nigérian

Depuis le 8 avril, des discussions sur les réseaux sociaux concernant l'expulsion des Africains des lieux publics et les mauvais traitements infligés aux Africains dans la ville de Guangzhou ont eu lieu, ce qui a conduit plusieurs ambassadeurs africains à écrire une lettre au ministère chinois des affaires étrangères pour condamner « le harcèlement et l'humiliation persistants des citoyens africains ». Musa Faki Muhammed, chef de l'Organisation de l'unité africaine, a écrit sur son compte Twitter personnel que son bureau avait invité l'ambassadeur chinois auprès de l'UA, Liu Yuxi, à « exprimer son extrême préoccupation concernant les allégations de mauvais traitements infligés aux Africains à Guangzhou et à demander des mesures correctives dans le cadre des bonnes relations (entre l'Afrique et la Chine) ».

Le géant asiatique, le réseau médiatique China Global Television Network (CGTN, par son acronyme en anglais), a qualifié ces reportages de « fake news », et plusieurs autorités ont réduit ces attaques à de simples événements sporadiques. Cependant, pour éviter de plus grands maux, le ministre des Affaires étrangères chinois a promis un traitement égal à tous les ressortissants étrangers en Chine et a attribué ces tensions à la « manipulation par certaines forces ».

Una remesa de máscaras, equipos de prueba y equipos de protección, donación del multimillonario chino y cofundador de Alibaba Jack Ma, se descargan de un avión operado por aerolíneas etíopes el 24 de marzo de 2020
AFP/ TONY KARUMBA - Un lot de masques, d'équipements de test et de protection, offert par le milliardaire chinois et co-fondateur d'Alibaba, Jack Ma, est déchargé d'un avion exploité par des compagnies aériennes éthiopiennes

Il ne fait aucun doute que ces épisodes ne profitent à aucun d'entre nous, et encore moins à la Chine. C'est pourquoi, ces dernières semaines, avec l'arrivée de la pandémie en Afrique, Pékin tente de rechercher une détente, en profitant de ses capacités logistiques pour envoyer des dons massifs de fournitures médicales, de tests de diagnostic et d'équipements sanitaires.

Comme le souligne Stephen Paduano, chercheur à la London School of Economics, dans un article du Council on Foreign Relations, par le passé, les responsables africains ont fait preuve de complaisance à l'égard des politiques chinoises et ne se sont pas prononcés contre le gouvernement Xi Jinping dans des situations comme celles de Hong Kong ou de Taïwan, pas plus qu'ils ne se sont opposés à la guerre commerciale entre les États-Unis et Pékin. En retour, la Chine a répondu à la demande des consommateurs africains et leur a donné accès aux capitaux.  

En esta foto de archivo tomada el 14 de junio de 2015, trabajadores chinos trabajan en Argel en el sitio de construcción de la tercera mezquita más grande de la zona
PHOTO/AFP - Sur cette photo d'archive prise le 14 juin 2015, des travailleurs chinois travaillent à Alger sur le chantier de construction de la troisième plus grande mosquée de la région

L'arrivée du coronavirus en Afrique a déjà alerté la communauté internationale. L'épuisement des services de santé et le peu de garanties que peut offrir l'enfermement dans ces lieux, ajoutés aux crises déjà profondes provoquées par le virus Ebola, la famine ou le manque de moyens pour une hygiène minimale, font que COVID-19 suscite une grande terreur sur le continent.

L'envoi de matériel médical par la Chine a non seulement un rôle de samaritain, mais attend également un intérêt géopolitique. Il faudra alors déterminer si les dernières flambées de tensions racistes peuvent ou non ouvrir un fossé dans les relations entre les deux parties et, dans l'affirmative, si l'envoi de matériel médical peut l'inverser.